En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 2 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 4 heures 49 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 6 heures 42 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 8 heures 31 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 9 heures 4 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 9 heures 24 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 9 heures 40 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 10 heures 17 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 11 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 2 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 4 heures 39 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 6 heures 37 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 8 heures 2 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 9 heures 13 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 9 heures 36 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 11 heures 5 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
Le crédit agricole.
© Reuters
Le crédit agricole.
Bonnes feuilles

Confessions d'un braqueur : "Je voulais faire payer à la société la facture de mes douleurs"

Publié le 01 août 2013
En quelques mois, Didier Caulier a participé à deux "coups" considérés comme les plus audacieux de leur époque : le vol de 119 toiles de Picasso exposées au Palais des Papes et le casse de la Société Générale à Nice, en compagnie d’Albert Spaggiari. Extrait de "Confessions d'un braqueur" (1/2).
Didier Caulier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Auteur de plusieurs braquages spectaculaires, Didier Caulier continue de vivre dans le sud de la France où il exerce désormais des activités tout à fait légales. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En quelques mois, Didier Caulier a participé à deux "coups" considérés comme les plus audacieux de leur époque : le vol de 119 toiles de Picasso exposées au Palais des Papes et le casse de la Société Générale à Nice, en compagnie d’Albert Spaggiari. Extrait de "Confessions d'un braqueur" (1/2).

Me voici appelé. Par chance, je suis affecté à une caserne du génie située en plein Avignon. À moins de trois cents mètres du petit appartement que j’occupe avec mon épouse. Difficile pour moi de rester si proche de ma dulcinée sans la voir. Je fais le mur presque tous les soirs mais par deux fois me fais prendre. J’écope de jours de prison. Pour moi une nouvelle injustice. De quel droit peut-on interdire à un jeune homme dans la force de l’âge de retrouver son épouse ? Que je couche à la caserne ou dans le lit conjugal ne représente pas une si grande différence. Les militaires ne l’entendent pas de cette oreille. Les soirs où je ne suis pas derrière les barreaux, je sors. Pas seulement pour retrouver ma femme. Je remarque des jeunes à qui l’argent semble brûler les doigts. Ils dépensent sans compter et n’ont pas l’air accablés par le labeur. Des marginaux d’Avignon. Des voyous. Je ne les juge pas car mon parcours a détruit la plupart de mes barrières morales. Du fait des nombreuses injustices que j’ai subies, il me paraît normal de prendre ma revanche sur la société. À elle de payer la facture de mes douleurs.

Je me rapproche de plus en plus de ces jeunes qui m’acceptent bien volontiers. Ils ne cachent pas être des voleurs faisant feu de tout bois. Sportif et agile, je peux leur être utile. Pour notre premier coup en commun, ils me demandent de me glisser par la petite fenêtre d’une imprimerie. Elle est si étroite qu’un tel exploit paraît impossible. Pourtant, j’y parviens sans difficulté. J’entre et leur ouvre la porte. Cela me vaudra le surnom de « l’homme-serpent ». Par trois fois nous cambriolerons cette imprimerie. Pratiquement sans rien prendre car elle contient peu d’argent liquide mais beaucoup de rames de papier inutiles pour nous. Ça devient presque un jeu. Un jeu dangereux car si nous nous faisons prendre, la police et la justice se montreront sévères. La raison pour laquelle, dès ce moment, et jusqu’à la fin de ma carrière de voleur, je ressens une forme de stress avant de monter sur un casse ou un braquage. Comme un acteur avant de monter en scène. Mais, dès que ça commence, le trac disparaît, me voilà totalement investi dans l’action.

Plus d’un demi-siècle plus tard, je continuerai de passer devant ce bâtiment. L’imprimerie aura disparu mais les murs seront toujours là. Je reverrai cette petite fenêtre, depuis fermée par des barreaux, et aurais un petit pincement au coeur. Le vol de l’imprimerie ne constitue pas tout à fait mon premier larcin. En réalité, j’ai déjà volé à l’âge de 7 ans, alors enfant de choeur. Lors d’une fête religieuse au Pontet, il y avait tellement de monde que le tronc pour faire la quête s’est rapidement rempli jusqu’à ras bord. Je n’avais d’autre choix que de mettre l’argent supplémentaire dans mes poches. Au moment de restituer le fruit de la quête, à la sacristie, je me suis bien gardé de les vider. Cet argent me permit de payer quelques parties de baby-foot aux copains… De l’imprimerie, nous passons à une chemiserie. Toujours à Avignon. L’un de nous a remarqué une fenêtre ouverte à l’étage. Je grimpe le long de la façade, monte sur un balcon, et me glisse dans cette ouverture. J’ouvre la fenêtre en grand pour permettre à mes deux complices de me rejoindre et nous commençons à remplir les sacs. Soudain retentit un bruit caractéristique. Celui de la 403 de la police municipale qui s’entend de très loin. Nous restons figés mais les pandores ne font que passer. Ils ne voient rien. Ils repasseront d’ailleurs quelques minutes plus tard, sans nous remarquer. Une fois les sacs pleins, nous franchissons la même fenêtre et jetons les sacs par-dessus le balcon. Heureusement que les policiers n’effectuent pas un troisième passage à ce moment-là ! Nous irons vendre notre marchandise à Marseille. Ma première visite à la cité phocéenne. Je suis fasciné par les truands traînant dans les bars en exhibant d’énormes chevalières qui renvoient les reflets du soleil. Ce monde-là sera le mien. Adieu la coiffure.

La police aura sa revanche peu après. Cette fois j’opère à Nîmes où habite mon père. Je me trouve dans le fond d’une impasse, m’apprêtant à crocheter la serrure du bureau d’un important négociant en vin. Soudain surgissent les poulets. Cavale impossible. Ma seule issue consisterait à foncer sur eux mais je ne pourrais les contourner. Ils n’hésiteront pas à tirer sur moi au moindre mouvement brusque. J’ai sur moi une paire de gants et un tournevis que je dissimule dans mon pantalon, maintenu à l’aide d’une ceinture à hauteur du sexe. J’ai l’espoir qu’ils n’oseront pas toucher à cet endroit lors d’une palpation. Espoir comblé ! Les flics m’entourent. L’un me fouille. Il évite cet endroit de mon anatomie. Bilan : il ne trouve que mes gants. Je raconte que je les ai empruntés à mon père et compte sur mon passage à Nîmes pour les lui rendre. Ils me traînent jusqu’au commissariat.

Dans l’attente d’être auditionné par un inspecteur, je suis enfermé dans une cellule. J’en profite pour me débarrasser de l’encombrant tournevis que je planque sous un banc en bois. Je passe la nuit-là. Ma première garde-à-vue. Le lendemain, on me fait monter dans un bureau. S’y trouve déjà mon père, dans son uniforme d’adjudant-chef, arborant fièrement sa médaille militaire. L’un des flics lui demande si les gants lui appartiennent bien. D’une voix mal assurée, il confirme. Les poulets ne sont pas dupes. Ils ont trop l’habitude des gens qui mentent pour ne pas remarquer la légère incertitude de mon père. Mais ils comprennent aussi que cet homme souffre parce qu’allant à l’encontre de ses principes. Un père tentant de préserver son fils. Ils ferment les yeux et nous laissent repartir. Pour la première fois, je ressens une bouffée d’amour et de fierté pour mon militaire de père. Il ne fait aucun commentaire mais, intérieurement, je me jure de ne plus jamais le placer dans une situation si désagréable.

Extrait de "Confession d'un braqueur",  Didier Caulier, (Nouveau Monde éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Glop Glop
- 01/08/2013 - 14:06
Fort heureusement...
... la plus grande majorité des appelés a fait son temps sans faire chier ni même reprocher quoi que ce soit à qui que ce soit. Quant aux petits "cons qui se brûlent les doigts avec l'argent", d'ailleurs ne sont-ils pas toujours "cons" nécessairement, heureusement encore que la plus grande majorité des personnes ne s'angoissent pas de cela pour trouver un sens à leur vie. Un cave reste un cave parce qu'il n'est rien, ne sait rien, ne sert à rien, alors que même un étron canin est utile à des mouches qui festoient.
Atlante13
- 01/08/2013 - 12:09
Manifestement il n'est pas l'écrivain
de ce livre. Les phrases sont trop bien construites pour un débile intellectuel.
La société ne lui doit rien, car la société c'est nous tous. Et s'il en conteste les lois, il doit aussi contester les droits et devoirs qui sont les siens.
Mais ça, ce doit être un peu trop compliqué pour lui. Il ne lui reste plus qu'à s'installer en Arctique ou Antarctique, et encore, où il pourra vivre sa vie comme il l'entend, sans rien attendre ni donner à personne.
A mon époque on appelait ça de la philosophie de comptoir.
Ravidelacreche
- 01/08/2013 - 11:45
"Je voulais faire payer à la société la facture de mes douleurs"
Il aurait du choisir une pharmacie !