En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 19 min 30 sec
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 1 heure 20 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 1 heure 34 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 2 heures 7 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 2 heures 42 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 3 heures 2 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 4 heures 46 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 20 heures 53 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 54 min 44 sec
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 1 heure 33 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 1 heure 58 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 2 heures 31 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 2 heures 57 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 3 heures 14 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 4 heures 1 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 4 heures 28 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 5 heures 11 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 21 heures 42 min
© Reuters
Les associations d'aide à la personne sont les premières à se mobiliser pour assister les personnes âgées en difficulté.
© Reuters
Les associations d'aide à la personne sont les premières à se mobiliser pour assister les personnes âgées en difficulté.
Sacrifice

Le gâchis de l'aide à la personne, ce gisement de croissance dont les pouvoirs publics se fichent

Publié le 06 décembre 2013
Plusieurs acteurs se partagent le secteur des services à la personne, parmi lesquels les associations. Également touchées par les dernières mesures gouvernementales, leur situation est notamment préoccupante dans les Bouches-du-Rhône, révélatrice par ailleurs de ce qui se passe à l'échelle nationale.
Hagay Sobol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hagay Sobol est vice-président du Think tank Le Mouvement et est devenu Préisdent d'honneur du Centre Culturel Edmond Fleg. Il est professeur des Universités et médecin des Hôpitaux. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs acteurs se partagent le secteur des services à la personne, parmi lesquels les associations. Également touchées par les dernières mesures gouvernementales, leur situation est notamment préoccupante dans les Bouches-du-Rhône, révélatrice par ailleurs de ce qui se passe à l'échelle nationale.

Le secteur non marchand du service d’aide à la personne, représentant 80% de l’activité nationale, est aujourd’hui en très grande difficulté, et plus particulièrement le réseau associatif. C’est le résultat de la crise économique amplifiée par les mesures envisagées sous la présidence de Nicolas Sarkozy qui avaient pour but de dynamiser les entreprises privées pour les rendre plus compétitives, mais qui dans le même temps lèsent le secteur non lucratif. Les associations œuvrant dans le domaine de l’économie sociale et solidaire attendent aujourd’hui d’un gouvernement socialiste une meilleure compréhension de leur besoins, car selon leurs responsables si aucune solution n’était trouvée, cela menacerait ainsi tout un pan de l’économie et des dizaines de milliers d’emplois.

Le monde associatif en première ligne

Le poids conjugué de la crise économique et de mesures gouvernementales a entrainé une forte décroissance de l’activité, de près de 8% dans le secteur des services à la personne. Les Bouches-du-Rhône sont tout à fait emblématiques de la situation qui prévaut au niveau national. Ainsi, La Fédération CQFD (Coordination Qualité Fiabilité Domicile), assurant à elle seule près de 60% des besoins de l’aide à la personne du département, et employant plus 5000 salariés, est en première ligne pour attirer l’attention des pouvoirs publics sur les conséquences dramatiques, en termes d’emplois et de services qu’engendreraient les dispositifs législatifs actuels si rien n’était fait pour améliorer la situation. Après la Député UMP, Valérie Boyer, c’était au tour de Patrick Mennucci, Député Maire du 1er et 7e arrondissements de s’entretenir avec les dirigeants de ces structures pour tenter de dégager des solutions.

L’aide à la personne : quelle réalité ?

Tout d’abord, les responsables associatifs se sont adressés à Patrick Mennucci en tant que député et lui ont brossé un tableau synthétique du domaine médico-social que représente l’aide à la personne. Il s’agit d’un secteur très hétérogène allant du soin, de l’aide à domicile, le portage de repas, la garde d’enfants, le ménage, jusqu’au jardinage et qui se déploie selon des modalités d’intervention variées : emplois directs, prestataires ou mandataires. Le marché lui-même se partage non seulement entre les associations et les établissements publics qui en occupent la plus grande part, mais également entre des entreprises privées. Cette grande diversité en période de crise économique, du fait des règlementations en vigueur, au lieu d’être une force, est au contraire à l’origine de fortes tensions et cela à tous les niveaux et vont se répercuter immanquablement sur les usagers eux-mêmes.

Quels dispositifs législatifs pour quels impacts ?

Les échanges se sont très rapidement focalisés sur le CICE ou « Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi » mis en place le 1er janvier 2013 et qui s’adresse à toutes les entreprises redevables de l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt sur le revenu quel que soit le domaine. Parti d’une très bonne intention d’alléger le coût du travail des entreprises, il ne s’applique qu’au seul secteur marchand et de fait induit un manque d’équité entre les différents intervenants du domaine.

Aussi, en réponse au CICE, a été accordée aux organismes gestionnaires à but non lucratif une mesure compensatoire, il s’agit d’une réduction de taxe sur les salaires. Cependant, d’après les représentants de CQFD, cette mesure est très largement insuffisante, comparée au secteur commercial, car elle ne produit son effet que sur la masse salariale des 20 premiers employés quel que soit l’effectif de l’association. Hervé Sitbon, le président de la fédération CQFD illustre cette situation par un exemple précis : « pour deux structures réalisant 100 000 heures par an, par l’intermédiaire de ces dispositifs, l’entreprise bénéficiera de 132 000 €, alors que l’association ne dégagera que 14 000 €, soit 118 000 € en moins. Ce différentiel entraine ainsi un écart de compétitivité de 1,16 € par heure de travail en faveur de l’entreprise ». Hervé Sitbon qui occupe également des fonctions nationales auprès de la Fédération UNA (1er réseau National de l'Aide, des Soins et des Services aux domiciles) précise en outre que « non seulement cette mesure compensatoire ne permet pas de réduire les écarts avec le secteur marchand, mais elle freine considérablement la mutualisation des moyens ou le regroupement des associations, voire va favoriser le fractionnement des effectifs en plusieurs associations pour bénéficier autant de fois de l’abattement. Ce qui va à l’encontre des directives préconisées par le gouvernement ».

Le rôle des élus : plus de dialogue et des solutions innovantes ?

Les professionnels du secteur ont demandé au député qu’il se fasse le porteur de leurs revendications, c’est-à-dire que l’abattement de la taxe sur les salaires plafonné à 20 000 € soit calculé en fonction d’un pourcentage de la masse salariale sans limitation, comme c’est le cas pour le CICE. Patrick Mennucci, bien que sensible à ces inégalités a cependant fait remarquer que Benoît Hamon, ministre délégué à l’Économie sociale et solidaire, et le député Jérôme Guedj en charge du dossier étaient parfaitement informés de ces déséquilibres et qu’ils y travaillaient, mais que l’on se confrontait à la limite du système. Il a poursuivi en insistant sur le fait qu’Il fallait « être prudent car on risquait vite d’être amené à des dépenses incompatibles avec la situation économique actuelle, si l’on considère que le CICE représente 20 milliards € par an et la taxe sur le salaire 12 milliards €. Il est donc impératif de trouver des solutions innovantes et ne pas rester exclusivement sur les mêmes schémas ». Le député de la 4e circonscription a promis par contre d’envoyer une question écrite à Benoît Hamon, et au ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve, ainsi que d’organiser le plus rapidement une réunion à Marseille avec Jérôme Guedj, la mission locale et le Pôle emploi afin de travailler concrètement sur les solutions qu’il est possible de mettre en œuvre, en particulier, en perspective de la loi de dépendance qui n’a pas encore été votée.

« Alors si l’action du député est limitée, que peut faire le maire, vous qui vous portez candidat à la Mairie de Marseille ? » a lancé un des intervenants. Ce à quoi le candidat PS a répondu : « dans mon programme, "un nouveau cap pour Marseille" il y a plusieurs éléments en lien avec l’économie sociale et solidaire tels que la proposition 87 pour la création de centres municipaux aux solidarités dans chaque secteur, afin de permettre l’accueil, l’information et l’orientation des personnes en demande de soutien face à une situation de dépendance, ainsi que l’offre d’un soutien logistique ». Puis Patrick Mennucci a fait une proposition en tant que Maire du 1er secteur. « Je ne veux pas que vous repartiez en pensant que ce sont encore des promesses électorales. Nous avons parlé tout à l’heure de solutions innovantes, j’ai sous ma responsabilité directe une école maternelle qui est inoccupée dans le 7e arrondissement. Nous pouvons ensemble penser un projet de crèche dont les habitants ont grand besoin. Ce peut-être le point de départ d’une action à plus large échelle ».

Sacrifier les associations sur l’autel de la compétitivité ?

Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, suite à la loi Borloo, il était de bon ton de prôner la substitution des activités développées en milieu associatif par les entreprises. Ce serait croire en la suprématie du premier sur le second, et plus particulièrement du secteur lucratif dans le domaine médico-social sur le non marchand. Cela reviendrait à dire qu’un modèle est plus efficient que l’autre et que les « cibles commerciales » seraient identiques. En vérité c’est un faux débat car les deux secteurs ne sont pas interchangeables et ne couvrent pas les mêmes besoins.

Ainsi, prenons l’exemple de personnes dépendantes en milieu rural. Les associations n’hésitent pas à mobiliser du personnel à plusieurs dizaines de kilomètres pour prendre en charge des personnes isolées. Le besoin est réel mais le public dispersé géographiquement nécessitant une logistique adaptée et individuelle. Il en est de même de toutes les populations à besoin spécifique qui ne représentent pas un marché général mais des activités de niche difficilement rentable. On est plus dans une logique du cas par cas, un rôle qui est bien dans la vocation du milieu associatif et de l’économie sociale et solidaire. A l’inverse, une entreprise dont le fonctionnement est basé sur le profit, valorisera en tout premier lieu l’économie d’échelle avec des marges bénéficiaires réduites et n’aura de compte à rendre qu’à ses actionnaires. Ce n’est donc pas que l’un des modèles est supérieur à l’autre, mais ils s’adressent à des publics différents avec des logiques organisationnelles elles-mêmes différentes. Ne pas le considérer induirait une perte d’équité entre les usagers en fonction de leur situation, ce qui va à l’encontre des principes républicains.

Dans ce débat, un point essentiel semble ne pas avoir suffisamment retenu l’attention des décideurs. Les associations sont un outil efficace d’intégration qui assure le lien social, en particulier pour les populations défavorisées. Ainsi, là où l’État ne peut agir de manière générique par des programmes à large échelle, les associations peuvent prendre le relais en fournissant une multitude de solutions innovantes, adaptées à des besoins spécifiques qui peuvent si nécessaire être généralisés. A ce stade, il n’est pas inutile de rappeler qu’aujourd’hui en France 17% des jeunes, et plus de 25% à Marseille, sortent du système scolaire sans diplôme. Les associations représentent un débouché professionnel pour ces personnes non qualifiées qui par la suite pourront bénéficier de formations diplômantes, ce qui leur ouvrira un avenir professionnel dont ils n’auraient pu bénéficier autrement. On le voit bien, la substitution pure et simple du réseau associatif par des entreprise n’est pas possible, hormis dans un contexte idéologique où les arguments n’ont plus cours.

Combattre les idées reçues

Dans les arbitrages nécessaires que devra opérer le gouvernement, il ne s’agit pas, au nom d’une hiérarchie supposée des performances ou des valeurs, de choisir entre associations et entreprises, mais de trouver des ajustements qui permettent aux deux systèmes de perdurer. Malheureusement, en politique, on est souvent tenté de prioriser l’immédiat. Il importe pourtant, de bien mesurer les impacts à court et à long terme des choix envisagés. Il serait regrettable de négliger dans le dossier du service d’aide à la personne, le monde associatif. Si l’on ne trouve pas de mesure compensatoire plus équitable par rapport au CICE accordé aux entreprises, il risque d’en payer le prix fort. Et pour attirer l’attention des pouvoirs publics, il n’est pas impossible que l’on assiste à une rentrée mouvementée.

En définitive, les associations, pivots de l’économie sociale et solidaire, formulent des demandes modestes, au regard du type de service rendu qui a peu de chance d’être pris en charge par le secteur marchand, et à leur indispensable rôle de ferment social. Aussi l’on serait tenté de citer François Proust : « Sans solidarité performances ni durables ni honorables ». 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
hagaysobol
- 07/12/2013 - 19:31
Pourquoi tant de haine ?
@ignace Je m'interroge sur vos motivations.Pourquoi tant de hargne et d'agressivité. Pourquoi ne pas argumenter et débattre ?
Ne pensez-vous pas qu'il y a de la place pour tous et n'est-ce pas cela la vrai liberté d'entreprendre ?
Permettez-moi de vous citer à nouveau la conclusion de l'article : « Sans solidarité performances ni durables ni honorables ».
gliocyte
- 06/12/2013 - 19:35
@hagaysobol
J'apprécie beaucoup votre sens de l'humour. Ainsi vous pointez le danger de la loi du plus fort, mais qui est le plus fort et qui impose sa loi à tous les niveaux? l'Etat.
En quoi un personne lambda qui embauche une personne fait régner la loi du plus fort? Elle a un besoin d'aide qu'une personné peut lui fournir. Cela s'arrête là. Votre discours politiquement correct me donne la nausée. C'est toujours la même rengaine, celui qui peut payer est d'abord un salaud de profiteur. Vous oubliez que le plus gros profiteur et le véritable salaud c'est l'Etat qui, sous couvert de redistribution s'octroie la plus grosse part du gâteau qu'il redistribue à ses sbires. Vraiment y en marre de ces discours qui font toujours abstraction des intermédiaires. A croire que les associations pseudo humanitaires qui ne font plus recettes auprès des français qui ont enfin compris l'arnaque doivent maintenant être supplantées par les associations d'aide à la personne, plus neutres qui ne véhiculent pas de discours antiracistes, anti homophobes, anti islamistes etc... STOP
ignace
- 06/12/2013 - 18:01
article interessant...merci
a part @hagaysobol dont je partage les remarques
les autres sont au niveau "neuneus" se prenant pour des petits capitalistes auxquels on pourrait prendre ce qu'ils ne possèdent pas.....des décideurs d’opérettes!!!!!!!!!!
les associations d'aide " humanitaires" doivent être auditées et sanctionnées si nécessaire, mais doivent exister car l’État (vous) ne fait pas son travail et le delaissera de plus en plus .les gogos s'en rendront rapidement compte (demandez aux irlandais, portugais, espagnols, italiens et la cerise sur le gâteau les grecs