En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© Reuters
Une vingtaine de membres de Greenpeace se sont introduits dans la centrale nucléaire de Tricastin dans la Drôme.
© Reuters
Une vingtaine de membres de Greenpeace se sont introduits dans la centrale nucléaire de Tricastin dans la Drôme.
Ecran de fumée

Greenpeace finit-il par devenir plus dangereux que les menaces qu'il croit dénoncer ?

Publié le 16 juillet 2013
Nouvelle action coup de poing de Greenpeace contre le nucléaire tôt ce lundi matin. Une vingtaine de militants ont pénétré dans la centrale de Tricastin (Drôme). But de la manœuvre : "Pointer du doigt toutes les failles de sécurité dans la production d'énergie nucléaire" en se rappelant au bon souvenir de François Hollande en plein débat sur la transition énergétique.
Christophe Caupenne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Caupenne a été commandant de police, chef du groupe « Gestion de crise et négociation » et coordinateur National des négociateurs de la police nationale au sein de l'unité d'élite du RAID. Il a participé à de nombreuses recherches sur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nouvelle action coup de poing de Greenpeace contre le nucléaire tôt ce lundi matin. Une vingtaine de militants ont pénétré dans la centrale de Tricastin (Drôme). But de la manœuvre : "Pointer du doigt toutes les failles de sécurité dans la production d'énergie nucléaire" en se rappelant au bon souvenir de François Hollande en plein débat sur la transition énergétique.

Atlantico : Ce lundi matin, une vingtaine de membres de Greenpeace se sont introduits dans la centrale nucléaire de Tricastin dans la Drôme. Leur but était de "pointer du doigt toutes les failles de sécurité dans la production d'énergie nucléaire". En mettant en cause la sécurité de cette façon, l'association prend-elle le risque que d'autres groupes mal intentionnés fassent la même chose ? Montrent-ils le chemin à une vraie attaque contre une centrale ? 

Christophe Caupenne : Cette dernière action de Greenpeace a été contre-productive. Tout d’abord cela ne démontre pas que les centrales nucléaires sont vulnérables à des pénétrations hostiles. Les militants ont été immédiatement détectés lors de leur arrivée dans la centrale, l’alerte a été donnée et des moyens spécialisés ont été sollicités par la direction afin d’interpeller les militants dans de bonnes conditions et sans danger pour ces personnes identifiées immédiatement comme des militants de Greenpeace.

La réponse des personnels de sécurité est bien différente lorsqu’il s’agit d’intrusion hostile, la décision de neutralisation des suspects est immédiatement prise afin d’éviter toute tentation de destruction des infrastructures. On ne résout pas une action de militants de Greenpeace comme on répond à une attaque d’un potentiel groupe terroriste.

De plus, les zones où sont allés les militants ne constituent pas des zones sensibles au sens du commissariat de l’énergie atomique ou d’EDF. Aucune intrusion dans les périmètres vulnérables n’a été réalisée. Il s’agit simplement d’une action de communication comme beaucoup d’autres menées par Greenpeace. Pour freiner un déploiement de militants et éviter les accidents il convient d’employer les moyens de récupération qui assurent la sécurité optimale de l’opération. L’installation d’une banderole n’est pas un facteur d’urgence qui nécessite que l’on fasse prendre des risques inconsidérés aux militants et encore moins aux forces de l’ordre qui vont intervenir.

Vouloir faire croire que monter dans une infrastructure équivaut à pénétrer dans un sanctuaire à haute criticité est une tromperie. Le chemin est long avant d’atteindre les zones à risques, et les réponses des forces de l’ordre sont bien différentes lorsqu’il s’agit de terrorisme.

Greenpeace sait très bien qu’aucun militant ne se fera tirer dessus pour un déploiement de banderole. Les terroristes eux savent très bien, que dès qu’ils pénètrent dans l’enceinte, les consignes sont claires, ils vont être neutralisés.

Ces actions coup de poing signées Greenpeace mais aussi Anonymous peuvent-elles être potentiellement plus dangereuses que les périls qu'elles veulent dénoncer ? En quoi ? 

Ces actions provoquent une incitation morale : en criminologie on l’appelle le phénomène de copy-cat. Les militants montrent qu’ils peuvent franchir les murs d’enceinte et, quel que soit le résultat, ils incitent certains illuminés à intellectualiser des scénarios apocalyptiques. Le terrorisme cherche à déclencher le chaos en mettant à mal les systèmes de sécurité des infrastructures notamment nucléaires mais aussi toutes les infrastructures de sécurité de l’Etat. On peut se demander pourquoi Greenpeace n’utilise pas les événements comme Fukushima pour montrer la dangerosité du nucléaire, y a-t-il vraiment besoin de donner des idées à certains idéologues ?

Comment les pouvoirs publics peuvent-ils réagir quand sont mises à jour des failles de sécurité ? Sont-elles d'ailleurs toujours avérées ou plutôt exagérées ? Peuvent-elles encourager un vent de panique chez la population ?

Ces actions ne paniquent pas les populations parce que tout le monde comprend bien qu’on n’est pas dans un critère de dangerosité. Quand Greenpeace réalise une intervention de ce type, la population locale sait très bien qu’il ne s’agit pas d’un impact sur les infrastructures, il n’y a pas de raison d’avoir peur. Les mesures de sécurité risquent d’être augmentées, mais cela ne va rien changer véritablement.

Autant les actions de Greenpeace sont tout à fait légitimes sur les domaines d’alerte qu’ils souhaitent mettre en exergues, mais là il y a véritablement une tromperie sur la démarche. On ne démontre pas la dangerosité de la centrale.

Ces actions obligent le gouvernement à faire des réponses de parade à des actions de parade. Tout le monde joue à un juste cinéma en réponse à ces actions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Deamon7
- 17/07/2013 - 06:08
...
Dans ce cas les autorités devraient buter tous les militants du prochain groupe qui tente l’opération, ça montrera aux terroristes que les installations sont sérieusement défendues, et ça découragera Greenpeace de remettre le couvert.

Fromage ET dessert.
quesako
- 17/07/2013 - 00:38
Que fait EDF pour la sécurité des centrales ?
Pas grand chose puisque Greenpeace peut toujours y pénétrer !
Pourtant c'est facile : règlement intérieur les considérant comme une zone militaire potentiellement dangereuse, délivrance sous conditions (cf Valls qui sait faire pour les danois) des cartes d'entrée, filtrage des entrées et sorties, licenciement de ceux qui ont permis que des personnes non habilitées ne rentrent, etc
Bon d'accord ça pourrait impliquer que des personnes d'EDF n'y ait pas accés, et alors !
JG
- 17/07/2013 - 00:11
Corée du Nord, Russie, Chine voire même USA
Ce qui est sûr , c'est que le courage n'est pas leur principale qualité, il faut dire que dans une centrale Coréenne, Russe, Chinoise ou US, ils n'en sortiraient probablement pas vivants !! ça calme un peu.
C'est comme les Femen, il vaut mieux faire de la provocation à Notre Dame qu'à la Mecque (ou qu'en Russie !!) , c'est moins dangereux ....