En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

03.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

06.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 14 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 16 heures 48 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 18 heures 40 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 20 heures 29 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 21 heures 2 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 21 heures 22 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 21 heures 38 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 22 heures 16 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 23 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 14 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 16 heures 38 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 18 heures 35 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 20 heures 1 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 21 heures 11 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 21 heures 34 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 23 heures 3 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 15 heures
© Reuters
"Ce que ni Jean-Paul II, ni Benoît XVI n'ont réussi à faire, il est illusoire de croire que leur successeur l'accomplira en quelques mois."
© Reuters
"Ce que ni Jean-Paul II, ni Benoît XVI n'ont réussi à faire, il est illusoire de croire que leur successeur l'accomplira en quelques mois."
D'un pape à l'autre

De Benoît à François, premier bilan d’une année majeure pour l’Église

Publié le 22 juillet 2013
Réforme de la justice et de la banque du Vatican, première visite extérieure aux immigrants de l'île de Lampedusa... Le pape François ne chôme pas, et impose un style qui détonne avec celui tout en sobriété de son prédécesseur. En sa qualité de pape émérite, ce dernier garde une autorité morale, qui s'est manifestée au travers de la dernière encyclique, rédigée pour la première fois à quatre mains.
Nicolas Diat,Gérard Leclerc et Koz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Diat est spécialiste du Saint-siège. Il prépare une biographie de Benoît XVI aux éditions Albin Michel.Gérard Leclerc est un philosophe, journaliste et essayiste catholique. Il est éditorialiste de France catholique et de Radio Notre-Dame. Il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Réforme de la justice et de la banque du Vatican, première visite extérieure aux immigrants de l'île de Lampedusa... Le pape François ne chôme pas, et impose un style qui détonne avec celui tout en sobriété de son prédécesseur. En sa qualité de pape émérite, ce dernier garde une autorité morale, qui s'est manifestée au travers de la dernière encyclique, rédigée pour la première fois à quatre mains.

Atlantico : Au-delà de l’image d’homme simple qu’il cultive, et qui semble avoir séduit l’ensemble de la communauté catholique, où en est l'action du pape François ? Les actes suivent-ils sa volonté de réforme ?

Gérard Leclerc : Le temps n'est pas encore venu de faire le point sur les réformes de François, qui sont encore en projet ou sont même informulées pour la plupart. Il faut qu'il puisse pleinement évaluer la situation de l'Église et particulièrement celle de la Curie romaine pour prendre des décisions décisives. Ce que ni Jean-Paul II, ni Benoît XVI n'ont réussi à faire, il est illusoire de croire que leur successeur l'accomplira en quelques mois. Mais il n'est pas douteux que François ait la ferme volonté de faire changer les choses. On devrait attendre pour la fin de l'été ou le début de l'automne les premières indications de l'orientation qu'il choisira. Il a lancé des missions exploratoires qui devraient lui fournir leurs premières conclusions.

Koz : Il est encore trop tôt pour le dire. Il ne peut pas réformer rapidement une organisation comme la Curie, et ce n'est d'ailleurs pas son style. Il a mis en place des commissions qui travaillent sur un mode peu classique : huit personnes, dont seulement une religieuse. Tant que ces commissions n'ont pas rendu leurs conclusions, et que les réformes n'ont pas été mise en place, ce sera de toute façon prématuré. La difficulté n'est pas tant de poser le diagnostic que d'arriver à produire la réforme. En tout cas la volonté semble bien présente.

Nicolas Diat : Il est certes impossible de saisir ce que sera l’identité pleine et entière de ce pontificat. Mais il est quasi certain que François dessine déjà les contours d’une action réformatrice du gouvernement de l’Église, telle que le Vatican n’en a pas connue depuis de nombreuses années. Le visage contemporain de la Curie remonte essentiellement au règne de Paul VI, en particulier la toute-puissance de la Secrétairerie d’État. Puis Jean-Paul II s’est relativement désintéressé de la vie curiale qui a développé un pouvoir parallèle, de plus en plus autonome. La maladie qui avait beaucoup diminué le pape polonais  pendant les dernières années de son règne a consacré, pour le meilleur et souvent le pire, la suprématie de l’appareil administratif de l’Église. Benoît XVI, au début de son pontificat, a pensé réformer le gouvernement de l’Église mais il s’agissait d’un chantier si complexe qu’il a préféré confier le dossier à son Secrétaire d’État, le cardinal Bertone, lequel a rendu le pire des services qu’il pouvait rendre au pape, en pratiquant une forme de gestion au fil de l’eau, sans véritable stratégie, en fonction des intérêts et des alliances du moment. Aujourd’hui, les dérives, les combinaisons et les compromissions ont atteint un niveau tout à fait incroyable. Le pape François a une conscience aigüe de l’ensemble de ces problèmes et il est profondément déterminé à agir. Le groupe des cardinaux de curie qui soutenait lors du dernier conclave la candidature du cardinal de Sao Paulo, Odilo Scherer, pour que celui-ci serve de paravent à une forme de continuation des intérêts établis, a bien compris aujourd’hui combien une puissante mécanique de réforme faisait sentir ses premiers souffles... "Il faut que tout change pour que rien ne change" écrivait Lampedusa ; cet esprit est bien l’absolu contraire de la volonté du pape Bergoglio qui va se révéler un grand réformateur ...     

Il vient de durcir le droit du Vatican contre les crimes, en particulier contre les enfants. Comment interpréter cette démarche ?

Gérard Leclerc : La législation du Vatican était obsolète dans la mesure où elle datait des accords du Latran et n'avait jamais été réexaminée. Il s'agit d'un alignement sur l'évolution des lois européennes à laquelle il ne faut pas donner d'importance particulière, l'État du Vatican n'ayant pratiquement jamais, ou très occasionnellement, à diligenter des instructions judiciaires analogues à celles des sociétés séculières.

Nicolas Diat : Oui, et en la matière, Benoît XVI a été un précurseur dont beaucoup d’observateurs continuent de sous-estimer le courage. Alors qu’il était préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, il a dû faire preuve d’une détermination inimaginable pour ouvrir une enquête sur le fondateur des Légionnaires du Christ, Marcial Maciel, coupable de crimes multiples, alors que des pans entiers de la curie, à commencer par le Secrétaire d’Etat, le cardinal Angelo Sodano, persistait contre vents et marées à protéger Maciel et sa congrégation.   

Koz : C'est la démonstration de la volonté du Vatican de prendre très au sérieux des crimes qui sont encore plus odieux lorsqu'ils proviennent de religieux. Il s'inscrit dans la droite lignée de Benoît XVI, qui même avant d'être pape, avait pris les choses à bras le corps mais qui n'avait pas suffisamment rencontré de soutiens. Une fois que les faits ont explosé à la face de l'Église, celle-ci agit en conséquence.

Comment la Curie réagit-elle à ses différents projets, notamment en matière bancaire ?

Nicolas Diat : Le pape François a apporté lui-même la réponse... En recevant il y a quelques semaines des représentants de la Conférence des religieux latino-américains, François a dit qu’il y avait deux types de personnes à la Curie : les saints, ceux qui se dépensait sans compter pour l’Église, et d’autres qui travaillaient pour eux-mêmes, préoccupés par leurs prébendes et leurs carrières... On peut aisément comprendre comment chacune de ces deux catégories perçoit l’action du pape... 

Koz : Sur les différentes affaires, dire comment réagit la Curie est impossible. On voit bien que des personnes sont plus attachées à un fonctionnement temporel des affaires du Vatican, comme on gérerait n’importe quel État, tandis que d'autres sont plus sensibles à une vision plus spirituelle. Pour ce qui est est des réactions individuelles, même le vaticaniste le mieux introduit aurait du mal à répondre.

Comment le nouveau pape a-t-il perçu les débats en France autour de la question du mariage pour tous ?

Gérard Leclerc : Il est vraisemblable que le pape a suivi le débat français sur le mariage dit pour tous de la façon dont il avait accompagné en Argentine la discussion sur le mariage gay, en le combattant vigoureusement. Les propos qu'il a tenus devant la délégation parlementaire française, reçue en audience à Rome, sont sûrement significatifs de sa pensée : une mauvaise loi doit être abrogée et remplacée par une autre, meilleure...

Nicolas Diat : Oui, Gérard Leclerc a raison, il suffit de se reporter aux propos de celui qui était archevêque de Buenos Aires pour comprendre l’exactitude de ces positions sur de tels sujets. Son soutien au mouvement français est évident.  

Koz : Il a été assez agréablement surpris de voir que les Français ne sont pas résignés, et que même dans un pays laïc comme la France, qui connaît entre autres une crise des vocations, les catholiques ont dit ce qu'ils avaient à dire.

Comment faut-il comprendre son voyage sur l'île de Lampedusa, où chaque année débarquent des dizaines de milliers d’immigrés clandestins ?

Koz : Sur le fond, ce n'est pas nouveau car la préoccupations de l’Église pour les migrants est la même depuis fort longtemps. Chaque années, à l'occasion de la journée mondiale pour les migrants, un message spécial du Vatican est délivré. Le pape François se démarque en faisant jouer une dimensions plus personnelle et moins cérébrale. Il a voulu marquer le coup pour montrer que quelle que soit la législation, il est toujours aux côtés des plus fragiles. Un chrétien ne doit jamais oublier qu'au-delà des chiffres, il s'agit de personnes. Il est certain que ce fut un moment très fort et parmi les plus importants de ce début de pontificat.

Nicolas Diat : A cette occasion, l’historien Alberto Melloni, chef de file de la célèbre École de Bologne, de tendance progressiste, a déclaré que le texte de l’intervention du pape sur cette petite île constituait "l’homélie programmatique du pontificat." Pour lui, Lampedusa représente un tournant historique dans l’histoire de la papauté moderne. Melloni va même jusqu’à comparer les mots de Lampedusa avec Gaudet Mater Ecclesia, le discours d’ouverture du concile Vatican II par le pape Jean XXIII. C’est dire à quel niveau d’une forme de révolution copernicienne certains peuvent situer ce premier voyage du pape en dehors des frontières de la Cité du Vatican. Il est incontestable que Lampedusa résonne pleinement avec les mots du pape, trois jours après son élection, le 16 mars 2013 : "Ah, comme je voudrais une Église pauvre pour les pauvres." Mais je suis persuadé qu’il n’y a aucune volonté idéologique dans la position du pape. L’idéologie est le contraire de l’action qu’il a mené toute sa vie. François est d’abord un pape libre qui agit en fonction de la conscience et de la vérité.

Gérard Leclerc : Le voyage à Lampedusa est très caractéristique de sa manière et de sa volonté d'être au plus près des détresses humaines, en rappelant les impératifs les plus brûlants de la charité. Mais il n'échappera pas à des confrontations quant à la complexité des questions économiques, sociales, internationales. Il faut certes accueillir les naufragés venus d'Afrique, mais quid des grands mouvements de migration ? Sont-ils forcément à  encourager ?

Il a rédigé sa dernière encyclique avec l'aide du pape émérite Benoît XVI, ce qui constitue une première. Quelle est sa relation avec l'ancien pape ? Celui-ci a-t-il encore une grande influence ?

Nicolas Diat : Avant l’élection de Jorge Bergoglio, Benoît XVI connaissait finalement assez peu son successeur. En outre, l’archevêque de Buenos Aires venait le moins souvent possible à Rome. Bien sûr, il y eu le conclave de 2005, où le cardinal Bergoglio est arrivé en seconde position, derrière Joseph Ratzinger ; l’élection passée, les deux hommes n’ont pas plus noué de relations particulières. Aujourd'hui, le rapport entre François et l’évêque émérite de Rome repose sur une véritable estime réciproque. D’une part, François a montré  de nombreuses marques d’estime envers l’ancien pape. Plus encore, ce dernier sait à quel point la tâche de réforme à laquelle le pape François s’est attelé est rude et dangereuse... Entre les deux hommes, le lien est sans cesse possible grâce à Mgr Georg Gänswein, le secrétaire particulier de Benoît XVI, qui vit toujours à ses côtés dans le monastère Mater Ecclesiae, et reste le préfet de la maison pontificale, fonction qui lui permet des contacts quotidien avec François.  

Gérard Leclerc : Ses relations avec son prédécesseur sont d'évidence excellentes, d'autant qu'il a à son égard admiration et estime. En reprenant le texte déjà prêt de l'encyclique, il a montré sa pleine communion d'esprit. Mais le pape émérite se veut particulièrement discret par rapport à son successeur à qui il veut laisser toute sa liberté. Benoît XVI n'interviendra auprès de François qu'en cas de demande impérative de ce dernier.

Koz : Dernièrement, une conversation entre le pape François et un des ses amis argentins a été rendue publique. Il y dit que Benoît XVI est une personnes d'une sagesse telle qu'il serait idiot de s'en priver. Quant au pape émérite, on peut tout à fait avoir confiance en lui pour qu'il ait à cœur de ne pas chercher à tirer quelque ficelle que ce soit. Il est au demeurant trop affaibli pour rendre crédible le mythe de la permanence de son ombre sur François. Même s'ils ont des styles différents, sur le fond l'entente et l'estime sont réelles. D'après ce que l'on sait, le pape François est heureux de pouvoir consulter Benoît XVI, même si leurs rencontres ne doivent pas être si fréquentes.

Les JMJ de Rio qui se tiendront dès mardi seront-elles un moment clé dans son parcours de pape ? Pourquoi ?

Koz : Ce ne sera pas un moment clé, mais sans aucun doute une période de découverte par les jeunes. On va pouvoir mieux appréhender son style, et mieux voir les éléments de sa spiritualité sur lesquels il veut mettre l'accent. Cela avait été le cas avec Jean-Paul II lorsque dès le début il avait insisté sur son attachement aux jeunes. Les JMJ peuvent être un moment où plusieurs dimensions du pape se révèlent.

Gérard Leclerc : Les JMJ de Rio seront incontestablement un moment très fort pour le nouveau pape à cause de la dimension exceptionnelle de l'événement et du défi que constitue en Amérique latine le défi des églises évangéliques.

Nicolas Diat : En 2005, pour les JMJ de Cologne, beaucoup de journalistes étaient convaincus que Benoît XVI, timide et réservé, ne parviendrait pas à occuper l’espace de ce grand rassemblement planétaire qui paraissait taillé uniquement pour le charisme de Jean-Paul II. Et Benoît XVI s’était révélé, donnant même à ces journées un nouvel élan, plus spirituel et plus intérieur. Il n’y a aucun doute que François va apporter une marque particulière, différente et similaire à la fois de celle de Jean-Paul II et de Benoît XVI... 

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Martin_Guerre
- 23/07/2013 - 14:53
Grand merci depuis le Canada
Excellent article. Atlantico dit d'une voix sincère et cohérente ce que d' autres journaux passent sous un silence qui frôle la malveillance. Je vous remercie et vous applaudis.
freddy
- 23/07/2013 - 11:23
Je suis catholique non pratiquant
et c'est pas près de changer! Le françois donneur de leçons à Lampedusa pour l' accueil toujours plus massif de musulmans hargneux en Europe, ça je ne lui pardonnerai jamais. Dégage!!!!!
l'enclume
- 23/07/2013 - 10:55
Tout n'est pas perdu?
hgliocyte - 22/07/2013 10:33ttp://www.valeursactuelles.com/politique/valeurs-actuelles-cr%C3%A9e-oberservatoire-droitophobie20130620.html