En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

02.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

03.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

04.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

05.

Certificats de virginité : Marlène Schiappa accuse les "évangélistes" de propager cette détestable pratique

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 15 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 20 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 21 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 22 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 5 jours 18 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 18 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 20 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 23 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 5 jours 20 min
© Reuters
Un enfant a plus de chances de voir son avenir conditionné par la position sociale de ses grands-parents que par celle de ses parents.
© Reuters
Un enfant a plus de chances de voir son avenir conditionné par la position sociale de ses grands-parents que par celle de ses parents.
Tel grand-père, tel petit-fils

Et si c’était la réussite sociale de vos grands-parents qui prédestinait la vôtre?

Publié le 12 juillet 2013
Plusieurs études anglo-saxonnes publiées récemment indiquent que la réalité de la reproduction sociale n'est pas le seul héritage des parents, et que le destin professionnel et social d'un individu est davantage à chercher chez ses ancêtres plus lointains.
Denis Monneuse et Xavier Molénat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Monneuse est sociologue, écrivain et consultant en Ressources Humaines. Il est également l'auteur du livre Les jeunes expliqués aux vieux paru chez L'Harmattan en octobre 2012.Xavier Molénat est journaliste pour le magazine Sciences Humaines
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs études anglo-saxonnes publiées récemment indiquent que la réalité de la reproduction sociale n'est pas le seul héritage des parents, et que le destin professionnel et social d'un individu est davantage à chercher chez ses ancêtres plus lointains.

Selon des études réalisées par deux grandes universités britanniques, un enfant a plus de chances de voir son avenir conditionné par la position sociale de ses grands-parents que par celle de ses propres parents. Une conclusion qui revient à mettre en évidence une certaine permanence dans la reproduction sociale et donc de la faible mobilité des individus quand une famille est analysée sur plusieurs générations.

C'est ce travail sur le long terme qu'a d'ailleurs effectué Gregory Clark, professeur à l'université de Californie, quand il s'est intéressé dans une étude exhaustive à la répartition des noms de famille dans les différentes couches sociales en Angleterre depuis 1800. Et sa conclusion est sans appel : de 70 à 80% des statuts sociaux familiaux sont transmis de génération à génération sur plusieurs siècles.

Ces études font donc ressortir un constat lapidaire pour les idéaux méritocratiques : que l'on regarde sur deux générations ou sur deux siècles, la réussite sociale est rarement le fruit du seul travail individuel... et encore moins du hasard.

Atlantico : Les études menées par les universités d'Oxford et de Durham démontrent - surtout chez les hommes - que la position sociale des grands-parents a statistiquement plus de chance d'influencer le destin professionnel (positivement ou négativement) d'une personne que la position de ses parents. Ce résultat vous semble-t-il crédible ? Vous surprend-il et comment l'expliqueriez-vous ? 

Denis Monneuse : Cette étude repose sur un échantillon de plus de 17 000 personnes, le résultat est donc significatif. Une croyance populaire depuis le XIXe siècle veut qu’il existe une "loi des trois générations" : la première crée, la deuxième développe et la troisième dilapide. Cette étude prouve une nouvelle fois que cette loi n’est pas vérifiée ! On savait que la position sociale des grands-parents avait une influence sur les petits-enfants, mais pas qu’elle pouvait être supérieure à celle des parents. Ceci dit, l’enquête ne porte que sur des Britanniques. Il faudrait mener une recherche identique sur trois générations de Français pour voir si cette influence est aussi forte dans notre pays.

Cette étude remet-elle en cause le sacro-saint principe que l'on hérite sa position sociale en partie du capital social hérité des parents ? N'a-t-on pas accordé trop d'importance à la "famille nucléaire" pour prévoir la destinée d'un enfant alors que l'influence familiale était en fait beaucoup plus large ? 

Denis Monneuse : Il est vrai que l’on a trop tendance à se focaliser sur la transmission de capital social entre le père et ses enfants. Le rôle de la mère, des grands-parents ainsi que des oncles et tantes par exemple est plus rarement pris en compte. Pourtant, avec le bouleversement des structures familiales depuis les années 1970, la relation père / enfant s’est affaiblie. Mais il faut souligner que prendre en compte l’influence familiale au-delà de celle du père demande de mener des enquêtes beaucoup plus longues et plus complexes à analyser. Ce que montre cette étude, c’est que la reproduction sociale demeure extrêmement forte : le déclassement d’un membre de la famille n’entraîne pas le déclassement de ses descendants. De même qu’un seul "accident social" a des conséquences limitées sur la trajectoire familiale, une seule réussite sociale a peu de chance de modifier le positionnement social familial.

L'étude de Gregory Clark démontre que la probabilité d’évolution sociale d’un individu par rapport à ses ancêtres est quasiment nulle et cela sur plusieurs siècles. Quelle crédibilité accorder à un tel résultat ?

Xavier Molénat : Aussi triste que cela puisse paraître,  les résultats de cette étude ne me semblent absolument pas surprenants. Notre vision d’un Occident et d’une France offrant une grande mobilité sociale a été créée par un effet de loupe grossissante centré sur l’évolution sociale qui prend pied entre l’après-guerre et le début des années 1960. Cela n’a pourtant duré qu’une vingtaine d’années mais l'idée s’est répandue dans l’esprit de tous les Français comme un petit fantasme auquel se raccrocher. Dans les faits, de nombreux chercheurs ont montré que dès 1965, un important phénomène de déclassement social a commencé à se mettre en place. Cependant, la société a bien évidemment préféré croire aux théories de chercheurs comme Henri Mandras qui soutenait la moyennisation de la société et le rapprochement progressif des conditions de vie entre les Français. L’état actuel de notre société prouve qu’il avait tort.

Cela démontre-t-il que malgré tous les systèmes d’égalité des chances et de redistribution l’ascenseur social est un mythe ?

Xavier Molénat : Je crois en effet que même lorsque la mobilité sociale a brièvement existé, elle n’était en fait dû qu’à des raisons structurelles de modification de l’emploi et non pas à une égalitarisation de la société. La France malgré son État providence et son système social est victime d’une forte inertie en terme d’évolution sociale comme le soutien avec force le sociologue Camille Peugny dans son livre Le Destin dans le berceau. Malgré ce constat, la situation était plutôt pire si l’on remonte à travers les siècles. Les niveaux d’équilibre du patrimoine est bien sûr meilleur et les terres n’appartiennent plus autant à un micro groupe qu'au Moyen-Age. Cette inertie correspond donc plutôt à une absence d’évolution au sein des classes sociales mais pas à une absence d’amélioration dans les conditions de vie. Il faut la comprendre comme une analyse relative et pas absolue sans quoi il serait incohérent de dire que la situation moyenne des Français n’évolue pas à travers les siècles. Ainsi, si la mobilité sociale en France correspond à une exception historique, il est probable que les grands appareils démocratiques et redistributifs ne sont absolument pas inutiles puisque s’ils n’améliorent visiblement pas l’évolution sociale ils limitent les inégalités.

Ces résultats indique-t-il qu'il existe une génération de "parents" - grosso modo issue des Trente glorieuses - qui aurait été la seule à s'affranchir pleinement des héritages familiaux, alors que les "petits-enfants" ne font que revenir à la norme ? 

Denis Monneuse : L'étude des universités d'Oxford et de Durham ne prend en compte que des variables socioprofessionnelles et salariales. Elle n’intègre pas de dimensions qualitatives telles que les valeurs. Donc il ne faut pas chercher à extrapoler sur l’ensemble de ce qu’ont pu hériter les petits-enfants de leurs parents et de leurs grands-parents. Ceci dit, des enquêtes sur les jeunes Français montrent que ceux-ci partagent un certain nombre de valeurs avec leurs grands-parents : l’importance de la famille, de la fidélité, du respect… Mais ils ne définissent pas nécessairement ces valeurs de la même façon que leurs aînés ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gliocyte
- 12/07/2013 - 08:16
@la saucisse intello
Quelle est la "morale" de votre histoire? Prônez-vous l'enfant unique? Est-ce "plus je vois les hommes, plus j'aime les bêtes?" (votre amour pour celles-ci ne fait aucun doute, au regard de vos nombreuses métaphores). Avez-vous donc décidé, vu le monde, que saucisse intello ne fera jamais dans les "saucissettes" ni dans les "saucissonous"?
Occidentale
- 12/07/2013 - 07:26
en mode encore plus nouveau du genre plus complet
Denis est un sociologue et Monneuse est la sociologue
Allo, mais on cherchera où pour se trouver quand le couple est devenu une paire de même acabit genre grand-maman et grand-maman d'un coté, et grand-maman et grand-maman de l'autre
ou alors avec grand-papa et grand-papa et avec grand-papa et grand-papa.
Heureusement il y aura des salles de shoot étatiK pour purger l'être humain.

la saucisse intello
- 12/07/2013 - 04:13
@ gliocyte....
Quand nous sommes en ville, mon travail du matin c'est pain-journal-café. Pour çe je passe parfois devant une école primaire à l'heure où les "mamans" viennent amener leurs co......pardon, leurs moutards. Il m'arrive de saisir des bribes de "conversation" ou d'entendre une conne (parfois plusieurs !) raconter leur pauvre vie au téléphone. Alors moi qui crains celui qui est là-haut (car un jour il faudra bien paraître !), je joins les mains, ferme les yeux et murmure "mon père, mon père, pourquoi m'as-tu abandonné" ! Et quand viendra l'heure, il me dira "la saucisse, la saucisse, j'ai entendu parler de toi (car j'entends tout !), tu n'avais pas beaucoup d'estime pour tes frères humains ? " et moi "non mais franchement, ya longtemps que t'as pas regardé en bas, t'as vu la tronche qu'ils ont, mes frères, putain, je regrette pas que tu m'aies fait fils unique ! D'ailleurs toi aussi, tu n'en as qu'un, hein, pas fou le grand patron ! "