En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

05.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

06.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 5 heures 10 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 6 heures 37 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 11 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 15 heures 31 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 16 heures 43 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 17 heures 1 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 5 heures 54 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 10 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 12 heures 56 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 15 heures 21 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 15 heures 43 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 15 heures 59 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 16 heures 30 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 16 heures 48 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 17 heures 1 min
© Reuters
Lors de sa première déclaration officielle après le renversement de Mohamed Morsi, mercredi 3 juillet, le président américain Barack Obama n’a pas parlé de coup d’État.
© Reuters
Lors de sa première déclaration officielle après le renversement de Mohamed Morsi, mercredi 3 juillet, le président américain Barack Obama n’a pas parlé de coup d’État.
Realpolitik

Quand l'Égypte met l’Occident au pied du mur de ses contradictions : promouvoir la démocratie, oui... mais uniquement celle qui nous convient

Publié le 05 juillet 2013
Barack Obama s'est bien gardé, mercredi 3 juillet, de qualifier de "coup d’État" l'action de l'armée égyptienne, qui a démis de ses fonctions le président Morsi. Et effet, la loi sur l'assistance financière de 1961 lui interdit "d’apporter un soutien financier direct" au gouvernement d’un pays dont le chef aurait été mis en place "par un coup d’État militaire ou un décret". Or, les États-Unis n'ont pas intérêt à mettre un terme à leur soutien financier à l’Égypte.
Steven Ekovitch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Steven Ekovitch est professeur de Sciences Politiques et d'Histoire à l'Université Américaine de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barack Obama s'est bien gardé, mercredi 3 juillet, de qualifier de "coup d’État" l'action de l'armée égyptienne, qui a démis de ses fonctions le président Morsi. Et effet, la loi sur l'assistance financière de 1961 lui interdit "d’apporter un soutien financier direct" au gouvernement d’un pays dont le chef aurait été mis en place "par un coup d’État militaire ou un décret". Or, les États-Unis n'ont pas intérêt à mettre un terme à leur soutien financier à l’Égypte.

Atlantico : Lors de sa première déclaration officielle après le renversement de Mohamed Morsi, mercredi 3 juillet, le président américain Barack Obama n’a pas parlé de coup d’État. Si Washington devait ainsi qualifier les événements en Égypte, les États-Unis seraient légalement obligés de cesser toute aide financière au pays. Les Etats-Unis ont-ils volontairement fermé les yeux sur cette entorse à la démocratie, et si oui, pour quelles raisons ?

Steven Ekovich : Une législation américaine interdit en effet  aide toute aide, sauf humanitaire, à un régime issu d’un coup d’Etat militaire. Sur le plan légal, il est donc dans l’intérêt des États-Unis d’effectuer des contorsions rhétoriques pour définir ces événements plutôt comme un « coup d’Etat populaire », si l’on peut dire ainsi, contre un régime qui a vraisemblablement perdu sa légitimité.

Sur un plan plus philosophique, les États-Unis, comme tous les pays d’ailleurs, ont soutenu le pouvoir en place, qui après tout était élu démocratiquement. Il est toujours délicat de se désolidariser d’un régime qui détient tout de même une certaine légitimité démocratique. Barack Obama devait choisir entre la stabilité et la démocratie, il a opté pour la stabilité. Il n’est pas le premier chef d’Etat à être plongé dans une situation aussi délicate ; toutes les chancelleries du monde démocratique sont confrontées à la même problématique.

Cette situation est-elle le révélateur d'une certaine hypocrisie de l’Occident sur la question de la démocratisation des pays dans lesquels il a un intérêt ? Le pragmatisme finit-il toujours par prévaloir sur les principes ? En quoi cela se justifie-t-il ?  

Elle traduit plus une forme de pragmatisme que d'hypocrisie. On ne peut pas toujours suivre les mêmes lignes avec rigidité dans toutes les situations. C’est une souplesse politique et diplomatique nécessaire, qui peut aussi être définie comme une hypocrisie par certains, tout dépend du point de vue. La démocratie, c’est plus qu’une élection. Le parti de Morsi a gagné avec une mince majorité de 51%. Lui et son parti n’ont vraisemblablement pas compris qu’une démocratie est une question de consensus et de compromis. Une mince majorité ne suffit pas à donner tous les pouvoirs au président et à son parti. Morsi a systématiquement coupé le dialogue, sans parler de sa gestion désastreuse de l’économie et voilà ce que cela a produit. 

Les États-Unis pourraient-ils, en vertu de cette loi, cesser de verser une aide économique à l'Égypte ? Quels sont les intérêts en jeu ?

Cette hypothèse n’est pas envisageable. Ils vont faire le nécessaire pour définir la situation de telle manière qu’ils pourront continuer de fournir de l’aide. Celle-ci est extrêmement importante pour l’appareil militaire, qui a un ainsi reçu des milliards depuis bien des années. C’est aussi une façon américaine de garantir la stabilité régionale et d’influer sur les choix politiques en Égypte, étant donné que les militaires exercent dans ce pays une influence politique et économique très forte.

En soutenant pendant un temps le gouvernement élu, puis en ménageant l’armée, les États-Unis ont-ils pratiqué un double jeu ?

C’est tantôt l’un, tantôt l’autre, et pas toujours au bon moment. Les Américains ont hésité à abandonner Moubarak, qui était l’émanation de cette puissance militaire (le "Deep State"), qui se trouvait derrière tout. Il est venu un moment auquel ils ont été obligés de prendre le parti de la "rue arabe", cependant les manifestants ont perçu les Américains comme un soutien au régime militaire. Ces derniers ont ensuite été contraints d’accepter le gouvernement Morsi, issu des urnes, ce qui a fait qu’ils sont devenus dans les esprits  les garants d’un régime qui avait de moins en moins de légitimité. En voulant jouer de façon pragmatique, ils ont par deux fois été perçus comme le soutien d’un pouvoir méprisé par une très grande partie de la population. Les États-Unis ont donc eu  à chaque fois un train de retard…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Cloudatlas
- 07/07/2013 - 00:52
@Isableue
C'est sur aussi qu'apres avoir etes esclavagistes(code noir)colonisateurs(afrique),collaborateurs(Vichy...et le tristement celebre rafle du vel d'hiv),terroristes(Rainbow warrior),et maintenant espionner ses propres citoyens(PRISM a la francaise)...fait de la France une tres grande democratie.
P.S La democratie fait que TOUS les citoyens,sans distinction ,sont egaux,ce qui est loin d'etre le cas en Israel..
gueux et preux
- 05/07/2013 - 23:59
Ah,j'aime bien ce titre,
car tout ceux qui voyagent souvent et longtemps à l'étranger et qui de plus se mettent au niveau de vie des populations locales vous le diraient:il faut tenir compte des réalités locales.On ne décrète pas sur un claquement de doigt,parce que un dictateur est tombé,que l'idéal,"notre idéal = la démocratie à l'occidentale" ferait parfaitement l'affaire pour ces pays.
Nos politiciens rêvent debout et nos médias qui nous ont vendus du printemps arabe, des innocents... coupables de propagande bien malvenue.
ISABLEUE
- 05/07/2013 - 11:08
C'est sur que continuer à s'entretuer
chites contre sunnites et contre les coptes
détester ,pardon, haïr Israel
violer les femmes
les exciser
fait de l'Egypte une future grande démocratie.
tout cela va changer, mais bien sûr...
on peut rêver.