En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

04.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

05.

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

01.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

02.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

03.

Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia

04.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

05.

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

06.

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 6 jours 10 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 6 jours 14 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 6 jours 15 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 6 jours 16 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 6 jours 17 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 6 jours 17 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 6 jours 18 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 6 jours 18 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 6 jours 19 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 6 jours 19 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 6 jours 13 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 6 jours 15 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 6 jours 16 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 6 jours 16 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 6 jours 17 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 6 jours 17 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 6 jours 18 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 6 jours 19 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 6 jours 19 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 6 jours 19 heures
Maccarthysme de gauche

Mur des cons : selon Weill-Raynal, "France 3 cède aux pressions des syndicats pour des motifs politiques"

Publié le 04 juin 2013
La direction de France Télévisions a soumis ce lundi au vote des représentants du personnel la mise en œuvre d'une "mesure de mise à pied disciplinaire avec privation de salaire" à l'encontre de Clément Weill-Raynal, le journaliste auteur des images du "mur des cons", filmées au siège du Syndicat de la magistrature (SM).
Clément Weill-Raynal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Weill-Raynal  est un journaliste de France 3. Il est l'auteur de la vidéo du "mur des cons" filmée au siège du Syndicat de la magistrature.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La direction de France Télévisions a soumis ce lundi au vote des représentants du personnel la mise en œuvre d'une "mesure de mise à pied disciplinaire avec privation de salaire" à l'encontre de Clément Weill-Raynal, le journaliste auteur des images du "mur des cons", filmées au siège du Syndicat de la magistrature (SM).

Atlantico : La direction de France Télévisions envisage sept jours de mise à pied avec privation de salaire à votre encontre pour avoir filmé le "mur des cons" du syndicat de la magistrature sans en avoir informé la direction. Comment réagissez-vous à cette sanction ? 

Clément Weill-Raynal : Cette décision est parfaitement injuste. La direction de France Télévisions cède aux pressions des deux syndicats CGT/SNJ qui, dès le début de l'affaire, ont réclamé des sanctions contre moi pour des motifs politiques. Ils ne me pardonnent pas d'avoir dévoilé les turpitudes du syndicat de la magistrature dont ils se sentent proches politiquement. Tout le reste n'est que littérature. On essaie de me condamner pour une faute professionnelle que je n'ai pas commise.

Comment ont-ils motivé cette décision ?

Je me suis expliqué durant trois heures tandis que France 3 espère s'abriter derrière un communiqué laconique sans aucune motivation : "Au terme d'un conseil de discipline qui s'est tenu ce lundi au siège de l'entreprise, et après plus de quatre heures d'échanges, les arguments développés par Clément Weill-Raynal n'ont pas permis à la direction de modifier son appréciation des faits". Ils ont pris en marche le train lancé par les syndicats, ne savent plus comment en descendre, et se réfugient derrière une forme de dogme de l'infaillibilité.

Ils ne me reprochent qu'une chose : ne pas leur avoir dit que j'étais l'auteur de ces images. J'estime avoir fait mon travail de journaliste et de citoyen. Et surtout en vertu de la loi sur la protection du secret des sources journalistiques, qui est une loi qui s'impose à tous, y compris à la direction de France Télévisions, je n'avais aucune obligation de révéler à ma hiérarchie que j'étais l'auteur des images du "Mur des cons". J'avais le droit de me taire et face à leurs questions inquisitoriales, j'avais le droit de me défendre d'être l'auteur de cette vidéo. En menant des investigations auprès des autres membres de l'équipe du reportage afin de déterminer si j'étais bien l'auteur de ces images et en me convoquant sur la dénonciation de certains syndicats, la direction a porté atteinte à ce principe essentiel qui est la protection du secret des sources.

Alors que le Conseil supérieur de la magistrature a enterré avec l'hypocrisie que l'on connaît l'affaire en refusant toute sanction contre les magistrats à l'origine du "mur des cons", il est pour le moins paradoxal que je sois la seule personne menacée de sanctions dans cette affaire.

Avez-vous l'intention de faire appel ?

Je vais me battre pour défendre mon honneur et je contesterai toute sanction par tous les moyens légaux qui sont à ma disposition. Le secret des sources me protège y compris vis-à-vis de ma hiérarchie. Ils semblent ne pas être d'accord avec cette interprétation. On verra ce que la Justice en dit... 

J'avais le droit de me protéger dans un contexte extrêmement hostile. Dès la révélation de l'affaire, la présidente du syndicat de la magistrature accusait un journaliste d'avoir volé les images. Quand un magistrat vous accuse de vol, accusation totalement infondée, il y a un climat suffisamment hostile pour que la personne à l'origine de ces images se protège.

Au-delà de votre cas personnel, que révèle cette affaire sur le journalisme et la liberté d'expression en France ?

Cette affaire montre comment une certaine pensée unique s'impose dans certains milieux et comment un syndicat comme la CGT et son auxiliaire le SNJ peuvent verrouiller l'information et organiser une campagne de lynchage et de sanction contre un journaliste. On me cherche une faute professionnelle inexistante. Il suffit de relire les communiqués de la CGT et du SNJ avant même que j'ai pu m'exprimer sur l'affaire pour voir qu'ils prennent position publiquement pour estimer que cette information n'aurait pas dû être portée à la connaissance du public.

Leur vision de l'information est écrite noir sur blanc : il y a, selon eux, de bonnes et de mauvaises informations. Et dans le cas qui nous occupe, la mauvaise information est la mise en cause d'un syndicat d'opposition politique très marqué à gauche. Dans le service public, qui théoriquement devrait être neutre, le poids de certains syndicats fait que l'information n'est pas neutre. Dévoiler les turpitudes d'un syndicat de gauche se révèle aujourd'hui très dangereux pour un journaliste du service public. J'en fais l'amère expérience - bien que je ne le regrette pas.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (59)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Julie843
- 07/06/2013 - 16:54
Le Mur des cons ...
C'est un scandale que la CGT contrôle autant certaine rédactions... avec nos impots SVP !
Cette affaire est en fait un réglement de compte politique interne comme l'explique l'Ojim :

http://www.ojim.fr/le-mur-des-cons-quand-les-journalistes-reglent-leurs-comptes/
vangog
- 06/06/2013 - 21:16
Bravo pour votre courage, Sellami!
Sachez que tout vérité ressurgit un jour, même après avoir été profondément enterrée par zélés représentants du totalitarisme médiatique et syndical!
Ils ne l'emporteront pas au paradis des gauchistes...
SkipJ
- 06/06/2013 - 15:32
Précision
"J'ai beau chercher" dans les archives de Atlantico