En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

05.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

06.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

07.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 6 sec
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 1 heure 7 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 3 heures 8 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 3 heures 43 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 6 heures 4 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 17 heures 45 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 38 min 34 sec
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 2 heures 32 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 3 heures 15 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 3 heures 56 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 4 heures 19 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 6 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 17 heures 57 min
© Flickr
En Suède, Stockholm et sa banlieue ont connu quatre nuits de violences la semaine dernière.
© Flickr
En Suède, Stockholm et sa banlieue ont connu quatre nuits de violences la semaine dernière.
Loi des séries

Tensions sur les différents modèles d’intégration européens : le cas scandinave

Publié le 27 mai 2013
Stockholm et sa banlieue ont connu la semaine dernière quatre nuits de violences. Les émeutes, d'abord confinées à Husby, un des quartiers pauvres de Stockholm, se sont étendues aux autres quartiers défavorisés et abritant une forte population d'immigrés.
François-Charles Mougel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François- Charles Mougel  est professeur des Universités d'Histoire contemporaine à Sciences-po Bordeaux. Il est l'auteur de L'Europe du Nord contemporaine de 1900 à nos jours aux éditions Ellipses (2006) et de Histoire des relations...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stockholm et sa banlieue ont connu la semaine dernière quatre nuits de violences. Les émeutes, d'abord confinées à Husby, un des quartiers pauvres de Stockholm, se sont étendues aux autres quartiers défavorisés et abritant une forte population d'immigrés.

Atlantico : En Suède, Stockholm et sa banlieue ont connu quatre nuits de violences la semaine dernière. Les incendies de voitures, dégradations et jets de pierre, d'abord confinés à Husby, un des quartiers pauvres de Stockholm, se sont étendus aux autres quartiers pauvres et abritant la plus forte concentration d'immigrés. Une partie de la presse met en cause l’échec du modèle d’intégration suédois. Quelles sont les spécificités de ce modèle et plus largement du modèle scandinave ?

Charles-François Mougel : Les grands principes du modèle d'intégration suédois ont été posés dès les années 1930. La Suède est une société égalitaire et elle vise à offrir à ses participants l'ensemble des bénéfices du Welfare state à l'anglaise (plein emploi, le maximum de sécurité sociale et des facteurs de progrès). 

La question est de savoir si ce modèle est tenable dans une société où le système économique ne permet plus à l'Etat d'assurer à tous les bienfaits qu'il avait promis. On constate un problème de solvabilité de ce modèle et sur le plan politique, il donne lieu à un problème de crédibilité.

Les caractéristiques du modèle suédois se retrouvent en Norvège, au Danemark, en Finlande et dans une certaine mesure en Islande. Aujourd’hui, le modèle scandinave n'arrive plus à être à la hauteur des exigences qu'il avait lui-même posées.

La France et la Grande-Bretagne ont également connu des émeutes. La situation dans les pays scandinaves est-elle comparable ?

Les émeutes qui ont eu lieu en Suède la semaine dernière ont provoqué un réel choc. La société suédoise est une société relativement paisible, même s'il y a des tensions sous-jacentes. La violence n'est pas en Suède un moyen d'expression normal. En France, nous avons une tradition de la manifestation et la violence fait partie de notre culture. 

En Suède, ces émeutes apparaissent comme un événement qui brise le consensus. Ne s'agit-il pas du résultat d'une vision trop positive de l'humanité ? Les Suédois pensent en effet que l'humanité est perfectible et que la notion de progrès est profondément ancrée en chacun d'entre-nous. Ils ne s'attendaient pas du tout à ce que le consensus soit rompu par des personnes qu'ils pensaient pouvoir intégrer à leur modèle. 

La France n'a pas cette attitude. Nous sommes principalement confrontés à une immigration liée à notre passé colonial. Nous avons un sentiment de culpabilité alors que pour les Scandinaves, l'accueil d'un étranger relève d'une position éthique. Notre sentiment à nous relève davantage de la repentance. Les Suédois ont donc le sentiment que leur modèle est contesté alors qu'ils ne sont pas responsables des causes de ces émeutes (même si bien sûr l'immigration n'explique pas à elle seule ces émeutes, elle n'est qu'un des facteurs). 

Les violences urbaines sont également dues au caractère plus inégalitaire de la société suédoise ces dernières années. Il s'agit peut-être là aussi d'un effet d'une politique de trop grand accueil. Il y a entre 10 et 15% de la population suédoise qui est d'origine étrangère. Ce niveau est extrêmement élevé parmi les sociétés européennes. 

Ces pays ont longtemps été réputés pour leur politique sociale et leur pacifisme. Est-ce un mythe ou une réalité ?

Il s'agit effectivement d'une société paisible mais pas d'une société prête à accepter n'importe quoi. La Suède n'est pas un pays qui accepte les menaces extérieures et pendant longtemps, une grosse part de son PIB a été consacrée à la Défense. 

Sur le plan intérieur, la société suédoise estime que les violences sous-jacentes doivent être résolues par une politique de consensus. Tout le monde doit faire un effort pour participer au bien-être collectif. C'est une société dans laquelle chacun doit faire l'effort d'affirmer ses positions, et d'accepter les positions de l'autre. Mais depuis les années 1930, un certain nombre de phénomènes montrent qu'il existe des tensions aussi bien à l’extrême gauche qu'à l'extrême droite. 

La tuerie d'Utoya en Norvège peut-elle être considérée comme le premier symptôme d'une crise plus  profonde du modèle scandinave ?

Les sociétés scandinaves connaissent effectivement des tensions. Au Danemark par exemple, on voit bien que les partis extrémistes de droite ont récolté de nombreuses voix lors des élections de 2011. Les forces dites du "progrès", qui sont en fait des forces d'extrême droite, réalisent des scores importants en Norvège. Idem pour l'Islande. La Finlande connait peut-être moins de tensions de ce type en raison de sa tradition de coalitions dites "arc-en-ciel".

Mais toutes les sociétés du Welfare state doivent être établies sur des compromis actifs et non pas passifs. Le modèle scandinave qui est solide montre bien que la démocratie, aussi bien au sens politique que socio-économique, se construit et n'est pas un acquis. Pendant longtemps, on identifiait peu de perdants au système suédois, maintenant ce n'est plus le cas et c'est le sens de ces manifestations. Les manifestants ont le sentiment de ne pas être considérés comme des égaux dans un système où la barre est très haute. On constate donc un phénomène de fracture potentielle, ce qui montre que rien n'est acquis et qu'il faut faire le maximum pour que cela fonctionne. 

Au début des années 1990, le pays a fait face, en même temps, à une grave crise économique et à l’afflux massif d’immigrés fuyant les guerres en ex-Yougoslavie et en Somalie. Les problèmes d’intégration en Suède sont-ils uniquement d’ordre sociaux ou également culturels ?

La politique d'immigration a toujours été voulue par les Suédois parce que cela correspond à leur éthique humanitaire, comme la plupart des pays scandinaves. Les pays nordiques consacrent d'ailleurs près de 1% de leur PIB à l'aide au développement, ce qui est considérable. 

L'accueil de ses étrangers, souvent persécutés dans leurs pays d'origines, correspond à une tradition d'accueil et de partage. Il y a, en Suède, des gens d'ex-Yougoslavie, du Proche Orient et des immigrés venant d'Asie. Mais dans une société qui a connu des difficultés économiques, le coût de l'intégration est important. D'autant plus que pour offrir à ces populations n'ayant pas forcément les codes d'une société très avancée les moyens de leur installation ou encore de leur éducation représente un coût important. 

A partir du moment où les Suédois ont commencé à connaitre des phénomènes de chômage et de crise du logement, ils ont reporté cela sur l'immigration. C'est une phénomène de bouc-émissaire où l'immigration devient un point de focalisation des difficultés du système suédois. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (38)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Kowalsky
- 31/05/2013 - 14:17
Nous donnons nous-mêmes le bâton pour nous faire battre
@chacal
D'accord avec ton analyse. J'ai un sentiment similaire. Il me semble que notre manie de nous excuser pour tout, cette façon de sur-valoriser les cultures du tiers-monde et de sous-valoriser la nôtre est la clef du problème. Même si la Suède n'a pas de passé colonial, elle a la même culture égalitariste, dans laquelle valoriser et défendre l'Occident est impensable. L'idée de base est que toutes les cultures se valent (sauf la nôtre qui est celle des oppresseurs) et que l'immigration est une chance POUR NOUS (pas pour les immigrés) d'intégrer des éléments de leur culture.
Il y a bien sûr des difficultés spécifiques à intégrer les immigrés musulmans, mais je crois que nous avons nous-mêmes préparé depuis des décennies le terrain pour ne pas être respectés.

Si notre attitude était au contraire celle d'une plus grande fierté vis à vis de notre culture et d'une fermeté sur la défense de nos règles et de nos valeurs, nous n'aurions sans doute pas ces problèmes.
chacal
- 28/05/2013 - 10:30
Et oui...
MAis ne France comme en Suède on croit toujours, dans les milieux bien pansant boboisants, que c'est la pauvreté qui est à l'origine de la violence/non intégration bref des problèmes.
J'ai la chance de beaucoup voyager, et j'ai été pas mal de temps au Quatar, aux EAU et à Oman. Et bien que ne me suis je pas esbaudi de voir des gens très très riches, cotoyer de l'immigration très très pauvre (indiens, pakistanais, asiatiques...), sans que cela ne provoque aucune violence ni émoi. Et des immigrés il y en a plus que des arabes de souche parfois. Et pourtant pas de violences urbaines, pas de vol dans les transports, pas d'agression même dans des ruelles ghettoisées... non des gens qui bossent beaucoup et qui sont contents car ils gagnent mieux que dans leur pays d'origine.

Alors pourquoi ces différences ? Religion ? Pas sur. Peut être qu'en France on se culpabilise trop et on donne trop. Les immigrés qui ne travaillent pas, pas trop de raison qu'ils restent ? Arr^^etons d'être la croix rouge mondiale, y a plus de lits, l'hôpital est saturé !!
gdv
- 28/05/2013 - 09:15
Quand aurons-nous le courage de dire la vérité ?
Globalement on n'intègre pas l'immigration d'origine Africaine, il y a bien sûr quelques exceptions qui confirme la règle mais dans l'ensemble c'est un combat (l'intégration) perdue d'avance.
Au mieux on corrompt la société en détruisant l'unité du lien social et le sentiment des populations d'appartenir au même ensemble.
Aujourd'hui la majorité des Français (européen) de souche ne se sente pas solidaire avec cette population d'origine Africaine, le reste c'est de la littérature Bisous nounours alimenté par tous ces biens pensants.