En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 5 min 18 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 38 min 41 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 1 heure 53 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 35 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 21 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 46 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 41 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 20 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 9 min 5 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 42 min 41 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 24 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 50 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 12 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 53 min
© Reuters
© Reuters
Flop annoncé

Dieu ait son âme... Quand cette pauvre laïcité sert à son corps défendant à lutter contre l’enseignement de l’esprit d’entreprise à l’école

Publié le 05 mai 2013
Avec H16
La volonté d'enseigner l'esprit d'entreprise à l'école irait à l'encontre de la laïcité selon une tribune parue sur le site Rue89. Un signe supplémentaire qu'une partie de la gauche, dépassée par la réalité, n'arrive pas à accepter que l'on offre aux élèves une ouverture sur le monde réel.
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La volonté d'enseigner l'esprit d'entreprise à l'école irait à l'encontre de la laïcité selon une tribune parue sur le site Rue89. Un signe supplémentaire qu'une partie de la gauche, dépassée par la réalité, n'arrive pas à accepter que l'on offre aux élèves une ouverture sur le monde réel.
Avec H16

Ce billet a été publié initialement sur le blog Hashtable

La laïcité, finalement, c’est un concept typiquement français, voire franchouille à mesure que les réformes s’entassent pour s’assurer de son étanchéité à la société réelle. Heureusement, régulièrement, quelques élites lumineuses viennent éclairer nos lanternes sur la question. Et lorsqu’elles s’allument, les ombres peintes sur la cavernes sont … étonnantes.

Bien sûr, on a récemment goûté à l’inénarrable plaisir d’écouter Vincent Peillon, le ministre de la Rééducation mentale des petits Français, nous expliquer exactement comment il entendait inculquer à nos chères têtes blondes les rudiments pratiques de la République Laïque, Une et Indivisible. D’ailleurs, le rapport complet destiné à expliquer précisément comment la lobotomie sera effectuée sur le jeune peuple citoyen en devenir est maintenant disponible (ici) et ne laisse aucun doute ni sur l’aspect moral du projet, ni sur son aspect laïc.

On pourrait s’imaginer qu’alors qu’une crise économique sans précédent secoue cette fameuse République, qu’une crise sociale est en train de s’installer, et qu’une crise politique devrait débouler dans les prochaines semaines, un hurluberlu politicien serait déjà bien assez voire déjà en trop pour se lancer dans le fin ciselage des questions rhétorique sur la laïcité. Eh bien non ! C’est, en général, quand tout va mal que de frétillants saboteurs s’ajoutent à la ridicule coterie pour mettre leur grain de sel (ou leur brouettée, plus exactement) et assurer, par leur agitation néfaste, un sort funeste inéluctable à la victime qu’ils ont vigoureusement décidé "d’aider".

La France n’avait vraiment pas besoin de ça, mais au détour des navrantes déclarations de Hollande sur les entreprises et le lien particulier qu’elles devaient développer avec l’éducation, Jean-Luc Mélenchon, le jovial et sympathique faire-valoir de Marxine Le Pen et toujours aussi tendrement paléo-communiste, n’a pas pu s’empêcher de se faire mousser un peu avant son grand dépoussiérage du 1er Mai. Probablement ragaillardi par une montée de sève inopinée, il nous explique que les déclarations de Hollande sont du vent (ce qui est exact), et, s’emportant un peu (comme à son habitude lorsqu’il a oublié ses cachets), le voilà qui, lui aussi, tente de nous livrer sa vision des choses au sujet de ce que l’école doit distiller comme savoi.

"Cela n’est pas du tout la priorité. Un jeune élève a d’autres choses à apprendre avant de se faire enseigner la cupidité. Qu’est ce que cela veut dire enseigner l’esprit d’entreprise ? Cela n’a pas de sens car cela n’a pas de contenu."

Eh oui les petits enfants : apprendre ce qu’est une entreprise, comment elle fonctionne, à quoi elle sert, c’est, selon le crypto-stalinien hontectomisé, rien moins qu’apprendre la cupidité. Vouloir réaliser un projet et vendre son savoir-faire à des clients, c’est de la cupidité. Vouloir expliquer aux élèves de France comment l’artisanat crée de l’emploi, ce qu’il suppose d’enseignement, d’abnégation ou de sacrifice pour monter son entreprise et répondre au marché, c’est apprendre la cupidité. Le type qui, en sixième, veut devenir boulanger ? Pour Jean-Luc, un type cupide, assurément. Le futur plombier ? Pareil. Ce n’est pas à l’école de lui expliquer comment établir une facture. Cupidité que tout cela !

Et surtout, la France n’a pas besoin de ça. Elle croule sous les micro-entrepreneurs, sous les artisans, les chefs d’entreprises et les créateurs ingénieux ! C’est connu.

D’ailleurs, un truculent article de l’improbable site gauchiste Rue89 (improbable parce qu’en concurrence frontale avec 90% des autres sites et médias d’information dans ce pays) vient taper un peu plus sur ce nouveau clou pourtant déjà bien enfoncé par le gars Méluche dans le cercueil de la société française. On découvre en effet que selon son auteur, un certain Francis Daspe qui, au moins, ne se cache pas d’appartenir au même kolkhoze que Mélenchon, le fait d’enseigner l’esprit d’entreprise nuirait gravement à la laïcité car …

C’est d’abord remettre en cause de manière frontale la laïcité qui ne se résume pas au champ du religieux. Elle vise également à garantir la neutralité en mettant à distance tous les dogmes : celui du marché et de l’économisme triomphant doivent être maintenus hors de portée des enfants.

Il faudrait donc tenir l’économisme triomphant hors de portée des enfants, ce qui revient, ni plus ni moins, qu’à raconter des fables et des sornettes à ces enfants renvoyés au rang de simples marionnettes dans les mains de ces dangereux idéologues. Comment, en effet, leur expliquer le monde qui les entoure, comment espérer leur donner les outils pour s’insérer dans la société si on ne tient pas compte de l’environnement heureusement encore un peu capitaliste qui les entoure ?

Or, c’est bien le centre du problème : notre brave communiste tente ainsi de nous expliquer que "L’intrusion au sein de l’école des façons de penser de l’entreprise et des intérêts du monde économique constitue une régression." On s’étonne. L’École de la République, tous fantasmes humides de collectiviste déconnecté du réel mis à part, c’est tout de même un endroit qui aura produit, ces dernières décennies, des paquets d’individus qui ont des problèmes pour lire, écrire et compter correctement, qui auront "bénéficié", justement, de l’éloignement obstiné de leur enseignement à toute réalité économique palpable. Cette école républicaine aura tout de même réussi l’exploit de produire une proportion toujours plus faible de scientifiques et d’ingénieurs qui, tous comptes faits, se barrent de France aussi vite que possible pour éviter d’y vivre la misère. Cette école républicaine, en choisissant d’ignorer à peu près complètement l’artisanat, l’entreprise, les éléments pragmatiques du commerce et du capitalisme, aura produit en échange une proportion toujours plus grande de fins lettrés à l’orthographe créative, aux pensées destructurées mais tendrement marxisantes dont chaque strate de société est maintenant gorgée, avec les résultats économiques généraux qu’on peut constater tous les jours.

N’y allons pas par quatre chemins : les Français sont de plus en plus nuls en économie, et cette inculture est en train de leur coûter fort cher. Ce que propose le frétillant bas du Front de gauche, c’est d’accentuer encore l’étanchéité entre l’école et le monde réel où des gens sont obligés de travailler pour vivre. Cette recette, testée progressivement depuis plus de trente ans, a démontré sa redoutable efficacité : il faut donc mettre les bouchées double.

C’est, on le comprend, parfaitement crétin. Mais c’est surtout dramatiquement logique de la part de nos turbo-communistes : comme l’explique assez bien cet article, l’esprit d’entreprise, c’est la concrétisation palpable de la liberté, c’est la cristallisation dans le réel d’une idée et de l’application de sa liberté de prendre un risque, de faire autre chose que les autres, de le faire autrement. C’est l’expression la plus évidente d’une liberté de pensée, de l’expérimentation d’une voie que d’autres n’ont pas choisie, avec les bénéfices évidents qu’un succès peut apporter, et les coûts parfois élevés qu’un échec suscite. Or, tout ça, c’est parfaitement insupportable pour nos collectivistes : une tête qui dépasse, un rang qui n’est pas droit, un type qui fait autre chose, autrement, c’est une fêlure dans leur mur, c’est une fissure dans leur monde parfait d’hommes tous identiques, c’est, évidemment, l’individualisme et donc l’opposé abhorré du collectif au-delà duquel il ne peut y avoir aucun salut.

On comprend que Méluche bave un peu à la commissure de ses lèvres à l’évocation d’une telle immixtion de la vie réelle dans l’endoctrinement des petits Français : des élèves auxquels on expose une vraie façon crédible de créer leur propre emploi, vous n’y pensez pas !

Enseigner l’esprit d’entreprise, en France ? Et pourquoi pas les bénéfices de la liberté, tant qu’on y est ?! Êtes-vous fou ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 05/05/2013 - 21:44
Les gauchistes ont peur de l'esprit d'entreprise!
Rien ne nous étonne plus dans cet ringardise de gauche.
Si seulement ils pouvaient, tous, émigrer en Corée du Nord ou à Cuba!
Là-bas aussi, on n'aime pas trop l'esprit d'entreprise...
veloman95
- 05/05/2013 - 19:45
formulaire
dans certain lycée agricole, on apprend a remplir un dossier de subvention. Je pense que dans les écoles on pourrait faire des cours pour apprendre à s'inscrire à pole emploi ou pour obtenir toute sorte d'aides au lieu de perdre son temps a apprendre a lire, compter, ou l'économie d'entreprise.
winnie
- 05/05/2013 - 17:37
si nous devenions tous patrons?
decidement notre Peillon n'ayant pas le courage d' engager les vrais réformes (pourtant il y a de quoi faire au sujet de l'école) pour flatter les patrons, va encore plomber l'emploi du temps des écoliers avec l'esprit d'entreprendre.Comme si cela se decretait