En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 19 min 48 sec
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 43 min 5 sec
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 1 heure 20 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 2 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 2 heures 43 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 3 heures 28 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 4 heures 51 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 17 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 18 heures 33 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 34 min 22 sec
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 1 heure 44 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 3 heures 52 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 4 heures 14 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 17 heures 23 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 18 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 18 heures 47 min
Esprit d'entreprise : première leçon

Et donc, enseigner l’esprit d’entreprise équivaudrait à enseigner la cupidité aux élèves... Mais avant de les insulter, avez-vous rencontré un seul entrepreneur dans votre vie M. Mélenchon ?

Publié le 01 mai 2013
Suite à l’annonce par François Hollande d’un "programme sur l’entrepreneuriat de la sixième à la terminale" sous forme de stages et de conférences, Jean-Luc Mélenchon a déclaré mardi matin "qu’un jeune élève a d’autres choses à apprendre avant de se faire enseigner la cupidité". Est-ce bien habile que d’établir un parallèle entre entrepreneuriat et cupidité ?
Leonidas Kalogeropoulos
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Léonidas Kalogeropoulos est Président du Cabinet de lobbying Médiation & Arguments qui défend la liberté d’entreprendre, l’innovation, le pluralisme et la concurrence dans les domaines de l’audiovisuel, des télécoms, du sport, d’Internet, de l’énergie,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à l’annonce par François Hollande d’un "programme sur l’entrepreneuriat de la sixième à la terminale" sous forme de stages et de conférences, Jean-Luc Mélenchon a déclaré mardi matin "qu’un jeune élève a d’autres choses à apprendre avant de se faire enseigner la cupidité". Est-ce bien habile que d’établir un parallèle entre entrepreneuriat et cupidité ?

Réagissant aux annonces du Président de la République en faveur de la promotion de l'esprit d'entreprise dès le collège - qui devrait constituer le socle d'un consensus national trans-partis - M. Mélenchon s'est empressé de se distinguer en contestant tout intérêt à cette démarche, qui s'apparenterait, selon lui, à apprendre la "cupidité" à nos enfants.

Si certains avaient encore un doute sur les conceptions politiques nauséabondes de M. Mélenchon, espérons que le masque sera enfin tombé et que plus personne à gauche ne sera plus tenté de gagner les faveurs d'un homme qui cherche à séduire les victimes de la crise économique pour ranimer la flamme d'un collectivisme liberticide.

Parce que l'esprit d'entreprise, ce n'est rien d'autre que la liberté en marche, dans ce qu'elle peut avoir de plus créatif. L'esprit d'entreprise, c'est ce qui motive à travailler plus, pour ne jamais lâcher la poursuite d'un projet, qu'il soit associatif, artistique ou entrepreneurial ! L'esprit d'entreprise, et sa déclinaison particulière dans la liberté d'entreprendre, c'est ce moteur qui crée des emploies, des richesses, des exportations, des recettes fiscales, de la fierté aussi, pour toutes celles et tous ceux qui réalisent leurs projets.

Bien entendu, lorsque l'on risque tout ce que l'on possède, quand on travaille sans relâche pour réaliser son projet, quand on assume la responsabilité des salaires, des charges, des emprunts..., on attend en retour de gagner plus que les seuls 4 500€ par mois qui trouvent grâce aux yeux de M. Mélenchon, comme si ceux qui gagneraient plus avaient  volé leur argent.

M. Mélenchon à le mérite d'exprimer tout haut cette jalousie sociale lancinante qui mine notre pays, donnant le sentiment à tous ceux qui ont un projet en tête que s'ils avaient le malheur de le réussir en France, ils ne seraient pas félicités peur avoir surmonté tous les obstacles sur leur route, mais qu'ils seraient au contraire conspués comme si ce qu'ils seront parvenus à gagner devait nécessairement avoir été pris à d'autres, et qu'importe s'ils auront créé des emplois et payé plus de taxes que n'importe où ailleurs dans le monde, ce ne sera jamais suffisant!

Dans ce système de pensée, la seule manière de trouver de la richesse pour ceux qui n'en n'ont pas, ce n'est pas de la créer, c'est de la prendre à ceux qui en ont ! Et cohérent avec lui-même, M. Mélenchon veux bien défendre les entrepreneurs s'ils gagnent de 1 500 à 4 500€ par mois, mais pour lui, la cause est entendue, au delà de 300 000€ par an, tout doit aller à l'Etat.

Tout ce système idéologique est cohérent, et en bonne logique, il commence par la critique de l'esprit d'entreprise. Personne ne doit vouloir faire plus que les autres, personne ne doit vouloir gagner davantage. La société doit être régie par les grands organisateurs centraux, qui sauront mieux que chacun assurer la collectivisation des biens et leur répartition juste et équitable au profit du bonheur légitime de tous. Et si quelqu'un s'égare à imaginer son bonheur en dehors des fourches caudines de cette répartition égalitaire, c'est qu'il est atteint de "cupidité" et il est alors une menace pour la société.

Être parvenu à ce stade du débat politique est très salutaire. M. Mélenchon apparaît tel qu'il est, ennemi de l'esprit de liberté qui constitue le socle de nos sociétés occidentales. Et il apparaît sans nuance tel qu'il est par la grâce de la défense prise par le Président de la République en faveur de l'esprit d'entreprise et de la liberté d'entreprendre.

Le Rubicon entre ces deux gauches est enfin tracé, et il est - heureusement - infranchissable !

Il est temps que cette ligne soit clairement assumée par la majorité qui nous gouverne. Cette ligne porte un nom, qu'il est temps de décliner avec fierté : c'est un libéralisme de gauche, qui n'a rien avoir avec les vielles lunes  obsolètes d'un nostalgique du collectivisme liberticide, idéologie qui porte la responsabilité de la moitié des atrocités commises au XXème siècle.

Et il s'agit d'un libéralisme de gauche, parce que sans encore être parvenu à se doter d'instruments satisfaisants, il cherche à disposer de leviers de régulation qui parviendront à concilier l'épanouissement de la liberté d'entreprendre - qui appartient à chacun, et qui doit être promue -, et la nécessaire régulation des excès qui peuvent conduire le système libéral à précipiter nos économies dans des crises qui sèment la désolation.

Rechercher de tels leviers de régulation est légitime. Mais il ne faut pas confondre cette ambition, qui peut contribuer à donner à notre économie un socle de développement durable, et les quelques gadgets dont la majorité a été tentée de s'emparer pour donner l'illusion de dompter l'économie. C'est ainsi qu'elle s'est laissée aller à vouloir taxer le capital comme le travail, ce qui est une négation de la prise de risque, et ce qui a conduit à faire s'effondrer les investissements dans notre pays. Il a fallu moins d'un an pour que le chef de l'Etat, courageusement, fasse machine arrière en ramenant la taxation des plus values de cession dans la moyenne européenne .

Mais c'était surtout un gadget censé donner à M. Mélenchon des gages pour le rallier à la majorité. C'est la même vocation que poursuit le projet de taxation à 75% des revenus supérieurs à 1 million d'euro.

De la même manière que la majorité vient d'avoir le courage, qu'il faut saluer, d'abandonner le slogan "taxer le capital comme le travail", renonçant à vouloir séduire le bolchevisme à la petite semaine du Front de gauche, de la même manière doit-il avoir le courage de renoncer à sa taxe à 75%. Cette taxe se veut emblématique, mais elle n'est qu'une posture revancharde contre les riches, elle sonne comme une sanction de la réussie et de l'ambition, alors que notre pays gagnerait collectivement à les encourager et à les attirer en France, plutôt qu'à les faire fuir.

Le libéralisme de gauche est attaché à la liberté et il ne peut pas compter au sein de sa majorité des nostalgiques d'une idéologie moribonde  responsable des heures les plus sombres du XXème siècle. Après avoir tenté de la séduire, la majorité vient de s'en démarquer. Qu'elle abandonne son projet de taxation à 75%, et elle aura achevé de rompre avec elle. Ce sera salutaire, pour le Gouvernement, pour la cohérence idéologique de la  majorité et pour la conduite économique et la réussite de notre pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (54)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Festeringboil
- 03/05/2013 - 21:27
Mélencon,entrepreneur de pompes funèbres
Faut grossir les rangs des fonctionaires et du prolétariat,permettre aux
non-citoyens de voter et amnistier les fiers à bras syndicaux et assomer d'impôts confiscatoires ceux qui osent réussir financièrement.Le nivellement par le bas,et dire qu'un français sur 10
se rendent aux urnes pour épauler cet obscurantiste.
phranck
- 02/05/2013 - 02:35
Mais souvenez vous....Ce type Melenchon a meme ete ministre
Je l'avais oublie.....
En avril 2000, après avoir refusé les secrétariats d'État au logement et à l'outre-mer, Jean-Luc Mélenchon est ministre délégué a l'enseignement professionnel ! Et oui ministre ca paye plus...Il gagnait combien a l'epoque avec les avantages. Et comme senateur de l'Essonne, ca se faisait payer combien au meme frais de la princesse?
Et maintenant DEPUTE EUROPEEN pour defendre quoi, pour detruire l'Europe? Salaire mensuel net du député européen: 6080,33€ + les avantages...
Ilmryn
- 02/05/2013 - 02:29
@CN13
CN13 "Je vous trouve très marrants tous ces commentaires plein de bons sens. Mais alors ! pourquoi avoir voté un Hollande si nul et incompétent ?"
.
25 millions d'électeurs inscrit n'ont pas voté pour lui. (Et ceux qui ont vraiment du bon sens n'ont voté pour personne, il n'y a aucun parti significatif pour la vraie démocratie contre l'étatisme oligarchique liberticide)