En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 2 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 2 jours
C'est la faute aux Chinois !

Pendant que la Chine s'éveillait, la France s'est endormie… A quand le réveil ?

Publié le 02 décembre 2013
L'Occident doit faire d'une juste concurrence son but premier en matière d'échanges internationaux pour espérer redevenir compétitif. Si nous continuons à jouer la carte du libre-échange débridé, la dévastation de nos économies deviendra inéluctable.
Gérard Lignac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sciences Po, Droit, MBA Harvard, Gérard Lignac a d'abord fait carrière dans l'industrie, puis dans la presse comme Président de l'Est Républicain et Président du groupe EBRA.Il est également actionnaire d'Atlantico.Il a écrit La mondialisation pour une...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Occident doit faire d'une juste concurrence son but premier en matière d'échanges internationaux pour espérer redevenir compétitif. Si nous continuons à jouer la carte du libre-échange débridé, la dévastation de nos économies deviendra inéluctable.

Si tout le monde est d’accord sur la nécessité d’améliorer la compétitivité, on n’en distingue généralement pas les deux niveaux : entre pays à l’intérieur de l’Europe, où tout est possible, et entre l’Europe et la Chine, où la différence des coûts de main d’œuvre crée un déséquilibre concurrentiel pour quelques décennies encore insurmontable.

Avec le chômage, les caisses de l’Etat en basses eaux et des déficits records, la France et plusieurs Etats européens se trouvent en face de la délicate et indispensable mission où rétablir les comptes se conjugue avec relancer l’économie, l’un n’allant pas sans l’autre, sous peine d’échec et de graves troubles sociaux. En nous en tenant tout d’abord au cas de la France, examinons ce qui paraît être les clés du succès.

Le gouvernement demande avec raison que tout le monde s’y mette : gouvernement, administrations, entreprises, syndicats, mais c’est au niveau des entreprises que la partie se jouera. Ces dernières ont "besoin d’air" comme le dit Yvon Gattaz, règlementairement comme financièrement. Il appartient au gouvernement de créer des conditions favorables dans ces deux domaines.

Un point doit attirer en particulier son attention. Les entreprises françaises supportent par rapport aux allemandes un supplément de charges fiscales de 8 % du PIB, soit la "paille" de 160 milliards d’euros par an : les 20 milliards d’aides prévues par le gouvernement font pâle mine à côté. Leurs marges s’en trouvent réduites d’autant pour investir. L’idéal serait de gagner ces 8% entièrement par des économies sur le fonctionnement de l’Etat. A défaut, par des transferts de charges comme une augmentation de la TVA.

Le recours à la monétisation auprès de la BCE est un autre moyen de financement. Il a évidemment ses limites mais est indispensable comme stimulant économique et comme compensation à l’effet déflationniste des mesures de diminution des dépenses de l’Etat. Ceci semble avoir été bien compris par les autorités responsables, à travers il est vrai un mécanisme assez onéreux.

Le recours aux dévaluations monétaires reste ouvert aux 10 membres de l’UE, dont l’Angleterre, restée en dehors de la zone euro. Pour les 17 autres, la sortie de l’euro poserait autant de problèmes qu’elle en résout. Peut-être qu’une solution consisterait à dévaluer tout en restant accroché à l’euro, de façon à garder un abri contre les inévitables manœuvres des marchés sur les monnaies faibles.

Enfin, pour redonner à l’Europe une croissance d’au moins 1%, il est indispensable de remédier à la concurrence déséquilibrée - un véritable jeu de massacre - exercée par la Chine depuis 20 ans. Que ce pays soit la 2e puissance économique du monde ou la 1ère n’est pas en soi le problème. Le problème est dans sa presque invincible force de pénétration sur les marchés internationaux. N’a-t-on pas vu le PIB chinois passer de 4% du PIB mondial en 2001 à 20% en 2011, en 10 années ? Le déficit de l’Europe des 27 sur les échanges avec la Chine s’est élevé en 2011 à 156 milliards d’euros, soit 1,3% du PIB européen. Et cette ponction dure depuis la chute du mur de bambou en 1990. Textile, chaussures, téléphonie, petit électroménager, électronique grand public, des pans entiers d’industrie ont ainsi disparu des fabrications européennes. Maurice Allais chiffrait dès 1999 à 60% des causes de chômage en France les délocalisations vers la Chine.

L’ouvrier et le paysan chinois sont les trésors de ce pays. Courageux, méticuleux, héritiers de trois millénaires d’artisanat raffiné, ils coûtent à l’employeur 10 à 20 fois moins qu’en Europe Occidentale. En d’autres termes, ce qui revient à 100 en France, revient à 10 ou 5 en Chine, suivant la province concernée. La Chine vit il est vrai des mouvements sociaux qui se terminent par des augmentations de salaires. Mais l’écart actuel de niveau avec l’Europe est tel qu’il faudra mathématiquement au moins 25 ans avant qu’il soit à peu près résorbé. 20% d’augmentation sur 5, pour reprendre l’exemple précédent, ne fait toujours que 6, nous laissant bien loin de la zone de rattrapage.

Les gouvernements des pays occidentaux ne semblent pas apercevoir l’impact de cette situation. Excès de prudence, survivance tenace de l’idée de la prédominance passée de l’Europe, chemin de la facilité, foie aveugle dans le libre-échange, suivisme de certains voisins, pression de quelques grands intérêts privés, il y a sans doute un peu de tout cela. A part quelques critiques sur la politique monétaire chinoise, qui n’est que l’écume du problème, rien ne se passe. La Chine peut même prélever des droits de douane assez élevés sur à peu près toutes les importations dans le pays pour consolider des avantages déjà décisifs, personne n’en parle jamais, tandis que l’Europe reste complaisamment ouverte à tous les vents. Les déficits et les dettes s’accumulent, la croissance est arrêtée, le niveau de vie en général en passe de baisser, les investissements découragés parce que remis en cause faute de perspectives d’amortissement à travers une commercialisation rentable : aucune facilité de crédit, même de la BPI, ne peut lever cet obstacle majeur. On se contente de s’en tenir néanmoins à des analyses et à des remèdes d’il y a 30 ans, et à se féliciter des quelques exportations qui nous restent, comme le luxe, l’aéronautique ou le nucléaire.

"L’industrie textile française est prête, titrait il y a quelques années un article du Figaro : il n’y a plus de fabrication en France mais il reste la conception". Comme Bruxelles, l’auteur de cet article ne regardait que l’intérêt des consommateurs, sans se soucier des producteurs, créateurs de richesse.

L’automobile avec son caractère de production de masse et de séries est à l’évidence la prochaine cible de la Chine. Des usines - chinoises ou étrangères - se construisent dans ce pays, à grande cadence. Que se passera-t-il quand ce gigantesque marché de 20 millions par an subira un ralentissement ? N’écoulera-t-on pas le surplus vers l’Occident tant qu’il y restera du pouvoir d’achat ?

Clairement l’aéronautique suivra, puis le nucléaire. Il y a actuellement, inspiré des techniques françaises, appuyées elles-mêmes sur la technologie "eau pressurisée" de Westinghouse Electric, 29 réacteurs en construction en Chine. Parallèlement, un prototype de réacteur à lits de galets, qui refroidit les réacteurs à l’hélium-graphite au lieu d’eau, est en construction à grands frais. La Chine ne cache pas son ambition de devenir le principal constructeur et exportateur au monde en technologie nucléaire.

Les dilemmes auxquels l’Europe se confronte

Accroître la compétitivité pour tenir tête à la Chine supposerait finalement une diminution des rémunérations en Europe occidentale de l’ordre de 50%. Il est peu probable que nos populations le supportent.

Si on ne le fait pas, la crise s’approfondit, l’économie sombre petit à petit et l’on retrouve le chaos social que l’on veut éviter.

Sortir de l’euro et dévaluer provoque un isolement contraire à toute l’évolution actuelle des échanges mondiaux et la menace de chaos n’est pas non plus écartée. Dévaluer à l’intérieur du système monétaire européen paraîtrait déjà plus raisonnable mais ne résout pas non plus le problème de fond.

Toutes ces solutions auraient peut-être le mérite d’apporter une bouffée d’air frais, mais présentent l’inconvénient de ne pas s’attaquer au fond du problème que nous avons posé de rééquilibrer le commerce de l’Europe avec la Chine. Actuellement, la concurrence internationale est régie par l’OMC, organisme on le sait complètement privé, dont la mission statutaire est mono focalisée, puisqu’elle se limite à réduire progressivement les droits de douane avant de les supprimer, sans aucune considération des situations des parties prenantes.

Plus ancienne, moins mécanique et plus humaine, entendant tempérer la concurrence par la coopération entre les nations, la Convention de la Havane, émanant des Nations Unies, fut signée en 1948. Elle ne fut pas ratifiée par le Congrès Américain et fut remplacée par le GATT puis par l’OMC. Elle prévoyait entre autres que soient prises toutes mesures appropriées afin de corriger pendant le temps voulu, les déséquilibres importants apparus dans le commerce international. Dans cette optique, la Chine a pu dans un premier temps être légitimement considérée comme un pays sous-développé qu’il fallait aider. Par son extraordinaire puissance concurrentielle d’abord, devenue logiquement ensuite également financière, ce pays courageux et laborieux a aujourd’hui pleinement atteint sa majorité et les règles communes doivent lui être appliquées. Des droits de douane simplement compensateurs - c’est une question de niveau - et révisables, négociés, autant que cela dépendrait de nous, avec lui avant toute mise en œuvre, bien entendu au niveau européen, répondraient à la nécessité de redonner à chacun ses chances et de permettre l’indispensable relance économique de l’Europe. Nous avons dans un article précédent exposé les modalités d’un tel système.

Les entreprises qui délocalisent aujourd’hui, souvent pour assurer leur survie, ne peuvent être blâmées, poussées qu’elles sont par le libre-échange intégral ambiant. C’est aux Etats, et à eux seuls, qu’il appartient de leur apporter les amendements nécessaires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
yavekapa
- 02/12/2013 - 22:37
Pour l'instant
aucun chinois n'a écrit un livre "Quand la France s'éveillera" !
C'est sur qu'après la visite du petit pépère inconscient et de son acolyte moscovicié en Chine, ils ont bien compris qu'on est en train de couler.
Ils flairent déjà les bonnes affaires à faire au moment de la faillite !!!
Quand vous revenez de Chine, vous trouvez qu'en France c'est mort !
caribou
- 02/12/2013 - 20:25
La seule chose a retenir
LA CHINE, CE PAYS COURAGEUX ET LABORIEUX. Les 2 petits détails qui nous manque pour redevenir une grande civilisation (l'Europe unie bien entendu). Tout le reste de vos arguments, aussi pertinent qu'ils puissent être, seront inapplicable sans ces 2 tous petits détails. Car sans bonne volontée de notre part, toutes demande de réequilibrage passerait pour un caprice de rentier voulant préserver ses acquis.
la saucisse intello
- 02/12/2013 - 10:40
"l'industrie textile est prête.....
Nous gagnerons par les nouveaux produits, le design, l'innovation" et je ne sais quoi encore qui devait faire trembler de peur les chinois. Monsieur Lignac me contredira-t'il si je précise que l'auteur de ce chef d'oeuvre à la fois d'enfûmage, de pédanterie et d'inconscience se nommait....guillaume sarkozy ? Et que le même est ce jour à la tête de malakoff-médéric, qui est encore plus mal en point que ses liquidées fabriques de caleçons !