En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

03.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

06.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 14 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 16 heures 27 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 18 heures 19 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 20 heures 8 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 20 heures 41 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 21 heures 1 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 21 heures 17 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 21 heures 55 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 22 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 13 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 16 heures 17 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 18 heures 14 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 19 heures 40 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 20 heures 26 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 20 heures 51 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 21 heures 34 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 22 heures 43 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 15 heures
© Reuters
Au lendemain de l'élection de François, de nombreux chantiers attendent des réponses.
© Reuters
Au lendemain de l'élection de François, de nombreux chantiers attendent des réponses.
Lendemain d'élection

François : entre pièges et réformes nécessaires, sur quel chemin le pape va-t-il mener l'Eglise ?

Publié le 14 mars 2013
Quelles sont les grandes tendances qui pourraient caractériser le pontificat de François ? Au lendemain de son élection, de nombreux chantiers attendent des réponses.
Jean-Sébastien Philippart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sébastien Philippart est philosophe. Il est Conférencier à l'Ecole Supérieure des Arts de Bruxelles. Il est également auteur pour la revue MondesFrancophones.com.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quelles sont les grandes tendances qui pourraient caractériser le pontificat de François ? Au lendemain de son élection, de nombreux chantiers attendent des réponses.

Atlantico : L’Église a un nouveau pape en la personne de Jorge Mario Bergoglio. Vers quel chemin ce choix engage l’Église ?

Jean-Sébastien Philippart : En revêtant le nom de François pour la première fois, son pasteur engage a priori l’Église à faire montre d’exemplarité comme l’ordre des mendiants, en ne s’installant pas dans le monde (de la propriété), en refusant l’apparat et en ne se cloîtrant pas. Tout un programme.

Jorge Mario Bergoglio est le premier pape sud-américain de l’Histoire. S’agit-il d’une évolution fondamentale pour l’Eglise ? Quelles sont les conséquences de ce choix ?

On peut y voir à première vue le geste fort d’un "décentrement" comme si l’Église prenait enfin acte de sa propre mondialisation. Si avec Benoît XVI, l’Église a fait le choix de la stabilité face à l’incertitude provoquée par la mort de Jean-Paul II, elle semble aujourd’hui avoir fait le choix d’assumer le renouvellement. L’immense enthousiasme que cela génère déjà  risque donc de tomber de très haut si les promesses ne sont pas tenues.

Cela signifie-t-il que l’Église tire les conséquences de son relatif déclin en Europe ? Sera-t-elle désormais tournée davantage vers le reste monde ?

En réalité rien n’est moins sûr. Car se décentrer vers l’Amérique du Sud revient certes à reconnaître que l’énergie n’est plus européenne, mais c’est aussi se retrouver. Au lieu de repenser sa place au sein d’un monde désacralisé (l’Europe), avec cette élection, l’Église se retourne vers un monde (l’Argentine) dont elle est toujours le centre de gravité.

Peut-on interpréter l’élection de Bergoglio comme une défaite des conservateurs ?

Le paradoxe est qu’il n’y a pas plus fidèle à un pape qu’un conservateur.

Comment néanmoins interpréter le paradoxe entre ce choix plutôt progressiste, qui semble répondre à une attente de la communauté catholique au sens large, et le fait que les pratiquants, ceux qui se rendent encore à l’église, soient relativement conservateurs ?

Il ne faut pas confondre l’Église (dans le sens de la communauté des croyants) avec les églises. Nombre de catholiques n’hésitent pas à s’affirmer non-pratiquants comme gage de leur modernité.

Jorge Mario Bergoglio a choisi le nom de François en référence à François D’Assise et à son combat contre la pauvreté. Quel peut être aujourd’hui le rôle de l’Église dans cette lutte ?

En replaçant avec force au centre de son discours la valeur de la simplicité volontaire, l’Église ne manquera sans doute pas d’entrer en résonance ou d’amplifier un discours écologique qui a plutôt bonne presse. Mais demeure une question : en se dépouillant volontairement (comme saint François) rencontre-ton réellement les pauvres involontaires ?

Jorge Mario Bergoglio est également le premier pape jésuite. Quel peut être l’influence de cet ordre sur sa vision de l’Eglise et du monde ?

Selon moi, le trait qui caractérise le mieux un jésuite n’est autre que la curiosité, c’est-à-dire la nécessité pour que la réflexion ait lieu de porter son regard le plus loin possible. Et donc le caractère jésuite de notre nouveau pape est peut-être celui-là qui sera à même de réconcilier l’Église avec un monde désacralisé.

Quels sont les autres chantiers importants qu’il devra mener en priorité ? Peut-on attendre de ce nouveau Pape une réponse aux derniers scandales qui ont éclaboussé le Vatican ?

Aller à la rencontre de tous ceux qui ne se reconnaissent plus dans l’Église à travers une humilité qui transfigure le scandale en une demande de pardon.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (34)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vertigo
- 16/03/2013 - 10:18
@Stef
Me concernant je ne pense pas qu'on le puisse parler de connaissances, celle des autres commentateurs semblent bien plus avancées et je suis heureux de le constater.
Je vous faisais juste état de ma foi et ce qui la nourrit.
Vous concernant je trouve que vous vous débrouillez très bien et je respecte votre position, d'autant plus qu'il me semble discerner chez vous une certaine forme de foi ainsi qu' une belle âme.
Stef
- 15/03/2013 - 21:22
Vous avez tous
de très bons arguments et une vraie connaissance de la religion. Je respecte très sincèrement cela. Je voulais partager mon sentiment d' absence de Dieu non pas pour critiquer la chose religieuse, plus pour réagir à l' arrivée de notre nouveau pape. J' ai le souvenir de l' abbé Pierre disant mot pour mot dans une emission ( je crois bien que c' était 7/7): " je n' aime pas le mot Dieu". J' étais plus jeune et cela m'a marqué, c' était l' abbé Pierre!!! Je trouve des affinités avec François, et j' ai un certain espoir avec ce pape. Ceci dit, Nietzsche avait du respect pour la religion, il méprisait le pouvoir religieux, pas la philosophie et son pouvoir d" élévation. C' est une nuance de taille pour un philosophe athé.
Le gorille
- 15/03/2013 - 19:03
Dommage pour la révélation
@Stef
Soit, pour la révélation... mais je crois plutôt à un renforcement de votre propre conviction. C'est un choix personnel, posé depuis la nuit des temps.
Pour les grecs, les romains et autres anciens, il existe une petite subtilité de taille entre eux et la civilisation telle que nous la concoctent les philosophes athées : le respect du religieux, s'entend, l'idée que nous, hommes, devons être humbles devant une Puissance créatrice qui nous dépasse, et qui existe.
Entre les Juifs et le Christ, d'un côté, et les anciens, de l'autre, une différence est que les premiers ont eu un dialogue direct avec la Puissance qui s'est fait reconnaître, et que les seconds ont du mettre une image et une mythologie pour concrétiser leur sentiment religieux.
Aujourd'hui, nos élites athées nient jusqu'à ce sentiment religieux et laissent dominer leur orgueil, pièce maîtresse de leurs délires.