En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 6 jours 20 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 38 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 heure
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 5 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 6 jours 22 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 51 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 heure
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 5 heures
Bonnes feuilles

Le monde en 2030 : et si l'eau et la nourriture devenaient des denrées rares ?

Publié le 17 mars 2013
Un rapport de la CIA affirme qu'en 2030, la demande en nourriture, en eau et en énergie augmentera entre 35 et 50% et que de nombreux pays seront confrontés à des pénuries. Extrait de "Le monde en 2030 vu par la CIA" (2/2).
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un rapport de la CIA affirme qu'en 2030, la demande en nourriture, en eau et en énergie augmentera entre 35 et 50% et que de nombreux pays seront confrontés à des pénuries. Extrait de "Le monde en 2030 vu par la CIA" (2/2).

L’interaction croissante entre la nourriture, l’eau et l’énergie, combinée avec le changement climatique, aura des effets considérables sur le développement mondial dans les 15-20 prochaines années. Dans un mouvement tectonique, la demande de ces ressources progressera significativement en raison de l’accroissement de la population mondiale qui passera de 7,1 milliards aujourd’hui à 8,3 milliards en 2030. Comme nous l’avons déjà relevé, l’expansion de la classe moyenne et des populations urbaines accentuera les pressions sur les ressources critiques, en particulier la nourriture et l’eau, mais les nouvelles technologies, comme l’agriculture "verticale" dans des gratte-ciel qui permet également de
réduire les coûts de transport, pourraient favoriser l’augmentation des ressources nécessaires. La sécurité de l’approvisionnement en eau et en denrées devient de plus en plus critique en raison du changement climatique dont l’ampleur dépassera les prévisions.

« … l’expansion de la classe moyenne et des populations urbaines accentuera les pressions sur les ressources critiques, en particulier la nourriture et l’eau, mais les pénuries ne sont pas inévitables. »

Nous n’allons pas nécessairement vers un monde de pénuries, mais les décideurs politiques et leurs partenaires du secteur privé devront agir en amont pour les éviter. De nombreux pays n’auront probablement pas les moyens d’éviter les pénuries en eau et en denrées sans une aide massive de l’extérieur. Se poseront alors diverses problématiques : les ressources critiques sont-elles mieux gérées ? Les technologies permettent-elles d’atténuer les difficultés liées au manque de ressources ? Et est-ce que les mécanismes de gouvernance employés sont plus efficaces pour limiter les pires résultats possibles ? Aujourd’hui, il n’existe pas de système international effectif pour gérer le contrôle des exportations, ce qui accroît souvent les pénuries alimentaires. Favoriser davantage les importations de nourriture peut aider certains pays aux ressources limitées en eau à réduire la pression sur leurs ressources en eau. Ces "incertitudes", largement dépendantes du facteur humain, seront étudiées dans les prochains chapitres abordant les catalyseurs de changement et les mondes possibles. Ce chapitre se concentre sur les pressions exercées sur ces ressources.

Le traitement des problèmes relatifs à l’une de ces ressources ne pourra pas se faire sans affecter l’approvisionnement et la demande des autres ressources. L’agriculture est grandement dépendante de l’accessibilité à des points d’eau adéquats ainsi que des engrais riches en énergie. La puissance hydrique est une source significative d’énergie dans certaines régions, tandis que de nouvelles sources d’énergie, comme les biocarburants, menacent d’exacerber les risques de pénuries alimentaires. Le champ est aussi vaste pour les compromis négatifs que pour de potentielles synergies positives.

Le marché est également en train d’évoluer. Les stratégies asiatiques d’investissement dans les ressources, soutenues par l’État, sont en train de modifier l’environnement des affaires pour les entreprises en situation de concurrence dans l’industrie extractive et pour d’autres types d’investissements en infrastructures dans les pays en développement. Les investissements directs à l’étranger réalisés par des entreprises nationales, largement situées dans les pays émergents, ont largement concerné le forage, l’extraction et les produits pétroliers. De façon générale, les matières premières représentent désormais deux tiers des investissements directs à l’étranger par les entreprises nationales. Les pays asiatiques donnent déjà la priorité à des accords bilatéraux de long terme pour la fourniture de pétrole, de gaz et de charbon contenant des clauses d’assistance politique et économique.

L’extrapolation des tendances actuelles des habitudes de consommation en nourriture et en eau par habitant montre l’ampleur attendue du problème au cours des vingt prochaines années. La demande de nourriture devrait augmenter de plus de 35 % d’ici à 2030, mais les gains de productivité mondiaux ont chuté de 2,0 % entre 1970 et 2000 à 1,1 % aujourd’hui, et ils continuent leur dégringolade. Le monde a consommé plus de nourriture qu’il n’en a produit au cours de sept des huit dernières années. Une large étude internationale a déterminé que les besoins annuels mondiaux en eau atteindront 6 900 milliards de mètres cubes (MMC) en 2030, 40 % de plus que la capacité actuelle. L’agriculture, qui consomme approximativement 3 100 MMC d’eau aujourd’hui, soit un peu moins de 70 % de l’ensemble de la consommation mondiale, aura besoin de 4 500 MMC si elle ne gagne pas en efficacité. Environ 40 % des individus dans le monde vivent à proximité d’un bassin fluvial international. Plus de 200 bassins de ce type sont partagés par au moins trois pays, ce qui accroît les dépendances et les vulnérabilités découlant de changements dans la demande et la disponibilité de l’eau. Si les tendances actuelles se poursuivent, l’OCDE estime qu’en 2030 environ la moitié de la population mondiale vivra dans des zones rencontrant de grandes difficultés d’approvisionnement en eau.

______________________________________________________

Extrait de "Le monde en 2030 vu par la CIA" (Editions des Equateurs), 31 janvier 2013

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
letroll
- 17/03/2013 - 14:05
il est temps de réarmer
si on considère qu'il y aura également d'autres pénuries sur les matières 1éres et l'énergie ... ça va chauffer sur la planète, il est grand temps de mettre en place des moyens militaires solides et un vrai contrôle des flux migratoires
la saucisse intello
- 17/03/2013 - 13:11
La pénurie d'eau potable....
en Chine, c'est maintenant. D'ailleurs ils dépensent des fortunesz dans de gigantesques usines de distillation de l'eau de mer afin de la potabiliser. 900 millions de chinois grouillent sur la bande côtièren (leçons de géographie de 6ème), Shangai : 23 millions d'habitants et des cochons crevés en guise d'apéro ! Remarquez, c'est PLUTOOT une bonne nouvelle et voici pourquoi : Quand l'économie chinoise va s'écrouler (c'est à dire bientôt), le gouvernement, en bonne dictature qu'il est, fera comme la Corée du nord mais en plus grand : Il désignera "l'ennemi de l'extérieur", "le grand satan", "le capitalisme affameur" ou autres conneries.......c'est à, dire NOUS. Or il y a trente ans que l'armée chinoise monte en puissance (paranthèse, le "lumineuse" CIA s'est plantée jusqu'à l'os, elle nous prédisait la tranquilité jusqu'en 2030 !), ce n'est pas innocent. Alors le moment venu (car il viendra !), quelques missiles à tête conventionnelle dans leurs usines d'eau potable et on verra combien de temps 1,35 milliards de chinetoques peuvent vivre sans eau. Petit livre rouge ou pas ! Le pétrôle est fini, l'uranium suit, le charbon est suicidaire, le nerf de la guerre, c'est l'eau.