En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 1 min 28 sec
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 2 heures 16 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 3 heures 4 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 4 heures 54 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 5 heures 32 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 6 heures 58 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 17 heures 12 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 18 heures 11 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 23 min 53 sec
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 3 heures 30 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 6 heures 18 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 6 heures 56 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 7 heures 14 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 24 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 21 heures 27 min
© Reuters
Jean-Marie Le Guen recommande désormais ouvertement un recul de l'âge de départ à la retraite à 62 ans.
© Reuters
Jean-Marie Le Guen recommande désormais ouvertement un recul de l'âge de départ à la retraite à 62 ans.
Suspense

Retraite à 62 ans : et si c'était déjà trop peu ? L'âge réel de départ qui permettrait de sauver notre système de retraite est...

Publié le 05 mars 2013
Le député socialiste Jean-Marie Le Guen recommande désormais ouvertement un recul de l'âge de départ à la retraite à 62 ans dès 2015 afin d'"assurer le financement des retraites en 2020".
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le député socialiste Jean-Marie Le Guen recommande désormais ouvertement un recul de l'âge de départ à la retraite à 62 ans dès 2015 afin d'"assurer le financement des retraites en 2020".

D’ici 2020, pour maintenir à flot notre système de retraite, les pouvoirs publics doivent trouver une vingtaine de milliards d’euros. La dérive des comptes de l’assurance-vieillesse est préoccupante car elle est intimement liée à l’affaiblissement de notre économie. La crise qui réduit la masse salariale sur laquelle sont assises les cotisations « vieillesse » explique qu’il faille se remettre à l’ouvrage trois ans à peine après la précédente réforme. C’est aussi la faute à la méthode des petits pas choisie depuis 1993, l’ajustement s’effectuant au fil de l’eau.

Si le constat est relativement partagé, le Gouvernement et la majorité semblent chercher leur voie en matière de propositions.

Le député socialiste de Paris, Jean-Marie Le Guen lève un tabou, à gauche, en admettant que le report de l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans pourrait intervenir dès 2015 au lieu de 2017. Il invite même à la poursuite de l’activité jusqu’à 64 voire 65 ans ce qui est déjà, il faut le souligner, possible. Ce petit pas n’en est pas moins important au regard de la promesse électorale de François Hollande de revenir à la retraite à 60 ans.

Quelques jours après l’installation de la Commission pour l’avenir des retraites, la déclaration du député de Paris est, en effet, un ralliement au principe de réalité car avec un départ fixé, en 2013, à 60 ans et 9 mois, la France fait figure d’exception. L’âge moyen de départ à la retraite est en moyenne chez nos partenaires de 65 ans. L’Allemagne ou le Royaume-Uni ont programmé de le porter progressivement à 67 ans. Ce recul est la solution la plus pratiquée car il a un impact direct et fort sur les finances publiques. Il réduit le nombre de bénéficiaires de pensions et augmente le nombre de cotisants ; d’un côté moins de dépenses, de l’autre, plus de recettes. Certes, certains sont tentés d’affirmer que ce double effet n’aboutit qu’à transférer des charges de l’assurance-vieillesse sur l’assurance-chômage. Or, ce n’est pas le cas ; le taux de chômage des seniors est inférieur à celui de l’ensemble des actifs et depuis trois ans, l’âge de départ effectif à la retraite recule dans notre pays. En portant cet âge à 63 ans d’ici 2018, les comptes de l’assurance-vieillesse pourraient être en équilibre sous réserve d’une légère amélioration de la conjoncture économique. En le fixant à 65 ans, nous pourrions desserrer l’étreinte financière. Les Français sont, sur ce sujet, en avance par rapport à leurs dirigeants comme en témoigne le récent sondage réalisé par le Cercle des Epargnants*. 60 % des sondés jugent ce report comme nécessaire pour assurer la pérennité du système de retraite.

Cette mesure serait moins douloureuse que la désindexation qui revient à réduire le pouvoir d’achat des retraités actuels et à venir. Aujourd’hui, les pensions comme les droits qui les constituent évoluent au rythme de l’indice des prix établi par l’INSEE. En supprimant cette règle, le pouvoir d’achat diminuerait année après année, avec un pernicieux effet cumulatif. La désindexation appliquée aux complémentaires ou aux régimes de bases est certainement la disposition la moins juste socialement. Indolore dans un premier temps, elle réduit durablement le montant des pensions.

A défaut de jouer sur ces deux curseurs, le Gouvernement pourrait recourir à l’allongement de la durée de cotisation qui est actuellement de 41 années et demie. Depuis 2003, cette durée est fixée en fonction de l’évolution de l’espérance de vie. Son allongement a un impact moins direct que le recul de l’âge de départ à la retraite, un nombre non négligeable d’actifs partant à la retraite ont déjà atteint le nombre de trimestres exigés.

Pour réduire la charge liée aux retraites, les pouvoirs publics pourraient également décider de calculer les pensions sur l’ensemble de la carrière au lieu des vingt cinq meilleures années. Une telle modification poserait un problème d’équité si la retraite des fonctionnaires restait calculer sur la base des six derniers mois de rémunération. Comme pour la solution précédente, les gains ne seraient sensible que d’ici plusieurs années.

Evidemment, l’augmentation des cotisations retraite constitue une tentation mais la France est déjà très largement au-dessus de moyenne. Nous ferions mieux de nous inspirer de l’Allemagne qui a institué un plafond de cotisations sur le salaire qui ne peut pas être dépassé.

Pour éviter d’ouvrir le chantier des retraites, tous les deux ou trois ans, le Gouvernement pourrait avoir le courage de conduire une réforme systémique comme le suggère à demi mot, le député Jean-Marie Le Guen. La création d’un régime unique par points qui fusionnerait tout à la fois les régimes de base et les régimes complémentaires constituerait un grand big bang. Si une telle révolution n’est pas en soi une source d’économie, elle permet, en revanche, de gérer plus facilement et plus finement le système de retraite. Pour équilibrer l’assurance-vieillesse, il suffirait de jouer sur la valeur des points et sur la date d’ouverture des pensions. Dans un tel système, la gestion des retraites progressives serait aisée.

De même, il serait, comme en Suède, possible d’instituer un système de comptes notionnels qui intègre un coefficient lié à l’espérance de vie pour calculer le montant des pensions. Il serait même possible de réinstituer la retraite à 60 ans mais avec à la clef des droits à pension réduits. Pour garantir l’équilibre du nouveau régime, les pouvoirs publics pourraient fixer un montant maximal de la richesse nationale consacrée aux dépenses vieillesse.

Plus des deux tiers* des Français sont inquiets pour leur future retraite mais contrairement aux idées reçues, ils demandent l’engagement de réformes ambitieuses sous réserve qu’elles soient équitables. La création d’un grand régime par points a leur préférence car le lien entre cotisations et pension serait plus net et le même pour tous. Depuis 20 ans, la retraite est à l’image de la France, les petits arrangement étant souvent préférés à l’audace.

* sondage 2013 CSA/CECOP pour le Cercle des Epargnants

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (35)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Stephan_Toulousain
- 10/03/2013 - 15:28
Revoir la retraite
C'est revoir tout le systeme avec fusion des caisses de retraite complémentaire AGIRC-ARCOO, le mode de calcul du coté SS après la prise en compte de toute la carrière, des actualisations honnêtes
(c'est sur le % du plafond qu'il faut intervenir et non pas sur l'actualisation des annuités qui devrait suivre les variations du plafond SS) , des âges de départ à la retraite identiques pour tous, et bien évidemment un plafonnement des retraites cumulées.
Après seulement,on verra s'il faut augmenter l'age de départ ou pas.
Imragen
- 06/03/2013 - 19:17
@laurentso
Auriez vous l'amabilité de me rappeler ce que disait François Hollande à ce sujet il y a quelques années, lorsqu'il était dans l'opposition ?
Stefan
- 06/03/2013 - 16:20
L'inégalité face à la retraite ...
En 1968, mon frère J... s'est engagé comme gendarme. Il a fait beaucoup d'années en outre-mer (1 an en outre-mer ou en Corse = 2 ans d'activité de gendarme en métropole). En 1981, soit 13 ans après, il a pu prendre une demi-retraite qui lui rapporte environ 800 Euros par mois à vie. Voilà donc 32 ans qu'il touche cette demi-retraite et si tout va bien pour encore 20 ans ou plus. Il aura cotisé 13 années pour 52 années ou plus de retraite. Pas mal, mieux que de gagner au loto ... !
***
Mon frère Y ... s'est engagé comme gendarme en 1970. Il a fait son service pratiquement tout le temps en Corse (1 an = 2 ). Il touche depuis plus de 20 ans une retraite complète d'environ 1800 Euros par mois et ce pour encore 25 ans ou plus si tout va bien. Il aura donc cotisé seulement 22 ans pour recevoir une retraite pleine pendant au moins 45 ans, pas mal non cette petite rente à vie ! !
***
Moi je travaille bravement depuis mes 18 ans en 1975, je vais cotiser sans interruption jusqu'à 67 ans soit environ 49 ans. Si tout va bien je vais, peut-être, toucher une retraite pendant 15 ans.
***
Parfois je me dis que j'ai tout faux dans ma vie ... !