En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
Ainsi soit-il

Célibat des prêtres, sacerdoce des femmes, rapport à l'argent : les assauts de la réalité finiront-ils par emporter le mur du dogme ?

Publié le 25 février 2013
Selon le quotidien italien La Repubblica, Benoît XVI aurait été convaincu de démissionner après avoir appris l'existence d'un "lobby gay" au Vatican. La réalité sociétale pourrait-elle finir par l'emporter sur le dogme de l'Eglise catholique et les considérations d'ordre théologique ?
Kristoff Talin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Kristoff Talin est politologue et sociologue, spécialiste des religions. Il est actuellement chargé de recherche au CNRS.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le quotidien italien La Repubblica, Benoît XVI aurait été convaincu de démissionner après avoir appris l'existence d'un "lobby gay" au Vatican. La réalité sociétale pourrait-elle finir par l'emporter sur le dogme de l'Eglise catholique et les considérations d'ordre théologique ?

Atlantico : Les révélations du quotidien italien La Repubblica sur les agissements d'un éventuel "lobby homosexuel" au sein du Vatican viennent s'ajouter à une série de scandales, avérés ou non, sur la sexualité des prêtres. Cela pourrait-il finir par encourager une réflexion de l'Eglise catholique quant à son rapport au réel ? La réalité sociétale pourrait-elle finir par l'emporter sur le dogme et les considérations d'ordre théologique ?

Kristoff Talin : La sexualité est quelque chose de tabou dans l'Eglise catholique. Je ne pense pas que ce type de scandales changera quoi que ce soit dans la vision du célibat des prêtres. Sur ces questions l’ouverture n’est pas envisageable. On devrait même plutôt assister à une rigidification des normes, particulièrement sur la sexualité, et continuer à nier la réalité des désirs sexuels nourris par les hommes d’Eglise. Dans l’état actuel, même si un nouveau pape va prochainement être nommé, la réalité sociale risque d’être mise de côté.

Pour rappel, en 325, une première tentative de faire reconnaître le célibat des prêtres échoue au concile de Nicée. L'interdiction de se marier après l'ordination est cependant instituée en vertu des traditions de l'Eglise. Malgré tout, cette dernière éprouve de grandes difficultés à imposer le célibat aux prêtres, qui sont nombreux à se marier et à avoir des enfants. Au fil des siècles, la volonté d’un encadrement plus strict du clergé ne faiblit pas. Ainsi, vont se succéder quatre conciles de Latran de 1123 à 1215, qui finiront d’instaurer le célibat des prêtres. Une règle qui sera de plus en plus respectée jusqu’aujourd’hui. 

L'évolution de cette question du célibat des prêtres pourrait résoudre la frustration d'un certain nombre d'entre-eux, mais malheureusement pas la crise de la vocation chez les jeunes. En effet, on observe que chez les pasteurs par exemple, qui peuvent s’unir, il y a également une crise de la vocation. Les traditions sont donc plus fortes que tout changement social.


D'autres éléments du dogme, au-delà du célibat des prêtres, pourraient-ils être remis en question ? 

Pour ce qui est du rapport à l’argent, la situation n’évoluera pas vers un enrichissement personnel car, pour les chrétiens, le bonheur ne réside pas dans la réussite matérielle. En revanche, LE grand changement, pourrait être le sacerdoce des femmes. Il y a tout un mouvement qui va dans ce sens, particulièrement en Amérique du Nord. 

L’Eglise se retrouve dans une situation paradoxale : environ 80% des pratiquants réguliers sont des femmes, elles sont aussi nombreuses à avoir des responsabilités dans les paroisses, et ont souvent fait autant d’études que les prêtres en théologie. Mais l’Eglise est une institution patriarcale, le Christ n’a pas voulu de femmes parmi ses apôtres, donc il n’y a pas de raison que les femmes aient une place reconnue dans la religion. Là encore, la tradition prime sur la réalité sociale.

A partir de quel moment peut-on considérer que la situation deviendra ingérable ? 

En Occident, la pyramide des âges des prêtres est catastrophique. En 2010, La Croix révélait que l’âge médian des 14 000 prêtres français était de 75 ans. En 1990, ils étaient plus de 32 000. Il n’y a plus de prêtres, donc le regroupement de paroisses ne suffit plus. Il faut trouver une solution. Pendant un temps, l’Eglise de France pensait que des vocations viendraient d’Afrique, mais leur enthousiasme n’a pas été à la hauteur de nos espérances. A un moment donné, il n’y aura plus de religieux qualifiés pour encadrer le peu de fidèles qui résistent à la crise. Ce serait l’occasion rêvée de faire une place aux femmes qui souhaitent rentrer dans les Ordres. Malheureusement, l’Eglise reste hermétique à cette éventualité. A se demander si elle ne préfère pas perdre, au compte-goutte, ses fidèles. Si cela continue, la messe et l’eucharistie seront des rituels en voie de disparition dans certaines communes.

Comment expliquer l'attachement des catholiques au dogme ?

Les catholiques pratiquants sont des ritualistes, ils ont un attachement certain pour les traditions et, pour eux, les dogmes sont des sortes de protections face aux difficultés du monde actuel. Respecter les principes religieux en matière de sexualité par exemple va éviter aux catholiques les maladies telles que le sida et le recours à l’intervention volontaire de grossesse. Plus ils sont intégrés par la pratique, par le sacrement de pénitence, plus ils créent un cocon familial.

Aujourd’hui, on compte environ 70% de baptisés catholiques parmi lesquels 25% se rendent à la messe plusieurs fois par an et seuls 7 à 8% s’y rendent au moins une fois par mois. Donc quelques 40% des catholiques ne mettent pas un pied à la messe, d’où cette facilité à accepter l’évolution des dogmes. On appelle ce groupe les "catholiques culturels". Ils ont certes reçu le baptême, mais ils sont loin des traditionalistes. On y retrouve les divorcés remariés par exemple, personnes bien évidemment plus susceptibles de voir l’Eglise prendre des mesures pour moderniser les dogmes.

En Afrique et en Asie, le catholicisme a de beaux jours devant lui. En Occident, et principalement en Europe, la situation commence à être véritablement difficile. Les traditions finiront peut-être par user de nombreux catholiques, surtout les catholiques culturels qui font de moins en moins baptiser leurs enfants.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (41)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
OmbreDuZ
- 27/02/2013 - 23:40
Un bon catholique est toujours coupable
car il faut bien qu'il ait des pechés a confesser. Le pape et les cardinaux n'ignorent pas la force du plaisir homosexuel bien au contraire. Mais ils se confesseront sans doute.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=-rbxov7CVi8

Le gorille
- 26/02/2013 - 20:35
Bobo ... ïsante
@Anémone... Bien reçu ! Mais bof, quest-ce qu'une vision bobo ... ïsante, sinon une vision humaine sans aucune profondeur ? Une vision liée à la mode du moment ? Une vision prononcée un jour, reniée le lendemain, si la forme a changé ?
Mais bon, va pour bobo...ïsante, surnom qui me faire sourire car il renvoie aux bonobo... qui ne sont pas "ïsant" eux ! Ils sont plutôt naturels, eux ! Et pas compliqués !
trentenaire-du-14
- 26/02/2013 - 12:51
@maisonblanche, @consulaire merci pour votre invitation...
... Mais nous préférons passer nos dimanche en famille à d'autres loisirs qui sont pour nous plus enrichissants.
J'avais parlé de cet exemple parce que nous nous étions rendus à ce baptême pour faire plaisir à des cousins de ma femme et nous avions été choqué par ce que je vous ai raconté précédemment, je trouvais que cette anecdote vécue collait au sujet et à l'époque, on s'était fait la réflexion amusée que ce n'était pas comme ça qu'ils allaient se rendre plus sympathique.
Bonne journée