En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 jour 14 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 jour 15 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 jour 16 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 jour 16 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 jour 17 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 jour 17 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 jour 18 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 jour 18 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 jour 19 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 jour 14 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 jour 15 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 jour 16 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 jour 17 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 jour 17 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 jour 17 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 jour 18 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 jour 19 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 jour 19 heures
© Reuters
La théorie du genre ne fonctionne pas ou alors au prix d'une torsion des réalités humaines telle qu'elle finit par devenir intenable et générer de la violence.
© Reuters
La théorie du genre ne fonctionne pas ou alors au prix d'une torsion des réalités humaines telle qu'elle finit par devenir intenable et générer de la violence.
Le sexe des anges

Deux papas ou deux mamans c'est pareil... mais la justice française accorde à 72% la garde à la mère lors des divorces. La théorie du genre rend-elle la société française schizophrène ?

Publié le 20 février 2013
Tour à tour étendard égalitariste pour la gauche et boîte de Pandore dangereuse pour la droite, la théorie du genre irrite autant qu'elle fascine bien qu'elle soit souvent réduite à un objet politique opportun.
Pierre-Henri d'Argenson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri d'Argenson est haut-fonctionnaire. Il a enseigné les questions internationales à Sciences Po Paris. Il est l’auteur de "Eduquer autrement : le regard d'un père sur l'éducation des enfants" (éd. de l'Oeuvre, 2012) et Réformer l’ENA, réformer...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tour à tour étendard égalitariste pour la gauche et boîte de Pandore dangereuse pour la droite, la théorie du genre irrite autant qu'elle fascine bien qu'elle soit souvent réduite à un objet politique opportun.

Cette interview a été mise à jour. 

Atlantico : La théorie du genre est un courant de pensée expliquant que le sexe sociologique de chaque individu est la résultante de choix personnels et d’influences extérieures plutôt que de biologie. Utilisée comme argument pour justifier le mariage pour tous, on constate pourtant que celle-ci est vite oubliée devant un tribunal qui juge de la nature des liens parentaux en cas de divorce. La France n'a-t-elle qu'une vision opportuniste du débat sur le genre ou est-elle totalement schizophrène ?

Pierre-Henri d'Argenson : La France est réceptive à la théorie du genre pour une raison méconnue : ce sont les penseurs structuralistes français des années 1960 (Lacan, Deleuze, Derrida, etc.), identifiés sous le nom de "French theory", qui ont inspiré les "gender studies" nées aux États-Unis dans les années 1970. Les théories du genre trouvent donc en France un terreau intellectuel qui leur est naturellement favorable, parce que le structuralisme continue d’irriguer le monde intellectuel français. Le problème, c’est que le débordement du champ intellectuel vers le champ politique et anthropologique est comme la rencontre de l’utopie et du réel : ça ne fonctionne pas, ou alors au prix d’une torsion des réalités humaines telle qu’elle finit par devenir intenable et générer de la violence. C’est le cas en matière familiale. Même si la loi sur le mariage homosexuel est adoptée, non seulement le problème de la filiation continuera de se poser, mais nous assisterons dans une vingtaine d’années à l’arrivée d’une génération d’enfants qui demanderont à leurs aînés de quel droit ils ont été délibérément privés d’un père ou d’une mère. Et cette loi finira comme le communisme en Union soviétique.

Quels usages les politiques en font-ils en France ?

Pierre-Henri d'Argenson : Les politiques ne maîtrisent pas bien ce débat, parce qu’ils n’ont pas compris, sauf quelques-uns, que nous avons changé de perspective : jusque-là nous étions dans un cadre relativement traditionnel de revendications de groupes ou de minorités réclamant un droit à la tolérance ou à l’égalité. Notre vieux système politique, forgé et poli par les siècles, nous permettait de répondre à ces revendications, pas toujours négativement d’ailleurs (s’agissant des femmes par exemple), en faisant la part de l’intérêt général et des intérêts particuliers, de la sphère publique et de la sphère privée, des liens de filiation et des liens d’émotion. Autant de distinctions héritées des Grecs et des Romains, qui ont permis à nos sociétés de survivre à bien des bouleversements politiques et sociaux. Avec la question homoparentale et le féminisme extrême, nous sommes passés à une exigence "révolutionnaire" de transformation radicale du modèle anthropologique traditionnel fondé sur la famille et la filiation hétérosexuée. Une fois de plus, la droite se retrouve intellectuellement tétanisée devant les oripeaux du "progressisme" brandis par la gauche pour justifier son projet de "mariage pour tous", alors qu’au contraire, il lui faudrait saisir cette occasion pour redonner au "conservatisme" toutes ses lettres de noblesse.

Ce débat dans son ensemble est-il la démonstration d’une société qui a fait de la science un mercenariat fournissant des arguments à géométrie variable ?

Pierre-Henri d'Argenson : Ce débat démontre surtout que nous avons la mémoire bien courte. Il n’y a pas si longtemps, d’autres théories, qui se prétendaient en leur temps aussi scientifiques que les théories du genre aujourd’hui, nous expliquaient non seulement que les races étaient inégales, mais qu’il fallait en tirer toutes les conséquences en matière d’organisation de la société. Avec les meilleures intentions du monde, les idéologues des théories du genre reproduisent le même schéma philosophique, en considérant que le caractère réputé scientifique de leurs "découvertes" les autorise à imposer à la société de changer en conséquence, selon le raisonnement suivant : "puisque notre science démontre formellement que le sexe n’est qu’une construction sociale servant uniquement à légitimer des systèmes de soumission et d’oppression (des hommes en direction des femmes et des "minorités sexuelles"), les sexes doivent être abolis". A partir de là, tout est bon, y compris la coercition, pour faire advenir par la force un « homme nouveau », asexué ou bi-sexué, qui viendrait remplacer une humanité ontologiquement salie par l’altérité sexuelle. Contre ce projet profondément déstructurant, je laisserai le mot de la fin à un très grand scientifique, l’astrophysicien Trinh Xuan Thuan : "malgré toutes les connaissances qu’elle nous apporte (…) la science n’a rien à dire sur la façon de mener notre existence et de vivre en société" (Le Cosmos et le Lotus, Albin Michel, 2011).

La France peut-elle réellement basculer vers une généralisation des genders studies comme s’en inquiètent certains ou son ADN culturel y est-il trop profondément opposé ?

Pierre-Henri d'Argenson : La France possède une capacité de résilience vis-à-vis des théories du genre, qu’elle tire de deux sources : la première, c’est qu’elle est le berceau de l’amour courtois. Cela peut paraître désuet, mais les femmes, quoiqu’elles en disent, restent attachées à ce privilège de sexe qui leur donnait une prééminence symbolique très forte dans la société. En essayant d’importer la guerre des sexes en Europe, les théoriciens du genre se heurteront je l’espère à toutes les femmes qui devinent que toutes les utopies égalitaires ne valent pas le magnifique hommage que les hommes leur ont toujours rendu dans notre pays, et que le féminisme outrancier a déjà considérablement abîmé. En fait, je crois que nous aimons trop les jeux de l’amour pour nous laisser gâcher la vie par les constructions dogmatiques des gender studies. La seconde, c’est la persistance d’une profonde tradition d’humanisme judéo-chrétien, qui nous a jusque-là toujours prémunis des utopies fondées sur un pseudo scientisme, et qui a toujours porté un regard aimant et positif sur la différence des sexes. Nous resterons je l’espère le petit village gaulois qui résiste encore et toujours à l’envahisseur !

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
titine
- 20/02/2013 - 15:38
Le futur proche
est la voie du totalitarisme purement et simplement. Les vrais cinglés ne sont pas malheureusement soignés dans notre société !
freddy
- 20/02/2013 - 12:50
Quelle photo horrible!
Comme un arrière-goût de dégénérescence....
Yann
- 19/02/2013 - 19:38
Plus de mauvaise foi, tu meurs ...
Les théories du genre sont très controversées, ce sont bien les anti-mariage gay qui les remettent sur le tapis, qu'on ne s'y trompe pas.
Mais c'est curieux, il n'y a aucun article sur les 2 grandes avancées juridiques pour l'homoparentalité en Autriche et en Allemagne.