En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 2 jours 11 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 jours 15 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 16 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 17 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 18 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 18 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 20 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 20 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 jours 14 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 jours 16 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 17 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 17 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 18 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 18 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 20 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 20 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 20 heures
Libérer le yuan

Chine : éveillée mais coincée

Publié le 28 mars 2011
Face à une inflation galopante, la Chine choisit de durcir sa politique monétaire. Elle devrait plutôt de laisser le Yuan s'apprécier pour renforcer sa compétitivité sur des bases saines qui permettent de financer les investissements et d'augmenter les salaires.
Jean-Marc Daniel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à une inflation galopante, la Chine choisit de durcir sa politique monétaire. Elle devrait plutôt de laisser le Yuan s'apprécier pour renforcer sa compétitivité sur des bases saines qui permettent de financer les investissements et d'augmenter les salaires.

Face à un taux d’inflation de 5%, la Chine serre sa politique monétaire. Ce faisant, les dirigeants de Pékin commettent deux erreurs d’analyse.

Une nécessaire remise à niveau des prix

La première est de ne pas comprendre qu' une économie qui rattrape son retard par rapport aux économies dominantes comme celles de l’Europe et des États-Unis connaît inévitablement une remise à niveau de ses prix. Quand la Chine aura atteint le même stade de développement économique que les pays du G7, elle aura des prix identiques. Comme ce n’est pas encore le cas, chaque année qui comble l’écart entre les PIB par tête comble aussi les écarts entre les niveaux de prix. Cela s’appelle en théorie économique « l’effet Balassa Samuelson ».

Cette situation n’a pas que des aspects négatifs car parmi les prix qui augmentent, il y a les salaires. Cet accroissement des rémunérations est naturel : une économie ne peut vivre durablement dans la spoliation de sa force de travail par la perpétuation autoritaire de salaires trop bas.

La compétitivité par le progrès technique

La seconde erreur tient là encore à l’évolution du coût du travail. Dans son obsession mercantiliste, la Chine fonde sa croissance sur les exportations, c'est-à-dire sur une forte compétitivité. Mais elle se trompe sur le moyen de l’obtenir. Tout pays a trois possibilités pour renforcer sa compétitivité : la première est la dévaluation et la sous évaluation de sa devise ; la deuxième est la déflation salariale ; la troisième est l’amélioration de la productivité par le progrès technique.

Alors qu’à long terme, c’est cette dernière qu’il faut choisir, les Chinois s’arc-boutent sur les deux premières. Certes, par un contrôle des changes d’un autre âge qui perturbe l’économie mondiale et stérilise dans les caisses de leur Banque centrale des sommes abyssales, ils arrivent à limiter la hausse du yuan. Mais la pression sur les salaires est de plus en plus forte et nourrit une inflation « Balassa-Samuelson » qui immanquablement érode leur compétitivité.

Laisser le Yuan s'apprécier

La bonne réponse au problème chinois d’inflation n’est ni de serrer les conditions de crédit, ce qui pénalise une économie qui a encore beaucoup d’investissements à financer, ni de chercher à maintenir des salaires de misère. Elle est de supprimer le contrôle des changes et laisser le yuan s’apprécier.

D’une part, cela obligerait les entreprises, confrontées à la réalité productive de leurs concurrents, à mener le combat de la compétitivité sur des bases saines et durables ; d’autre part, cela ferait baisser le prix des importations, ce qui freinerait l’inflation. En outre, comme une part significative des importations est agro-alimentaire, en baisser le prix par le taux de change permettrait d’éviter une révolte frumentaire.

La rue arabe s’est révoltée notamment contre l’évolution des prix des produits de première nécessité. A Pékin, on sait que la rue chinoise est susceptible de s’enflammer pour les mêmes raisons. Mais les décisions prises, soumises à l’esprit mercantiliste qui y règne, sont à côté de la plaque.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sympatic
- 26/03/2011 - 11:03
économie au service de l'homme (suie)
Mais les dirigeants chinois se disent qu'il vaut mieux continuer à asservir le peuple par le maintien dans un état de pauvreté. Des fois qu'il lui viendrait des idées subversives...
sympatic
- 26/03/2011 - 11:01
économie au service de l'homme
Les Chinois n'ont pas besoin d'envahir tous les continents pour avoir une forte économie. Ce pays a un marché intérieur gigantesque qui ne demande qu'à s'équiper en biens de consommation ou à faire évoluer la qualité de vie. Il suffit de faire progresser rapidement les salaires pour faire tourner l'économie chinoise à plein régime.