En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 55 min 39 sec
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 2 heures 15 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 2 heures 39 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 3 heures 16 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 4 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 4 heures 39 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 5 heures 24 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 5 heures 57 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 6 heures 48 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 19 heures 43 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 3 heures 40 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 4 heures 9 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 5 heures 48 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 6 heures 10 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 19 heures 19 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 20 heures 10 min
© DR
La suppression du mot "race" de la Constitution était une promesse de campagne de François Hollande. Elle sera tenue avant l'été 2013 selon France Inter.
© DR
La suppression du mot "race" de la Constitution était une promesse de campagne de François Hollande. Elle sera tenue avant l'été 2013 selon France Inter.
On refait l'Histoire

Attention danger, les néo-maos relancent la guerre des mots

Publié le 04 février 2013
Comme il l'avait promis pendant sa campagne, François Hollande supprimera le mot "race" de la Constitution avant l'été 2013. La députée PS Sandrine Mazetier souhaite rebaptiser l'école "maternelle", expression qu'elle juge sexiste, et le "mariage pour tous" remplace le "mariage homosexuel"...
Eric Deschavanne et André Sénik
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme il l'avait promis pendant sa campagne, François Hollande supprimera le mot "race" de la Constitution avant l'été 2013. La députée PS Sandrine Mazetier souhaite rebaptiser l'école "maternelle", expression qu'elle juge sexiste, et le "mariage pour tous" remplace le "mariage homosexuel"...

Atlantico : La suppression du mot "race" de la Constitution était une promesse de campagne de François Hollande. Elle sera tenue avant l'été 2013 selon France Inter. Pour François Hollande, il n’y a pas de place pour le mot race dans la République. Par ailleurs, la députée PS de Paris Sandrine Mazetier a expliqué, vendredi sur RTL, avoir saisi le gouvernement pour faire débaptiser l'école maternelle, qui renvoie trop, selon elle, à l'image de la seule mère. Dans l’Histoire, les régimes totalitaires ont parfois mené une politique d’épuration de la langue. N’y a-t-il pas un caractère révisionniste dans cette loi ?

André Senik :. L’épuration du vocabulaire menée par les socialistes a pour noble objectif de mettre fin à l’usage public des termes qui sont jugés discriminatoires.Tant que l’usage privé des mots "race" ou "materne" n’est pas réprimé, mais simplement blâmé au nom de la pensée correcte, il serait démesuré de parler de totalitarisme, qu’il faut réserver aux novlangues stalinienne et nazie.

Après tout, il est sans aucun doute bon en principe d’exclure de la langue officielle des termes que l’on juge intrinsèquement injurieux et discriminatoires. Le problème est de savoir s’ils le sont réellement. Et quand ils ne le sont pas, cette chasse aux mots tourne au ridicule et à l’odieux. Les lecteurs de La tache, le livre de Philippe Roth, savent jusqu’où ce ridicule et cet odieux peuvent mener.Par exemple, bien des gens, par crainte de paraître antisémites, remplacent pudiquement le mot Juif par le terme israélite.Ils ont très gravement tort !

Certes, le mot Juif a servi à discriminer et à exterminer, mais en lui-même il est parfaitement légitime et honorable. Il serait donc absurde de le confondre avec son usage antisémite et de le chasser comme un malpropre de la langue officielle. Le mot race a servi à discriminer et à maltraiter des races prétendument inégales, jusqu’à prétendre qu’elles n’appartenaient pas à la même humanité.Mais il se trouve que ce mot race a été utilisé aussi bien par le plus respectable tenant du monogénisme, sans impliquer la moindre inégalité entre elles. Je veux parler de Darwin.

"La question de savoir si l'humanité se compose d'une ou de plusieurs espèces a ces dernières années été beaucoup discutée par les anthropologues, qui se sont répartis entre deux écoles le monogénisme et le polygénisme. Ceux qui n'admettent pas le principe de l'évolution doivent considérer les espèces comme des créations distinctes, ou en quelque sorte comme des entités distinctes, et ils doivent décider quels sont les types d’hommes qu'ils considèrent comme des espèces par l'analogie avec la méthode généralement appliquée pour classer les êtres organiques en espèces. (…) Les naturalistes, d'autre part, qui admettent le principe de l'évolution, et cela est maintenant admis par la majorité des hommes de progrès, n’hésiteront pas à considérer que toutes les races humaines sont les descendants d'un stock unique primitif; Ils peuvent ou non croire bon de désigner les races comme des espèces distinctes, afin d'exprimer leur différence.» Darwin, La descendance de l'Homme 

Seule une grave déficience de pensée peut faire croire qu’on lutte efficacement contre les inégalités et les discriminations en chassant de la langue les différences que tout le monde voit, ou pire encore, en niant ces différences.

En ce qui concerne le mot "race" il existe des groupes humains visiblement distincts sous certains aspects, - sans une totale discontinuité entre eux d’ailleurs-. On peut les classer de différentes façons, et aussi les désigner de différentes façons, si on dispose d’un terme plus juste que celui de race. Mais nier la diversité entre les groupes qui composent l’humanité par peur des usages criminels de ce mot est la preuve qu’on renonce à penser l’égalité dans la différence, et qu’on rêve d’un monde sans différences du tout. S’il faut  éliminer le mot race pour lutter contre le racisme, que faire contre le sexisme ? On en arrive ainsi à affirmer qu’il n’y a pas de différences significatives entre les hommes et les femmes, puisque cette inégalité a servi à justifier l’inégalité entre les deux sexes. Sur cette brillante lancée, on entend dire qu’il n’y a pas de différence entre l’amour maternel et l’amour paternel, puisque le premier a servi d’argument pour enfermer la femme dans la prison des trois K (Kinder, Küche, Kirche), enfants-cuisine-Église.

Alors que tant d'autres pays parfaitement démocratiques, au premier rang desquels les Etats-Unis, ne voient aucun problème dans la reconnaissance de l'existence des races, la nier est-il vraiment le meilleur moyen de lutter contre le racisme ?

Eric Deschavanne : Comment une proposition aussi saugrenue a-t-elle pu être germer dans l'esprit de François Hollande ou de l'un de ses conseillers ? On peut supposer qu'elle repose sur l'hypothèse selon laquelle le racisme dépend de la reconnaissance de l'existence des races : en supprimant le mot race, on supprimerait donc l'idée que les races existent, ce qui contribuerait à faire reculer le racisme. Je me rappelle une exposition scientifique, intitulée "Tous parents, tous différents", qui entendait ainsi promouvoir l'idée de la non-existence des races. Ce raisonnement repose toutefois sur une illusion. Le racisme ne consiste pas dans le fait d'admettre l'existence des races, de même que le sexisme ne se fonde pas sur l'idée de la différence des sexes. Le concept de race n'est pas opératoire pour décrire la nature humaine, estiment aujourd'hui les scientifiques : mais s'il l'était, cela ne justifierait pas le racisme pour autant ! Le cinéma et la littérature ont imaginé à de nombreuses reprises une situation de rencontre entre des humains et des humanoïdes (de race ou d'espèce différente, donc), afin de souligner que la reconnaissance du semblable et le respect de l'autre ne dépendent pas nécessairement de l'identité ou de la parenté biologique.

Le paradoxe dans cette affaire est que la suppression du mot "race" de la Constitution pourrait favoriser le retour en force de l'idée de race dans la vie politique, sous la forme de la discrimination positive. En effet, la doctrine dite des "distinctions interdites" contenue dans l'article 1er de la Constitution - qui établit que le principe de l'égalité devant la loi prohibe l'usage des distinctions fondées sur l'origine, la race et la religion – est considérée par les juristes comme constituant un cran d'arrêt à une politique de traitement préférentiel qui envisagerait de cibler des groupes identifiés par leur origine ou leur couleur de peau.

Les partisans de la discrimination positive combattent cet "aveuglement aux différences" en considérant à l'inverse que la prohibition des distinctions est une erreur : les races doivent selon eux être reconnues par la législation, non comme réalité biologique bien sûr, mais comme des "constructions sociales" produites par l'histoire et le regard racialisant. Il est donc faux de dire que la suppression du mot "race" de la constitution restera sans effet : elle permettra en réalité la promotion de ce "racisme positif" au service de l'antiracisme.

Exagérer le pouvoir des mots au détriment des actes, à quelles dérives cela peut-il conduire ?

Eric Deschavanne : Ce qui est absurde, c'est de considérer qu'une idée ne survivra pas au mot qui la désigne ! Dans cette affaire le pouvoir des mots est bêtement surestimé, sauf si le but est effectivement de promouvoir la discrimination positive. Ceci dit, les mots, dans un texte de loi, une constitution ou, a fortiori dans une déclaration de principes, sont essentiels. Ce qui me frappe, c'est la perte du sens et de la valeur des mots, et surtout des principes, au sein de la classe politique, symptôme peut-être du déclin de la culture littéraire et philosophique.

Le procédé rappelle la Révolution culturelle chinoise et sa volonté d’éradiquer le passé. En quoi peut-on rapprocher les pratiques actuelles du PS de l'idéologie maoïste ?

André Senik : Cette campagne sémantique n’est pas du totalitarisme, car l’usage privé des mots non grata n’est pas réprimé. C’est juste le comble de la dénégation et de la sottise érigée en vertu.

En si bon chemin de chasse aux différences, car les différences sont les sorcières de la pensée égalitariste, il faudra purifier la langue de l’expression "langue maternelle", coupable d’exclure cruellement le paternel, mais aussi rayer le mot "patrie", qui sent son paternel à plein nez, sans oublier d’arracher sa barbe au père Noël. Quant à "la mère patrie", il faudra la chasser pour double discrimination.

Ira-t-on jusqu’à interdire aux élèves des écoles publiques de lire le poème de du Bellay "France mère des arts, des armes et des lois" ? Les purificateurs ont du travail sur la planche, car la langue parlée et écrite a une histoire qu’on ne peut pas rayer d’un trait législatif, fut-il de gauche.

Et d’ailleurs, penser le monde sans pouvoir nommer les différences, pour risque d’inégalité, c’est évidemment s’interdire d’avoir des pensées claires et distinctes, et des pensées tout court. Alors veillons nous aussi à ne pas mésuser des mots comme "totalitarisme" ou "révisionnisme."

Contre l’offensive du politiquement correct qui interdit d’appeler officiellement un chat un chat et une chatte une chatte, je crois préférable de ne pas taxer les purificateurs de la langue officielle de révisionnisme ou de maoïsme. Leur bêtise est spécifique, dominée qu'elle est par la confusion entre égalité en droits et identité absolue. Les ridiculiser vaut mieux que les diaboliser.

Retoucher constamment la Constitution ne risque-t-il pas surtout de la désacraliser ?

Eric Deschavanne : C'est un mal français, je le crains. Nous surestimons le pouvoir de la loi, expression de la souveraineté populaire, et éprouvons une certaine aversion pour le "gouvernement des juges". Un obscur ministre socialiste, du temps de Mitterrand, avait fait scandale en déclarant  à ses adversaires politiques : "vous avez juridiquement tort parce que vous êtes politiquement minoritaires".

Il exprimait ainsi, je crois, l'inconscient collectif de nos élus, qui s'imaginent avoir tous les droits lorsqu'ils sont portés au pouvoir par le suffrage universel. Dans un État de droit parvenu à maturité, on ne devrait en effet toucher aux principes constitutionnels que d'une main tremblante, mais, en France, ils sont considérés comme des jouets électoraux.

Chirac a fait inscrire dans la constitution l'absurde principe de précaution ; Sarkozy voulait y mettre le principe de diversité, avant que la commission qu'il avait mise en place à cet effet lui fasse comprendre que cela n'avait aucun sens pour des juristes ; Hollande a proposé la constitutionnalisation de la loi de 1905 et la suppression du mot race : notre pauvre constitution, bombardée tous les cinq ans de propositions loufoques, n'échappe à aucune démagogie !

Cette proposition n’est-elle pas également synonyme d’une certaine impuissance des hommes politiques aujourd’hui. Dans une période de crise où les chef d'Etat semble avoir de moins en moins prise sur l'économie, le combat politique et idéologique est-il devenu une simple affaire de mots ?

Eric Deschavanne : Pour le dire de manière caricaturale : on s'empoigne sur le mariage gay pendant que notre destin se joue au niveau des politiques des banques centrales ! Le sentiment de l'impuissance publique gagne du terrain, en effet, et l'agitation sur les sujets mineurs ou inexistants y participe, en achevant de décrédibiliser les politiques.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (47)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lorrain
- 04/02/2013 - 20:08
pauvre joseph
il a toujours pas entendu parlé des crimes de son homonyme staline le petit père des peuples, l' homme d' acier (tous les autres en taule).
encore nourri au mythe de stakhanov alors que même le commies ont admis que c' est une supercherie.
faut se réveiller, le mur est tombé, mais bon, pour les nostalgiques de la stasi, il reste la Corée du Nord, le pays des travailleurs heureux, la riante contrée de l'égalité fraternelle, allez-y, la porte est ouverte
chatchat
- 04/02/2013 - 18:43
Communisme et nazisme
@Joseph
Et le massacre de Katyn c'était quoi ?
Le communisme, le nazisme, le maoïsme, les khmers rouges ou roses, c'est la même chose.
l'agitateur
- 04/02/2013 - 13:42
race
le mot RACE etant supprime, il n'y a plus de RACISME donc l'association SOS RACISME n'a plus de raison de toucher des
SUBVENTIONS qui nous coutent la peau des fesses.