En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 5 heures 14 sec
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 6 heures 38 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 10 heures 26 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 11 heures 33 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 12 heures 37 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 13 heures 30 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 14 heures 34 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 14 heures 58 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 5 heures 31 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 7 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 11 heures 12 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 11 heures 48 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 13 heures 17 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 13 heures 44 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 14 heures 28 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 14 heures 59 min
Manorexie

Fashion week et mannequins squelettiques : qui se préoccupe de l’anorexie masculine ?

Publié le 27 janvier 2013
L’anorexie chez l’homme se déclare en général plus tardivement que chez la femme, entre 16 et 20 ans.
Jean Chambry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Chambry est pédopsychiatre et chef de pole au GHU Psychiatrie Neurosciences de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’anorexie chez l’homme se déclare en général plus tardivement que chez la femme, entre 16 et 20 ans.

Atlantico : Alors que les défilés de mode se sont achevés dimanche dernier, le problème de l’anorexie refait surface. L’objet du débat porte sur la photo d’un mannequin d’une maigreur extrême et qui a défilé pour Yves Saint Laurent, à Paris. La photo, parue dans le tabloïd britannique le Daily Mail, a déclenché une véritable polémique sur Twitter entre pro et anti-ana. L’anorexie est trop souvent associée aux jeunes filles. Mais les hommes aussi peuvent en souffrir. L’anorexie masculine est-elle réservée au milieu de la mode ou un vrai problème de société ?

Jean Chambry :  L’anorexie n’est absolument pas limitée au milieu de la mode. C’est l’expression d’une souffrance dans le rapport au corps, que l’on retrouve chez des jeunes de milieux très différents. On en parle peut-être plus dans le monde de la mode du fait de sa visibilité mais les patients qui viennent consulter sont des « monsieurs tout le monde ».

L’anorexie chez les femmes a fait débat, les créateurs notamment ont réussi à tordre le coup aux clichés et leurs mannequins ont une corpulence approchant de plus en plus la moyenne.

N’est-elle pas sous-estimée chez les hommes ? Pour quelles raisons ?

En réalité, l’anorexie chez les garçons est largement sous-estimée car on y pense moins. Il faut dire que croiser un homme d’une maigreur extrême dans la rue n’est pas courant. Les cas sont bien évidement plus rares qu’au sein de la gente féminine. De plus, la mauvaise information des médecins, ne s’attendant pas à ce qu’un homme ait un rapport difficile avec son corps, rend le diagnostic difficile. Les symptômes sont en effet très différents de ceux des filles, dans la mesure où, eux, ne sont pas attachés au poids. Ils veulent un corps en apparence musclé. Ils disent même vouloir prendre du poids, mais n’y arrive pas. Leur discours est finalement radicalement opposé à celui des jeunes femmes anorexiques qui souhaitent pour leur part atteindre un poids idéal.

Qui sont ces hommes anorexiques ?

L’anorexie chez l’homme se déclare en général plus tardivement que chez les femmes, entre 16 et 20 ans. Cette pathologie peut ensuite durer très longtemps. Malheureusement, aucune étude ne détermine quelle est la part de la population la plus touchée. Cependant, il est logique que cela ne concerne pas particulièrement les jeunes hommes de catégories défavorisées, dans le sens où leur rapport à la nourriture est plus précieux. Ces derniers profiteront plus du peu qu’il leur est possible d’avoir. Et c’est tout le paradoxe : qu’il y ait tout pour manger à sa faim, et pourtant qu’ils ne mangent pas.

Autre explication au fait que l’on ait pas de chiffre sur ces cas : le manque de suivis par le médecin. Très souvent, ces garçons n’osent pas demander d’aide. La maladie leur fait honte car ils la perçoivent comme une « maladie de fille ». Souvent, ils me font part de leur gène et aimeraient que la médecine trouve un autre nom afin de qualifier ce mal qui est différent de celui des jeunes femmes. Ils ne sont pas comme les filles. Non seulement il est difficile pour eux de consulter et donc de reconnaître la maladie, mais en plus c’est une maladie qui leur enlève un peu plus de virilité.

Le phénomène s’accroît. Avant les années 2000, il y avait environ un homme anorexique pour dix filles. Aujourd’hui le ratio est plus faible puisqu’il est de deux à trois hommes pour dix filles. L’une des explications est la place que prend l’esthétique masculin dans notre société notamment avec le phénomène des Dieux du stade, des hommes dénudés dont la plastique est irréprochable. Les anorexiques ont par exemple une obsession sur les abdominaux. D’ailleurs, on retrouve dans la presse masculine l’équivalent des « comment maigrir en dix recettes » avec les « comment sculpter ses abdos en dix leçons ». La femme veut être mince, l’homme musclé.

Quelles sont les causes de la maladie chez l’homme ?

La maladie prend ses racines dans des préoccupations corporelles. Etre plus performant dans les activités sportives, ressembler aux idéaux masculins actuels. Mais ces hommes, comme les femmes sur ce point, ont une mauvaise image d’eux-mêmes. Ils ont le sentiment que s’ils arrivent à améliorer leur corps, ils s’aimeront plus.

S’ils tombent dans la maigreur, c’est parce qu’ainsi, leurs muscles apparaissent plus sous leur peau. En consultation, ils ne disent pas vouloir perdre du poids. Mais leur corps ne doit en aucun cas laisser apparaître de la graisse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires