En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 24 min 25 sec
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 1 heure 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 3 heures 18 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 6 heures 1 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 6 heures 16 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 6 heures 31 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 7 heures 23 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 7 heures 31 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 6 heures 19 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 6 heures 41 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 7 heures 26 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 7 heures 30 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 7 heures 31 min
L'atome dans tous ses états

Polémique autour des contrats EDF en Chine : la France est-elle trop naïve en matière de transferts de technologie ?

Publié le 28 décembre 2012
Avec Ali Laidi
Henri Proglio est actuellement mis en cause dans le cadre de la signature d'un accord avec Areva et son équivalent chinois, le CGPNC, qui déboucherait sur un transfert de technologie estimé largement à l'avantage de ces derniers.
Ali Laidi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ali Laidi est chercheur à l'IRIS, docteur en science politique (relations internationales) de l'université Paris 2 et diplômé de l'Ecole de journalisme de Paris. Il est notamment l'auteur de "Aux sources de la guerre économique" (Armand Collin) paru en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Proglio est actuellement mis en cause dans le cadre de la signature d'un accord avec Areva et son équivalent chinois, le CGPNC, qui déboucherait sur un transfert de technologie estimé largement à l'avantage de ces derniers.
Avec Ali Laidi

Atlantico : EDF est actuellement mise en cause dans le cadre de la signature de l'accord avec Areva et son équivalent chinois, le CGPNC, qui déboucherait sur un transfert de technologie largement à l'avantage des Chinois. La vente de Rafales à l'Inde se négocie aussi à ce prix. Peut-on dire que la France a une stratégie relativement naïve en termes de transferts technologiques ?

Ali Laidi : Je commencerai par dire qu’il existe aujourd’hui trois moyens de développer les acquis technologiques pour un pays : on peut soit copier des savoir-faire déjà existants, soit investir dans la recherche et le développement, ce que fait la France, soit acheter directement des connaissances à l’étranger via le fameux transfert des technologies.

Pour ce qui est de la France, il ne s’agit pas tellement d’une supposée naïveté que d’une évolution des positions quant au partage de ses connaissances sur des secteurs stratégiques. Au début des années 2000, l’Hexagone a toujours affirmé qu’il ne souhaitait pas faire de transferts sur sa technologie nucléaire, en particulier sur le fameux EPR, ou encore militaire, en protégeant notamment sa dernière génération de Rafales. L’idée qui prévalait jusqu’alors était de dire qu’en fournissant le partenaire d’aujourd’hui, on ne ferait qu’améliorer la compétitivité du concurrent de demain, d’où une certaine méfiance vis-à-vis de transferts trop abusifs. Il y a eu cependant ,depuis, un certain revirement qui est tout simplement lié aux réalités de la mondialisation, la compétition entre les différentes entreprises nationales s’étant fortement renforcée.

Cette multiplication de l’offre a fait que la demande est devenue de plus en plus exigeante, la demande n’hésitant pas à ainsi à faire jouer la concurrence pour obtenir en plus du produit fini une partie voire l’ensemble des technologies permettant d’optimiser son utilisation. Face à cette évolution les Français ont tout simplement fini par comprendre que leur fermeté sur le transfert des technologies leur coûtait de nombreux marchés, ce qui a logiquement poussé Paris à revoir sa position à terme.

M. Machenaud, directeur de la production d'EDF, affirme que "Ne pas signer cet accord faisait courir le risque de voir un certain nombre de contrats importants nous passer sous le nez". Cette logique, profitable au court-terme, n’est-elle pas néanmoins risquée pour la haute technologie française ?

Il est effectivement important de garder en laboratoire les technologies les plus récentes pour conserver un train d’avance sur les autres pays. Cependant, contrairement à ce que l’on pourrait croire, cette maxime s’applique de manière quasi automatique dans les différents transferts qui se font aujourd’hui, les gouvernements se refusant logiquement à livrer leurs technologies de dernier cri. Ainsi l’exemple du Rafale, où certains ont pu critiquer un transfert abusif de savoir-faire envers l’acheteur indien, correspondait totalement à cette logique puisque la prochaine génération d’avions de combats sera principalement composée de drones, le Rafale étant de fait aujourd’hui un outil qui n’est plus à la pointe du secteur, même lorsqu’il est accompagné de toutes les optimisations techniques actuelles.

C’est un peu moins le cas pour les technologies liées à l’EPR (que la Chine cherche actuellement à acquérir auprès d’EDF NDLR), puisqu’il s’agit là effectivement de connaissances de pointes sur lesquelles la France est particulièrement bien placée. Cependant, comme dans d’autres secteurs, l’hégémonie de la France (partagée avec les Etats-Unis) sur la technologie nucléaire n’est plus ce qu’elle était, et la perte d’un contrat nucléaire de 20 milliards de dollars en 2009 aux Emirats Arabes Unis par EDF au détriment du Sud-Coréen Kepco a été un signal fort de cette perte de puissance.  Il y a donc  aujourd’hui une véritable volonté de rattrapage de la part des entreprises énergétiques hexagonales, qui ont bien conscience qu’elles doivent aujourd’hui offrir d’avantage pour supplanter leurs rivaux.

Il semble y avoir aujourd'hui un désenchantement des entreprises françaises, dont certaines ont dû littéralement brader leurs savoir-faire pour décrocher des contrats. L’émergence de la Chine et son achat croissant de technologie n’est-elle pas à l’origine de cette évolution ?

La Chine a une stratégie d’intelligence économique effectivement très agressive, ce qui l’incite à mettre dès qu’elle le peut autant de concurrents que possible en compétition pour obtenir à la fin le meilleur « deal » possible. Cela a notamment été le cas sur la construction de la ligne à grande vitesse Pékin-Canton inaugurée hier, qui a été l’objet d’une rude passe d’armes entre Kawasaki (constructeur du Shinkansen japonais ndlr) Siemens et Alstom, ce qui a débouché sur une surenchère de transferts technologiques que Siemens, vainqueur du contrat, compare aujourd’hui à un véritable pillage technologique.

Il s’agit là d’un exemple évocateur et qui fait que l’on peut comprendre aujourd’hui le désenchantement de certaines entreprises françaises vis-à-vis du transfert de technologies, mais il ne faudrait pas tomber néanmoins dans une logique de fermeture qui serait extrêmement préjudiciable à terme. Il est aujourd’hui impossible de vendre du matériel de pointe sans fournir les technologies qui vont avec, on l’a vu notamment lors de la vente de sous-marins Scorpène au Brésil qui s’est accompagnée d’un transfert de compétences mais aussi de la création d’une chaîne de montage locale. Le plus souvent on voit aussi des programmes de formations des scientifiques du pays acheteur par le pays offreur, ce qui aurait été absolument inenvisageable en pleine Guerre Froide par exemple. Le monde ne se partage plus aujourd’hui en quelques puissances écrasant toutes les autres et dans ce contexte il ne faut pas s’étonner de voir les entreprises françaises vendre une partie de leur savoir-faire, parfois au-delà de ce qui était prévu, pour s’aligner sur la concurrence internationale. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zelectron
- 28/12/2012 - 22:00
VAE VICTIS !
Doit-on rappeler que le meilleur contrat pour un chinois c'est celui qui une fois signé permet d'uriner dessus !
zorglubb
- 28/12/2012 - 15:18
OUI JLbaty !
Autres questions : Pourquoi les produits français sont taxés en Chine pendant que les produits chinois rentrent en Europe comme dans une passoire ? Les patrons européens qui font produire en Chine dans leurs usines délocalisées et ramènent en France y sont-ils pour quelque chose ?
jlbaty
- 28/12/2012 - 14:17
a quoi sert le parlement européen
Hermes taxé a 200/100 ,entreprise jumelée obligatoirement, on attend quoi pour leur réserver le meme sort en Europe