En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 8 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 11 heures 9 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 13 heures 2 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 14 heures 51 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 15 heures 24 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 15 heures 44 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 16 heures 16 sec
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 16 heures 37 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 17 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 8 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 11 heures
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 12 heures 57 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 14 heures 22 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 15 heures 33 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 15 heures 56 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 17 heures 25 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 7 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 9 heures
Le gouvernement souhaite aligner les prélèvements obligatoires sur le travail et le capital.
Le gouvernement souhaite aligner les prélèvements obligatoires sur le travail et le capital.
Qui paie quoi ?

La fausse égalité devant l'impôt

Publié le 26 novembre 2012
Le gouvernement estime que les prélèvements obligatoires doivent être alignés sur le travail et le capital. Ce qui ne permet pas, comme il le souhaiterait, une imposition égalitaire.
Florin Aftalion
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florin Aftalion est professeur émérite à l'ESSEC.Il a enseigné l’économie et la finance aux universités de New York, Northwestern et de Tel-Aviv. Il a cofondé la collection Libre Echange aux Presses universitaires de France. Son dernier ouvrage est  «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement estime que les prélèvements obligatoires doivent être alignés sur le travail et le capital. Ce qui ne permet pas, comme il le souhaiterait, une imposition égalitaire.

Toute production résulte de la mise en œuvre d’une combinaison de travail et de capital. D’où la question des prélèvements obligatoires (taxes, impôts, contributions, etc.) effectués sur les revenus de l’un et de l’autre de ces facteurs. Or, pour le gouvernement actuel la justice sociale commande qu’ils soient alignés l’un sur l’autre. Position qui soulève de nombreux problèmes concernant sa faisabilité aussi bien que les conséquences économiques d’une imposition soi-disant égalitaire. Je me propose d’un citer quelques-uns (cette liste n’étant pas exhaustive) :

1)      Le capital résulte de l’accumulation de fruits d’un travail qui a déjà été taxé dans le passé sous forme d’impôt sur le revenu et/ou lors de transmissions et d’héritages. Imposer le capital ou son revenu c’est lui faire subir une double (voire triple ou plus) peine.

2)      Les prélèvements obligatoires sur le travail comportent des « cotisations » (assurance chômage, retraites, etc.) dont le contribuable recevra les bénéfices ultérieurement. Rien de tel n’existe pour le capital.

3)      Les pertes nettes en capital sont loin d’être toujours prises en compte.

4)      Le capital subit des prélèvements – l’ISF – que le travail ne supporte pas.

5)      Les investissements en capital comportent des risques qui doivent être suffisamment rémunérés (après impôt) pour qu’ils soient entrepris. Il s’ensuit qu’une trop forte taxation étouffe aussi bien l’épargne que l’entreprenariat et conduit à un ralentissement économique dont souffrent à terme ceux qui vivent de leur travail.

6)      Les valeurs mobilières subissent des prélèvements ad-hoc tels que la taxe sur les transactions financières ou la taxe de 3 % sur les dividendes des sociétés françaises.

7)      Les impôts sur les revenus du capital étant calculés sur des valeurs nominales et non sur des valeurs réelles l’inflation aggrave leur incidence au-delà des taux apparents. Ainsi, si un bien immobilier est acheté 100 et revendu 110 pendant que l’inflation a fait monter les prix de 10 %, il n’existe pas de gain réel alors qu’un impôt sera néanmoins payé sur une plus-value nominale.

8)      Les dividendes subissent une double imposition : la première sur les bénéfices des sociétés dont les actionnaires sont les propriétaires ; la seconde par ces propriétaires sur la portion des bénéfices (déjà taxés) qui leur est versée comme dividendes.

Force est de constater que le choix du gouvernement actuel d’imposer le travail et le capital au même barème ne donne qu’une apparence d’égalité, le capital étant en réalité plus lourdement taxé que le travail. De plus, et c’est le plus grave dans l’affaire, la fiscalité soi-disant juste est en réalité antiéconomique et antisociale car à terme elle appauvrit, quand elle ne met pas au chômage, les salariés qu’elle prétend défendre.

Ce n’est donc pas la recherche d’une plus grande justice sociale, incompatible avec la fiscalité voulue par M. Hollande, qui motive nos dirigeants actuels mais une idéologie simpliste et électoraliste faisant fi des réalités économiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Grwfsywash
- 27/11/2012 - 13:19
@ Laurentso
"L'argument "le capital est taxé deux fois" ...est posté deux fois
;-)))
lapin
- 26/11/2012 - 22:31
LES RENTIERS SONT MORTS DEPUIS LONGTEMPS
Cher laurentso, vous qui semblez tout comprendre en économie (marxiste de préférence), pouvez vous m'expliquer comment on est rentier en 2012.
Pour vous aider, je vous rappelle que les taux sans risque sont à 0,3% hors frais de la banque, et que l'inflation (officielle, donc minorée) est à 2,3%.
Il est clair que la "rente" implique l'absence de risque en capital, sinon, ça ne s'appelle plus de la rente, mais de l'entrepreneuriat, de la prise de risque, de la spéculation...
lapin
- 26/11/2012 - 22:23
MERCI A FLORIN AFTALION
Merci à Florin Aftalion de rétablir un peu la triste réalité de la fiscalité française.
Nous avons là un économiste de grande classe, et dont les ouvrages sont toujours passionnants.
Laissons de coté les finasseries et autres misères faites aux diptères par certains commentateurs nostalgiques du petit père des peuples.
Néanmoins, il y a un point sur lequel FA n'insiste pas suffisamment.
C'est le numéro 7, à savoir l'incidence de l'inflation.
En effet, le capital épargné ou hérité va devoir résister à un mal redoutable et encouragé par la création monétaire des états, à savoir l'inflation.
Or, celle-ci n'est pas prise en compte dans le calcul des plus-values. C'est une petite filouterie supplémentaire de la part de cet état obèse qui profite à fond de la création monétaire, et en rajoute en spoliant celui qui a eu le tort de bien gérer son épargne.
Mais le projet est clair : la disparition des classes moyennes, et l’éclatement entre deux mondes : le lumpenproletariat et l'hyperclasse.