En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 7 min 27 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 40 min 50 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 38 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 23 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 49 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 43 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 21 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 20 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 min 14 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 44 min 50 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 26 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 52 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 14 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 18 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 55 min
© Reuters
D'après certaines études, les Français seraient parmi les plus grands consommateurs européens de cannabis.
© Reuters
D'après certaines études, les Français seraient parmi les plus grands consommateurs européens de cannabis.
Fétichiste de la loi

Le législateur défoncé à l'hypocrisie : les fumeurs de joints arrêteront-ils vraiment de consommer parce qu'on rédige une énième loi ?

Publié le 11 octobre 2012
Après l'Espagne, les "cannabis social club" arrivent en France et veulent remettre sur l'échiquier politique le débat de la légalisation dont le PS et l'UMP pensaient être débarrassés.
Henri Bergeron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Bergeron est sociologue expert de la santé publique et des phénomènes de consommation de drogues.Il est professeur à Sciences Po Paris, à la Sorbonne et à la l'Ecole des Hautes Etudes de la Santé Publique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l'Espagne, les "cannabis social club" arrivent en France et veulent remettre sur l'échiquier politique le débat de la légalisation dont le PS et l'UMP pensaient être débarrassés.

Atlantico : Des études montrent que les Français et notamment les jeunes comptent parmi les plus gros fumeurs d’Europe. Pourtant nos lois sont les plus dures. Est-ce un non sens social ou une nécessité pour endiguer la consommation ?

Henri Bergeron : Si vous regardez la prévalence de la consommation de drogue dans certains pays européens et la sévérité de leurs textes de loi respectifs, il n’y a pas de lien entre les deux. C’est à dire que par exemple la Suède a des lois très contraignantes et très sévères et des prévalences de consommation de drogues très faibles. La France au contraire est dotées de lois sévères mais d’une prévalence très élevée. Dans d’autres cas encore, des règles souples sont accompagnées d’une consommation relative peu importante comme c’est le cas pour les Pays-Bas. La conclusion scientifique évidente est donc qu’il n’y a pas de lien, ou un lien faible, entre les lois de régulation et de réglementation et les habitudes de consommation. Les usages sont marginalement déterminés par les instruments réglementaires ou juridiques. La loi contribue modestement à déterminer les usages. L’hypocrisie se trouve plutôt dans le fait qu’il y ait une forme d’attention politique privilégiée, voire obsessionnelle à la loi qu'il s'agisse de la transformer ou la maintenir, cela relève presque du fétichisme. Concevoir la loi comme l’instrument principal de la réglementation et de la régulation des usages est paradoxal vu que les effets de celle-ci ne correspondent pas aux résultats que l’on observe.

A partir de cette analyse, se pose la question des coûts et bénéfices de lois sévères. Il faut donc analyser quels sont les bénéfices de lois sévères (limitation du trafic, baisse éventuelle de la consommation etc) par rapport aux conséquences négatives de celles-ci comme les troubles à l’ordre public, la clandestinité des usages, donc la prise de risques sanitaires, les trafics et autres. C’est avec ce type de raisonnement que les Hollandais ont décidé d’organiser une tolérance pour l’usage de certaines drogues. Au delà du cannabis, ils ont été les premiers à mettre en place des salles d’injection pour créer un contact avec les consommateurs, leur permettre de s’injecter dans des conditions sanitaires favorables une drogue qu’ils se seraient injectée de toute façon mais surtout de les sortir de la rue. Derrière cette dimension sociale, existe également une véritable politique d’ordre public. En effet, en faisant cela, on évite la consommation sauvage dans les rues et donc un certain nombre de troubles de l’ordre public comme la présence de dealers, les agressions et plus généralement les conséquences les plus néfastes de la sévérité.

Aucune formation politique ne va dans ce sens en dehors d’EELV. Cela témoigne-t-il d’un aveuglement social ou d’une hypocrisie politique ? L’arrivée des « Cannabis social club » va-t-elle faire bouger le débat ?

Effectivement, aucun personnage politique ne pose cette question en dehors de ceux qui n’ont que peu ou plus d’avenir politique ou alors ceux qui savent que c'est une question d'importance pour leur électorat comme EELV. La question de la révision de la loi n’a politiquement aucune raison d’être soulevée par qui que ce soit puisque aucune formation politique n’a des électeurs qui l’attendent sur ce sujet. En dehors peut-être d’une partie de l’électorat d’Europe Ecologie Les Verts. En effet, les chiffres des sondages, notamment ceux de l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies, montrent clairement que l’opinion publique ne revendique pas majoritairement la modification de ces lois. Qui plus est, il n’y a pas à proprement parler de groupes de pression ou de mouvements sociaux sur ce sujet. Pas de manifestations, pas d'installation sauvage de tentes sur les quais de Seine, de gens nus comme lorsque Act up se faisait entendre, il n’y a pas non plus de jet de pommes ou de dépôt de fumier devant les préfectures. De la même façon, il n’y a pas de groupe d’intérêts ou de lobby comme c’est le cas pour le tabac, l’alcool ou le nucléaire. La question n’a donc pas réellement de raison d’être soulevée par les politiques. Les « Cannabis social club » sont semble-t-il la première force à utiliser une manière subversive pour tenter de faire émerger le débat. Cependant, quand on voit à quel point la France est troublée par des questions comme l’euthanasie ou le mariage homosexuel et la façon dont le gouvernement est accusé de s’en servir comme paravent pour cacher les problèmes réels, la légalisation du cannabis ne semble pas à l’ordre du jour.

Il reste malgré tout la question de la répression à géométrie variable et de l’égalité devant celle-ci...

On peut se demander si l'usage simple de drogue doit rester un relevant de la justice pénale ? Doit-on continuer d'accepter que les plus sévères sanctions que notre démocratie puisse infliger, c'est-à-dire des peines de privation de liberté, doivent encore sanctionner les usages simples ? La réponse est non; évidemment non.

Cependant, l’inégalité des citoyens devant l’application de la loi n’est pas ne se manifeste pas uniquement sur la question de la consommation de drogue. Il est évident malgré tout que la probabilité de se faire arrêter dans certains quartiers jugés comme difficiles est bien plus grande que dans les zones économiquement favorisées. Une étude récente de l'OFDT montre que la prévalence de la consommation de cannabis dans les zones géographiques privilégiées est au moins égale à celles des zones qui le sont le moins. L’inégalité est essentiellement présente au niveau de l’action policière plutôt que sur l’application des peines. Une fois encore, le problème c’est cet attachement fétichiste et ritualiste à la loi comme instrument principal de réglementation et de régulation des usages plutôt qu’une hypocrisie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Benvoyons
- 13/10/2012 - 10:05
LouisArmandCremet - 12/10/2012 - 13:07 Il suffit de voir
le gouvernement de Caton1° pour voir les dangers du Cannabis et pour certain dont Caton1° avec en plus l'alcool.
Maintenant les Verts sont dans le blanchiment mais pas des dents pourtant ils mentent comme des arracheurs de dents, mais de l'argent sale du Cannabis.
Il faut bien financer le parti après les 2% de la déesse Verte Norvégienne.
A cœur Vaillant rien n'est impossible et l'on peut comprendre ( financement du Parti) l'acharnement pour l'égaliser la vente du Cannabis.
Cap2006
- 12/10/2012 - 18:12
cher Louis Armand
Aussi regrettable soit il, c'est plutot la schizophrénie de votre neveu qui aura été révélé par l'usage excessif de cannabis...

Que je sache, les milliers de morts sur la route, du à l'imprudence ou les erreurs de conduite des conducteurs, n'ont pas remis en cause l'usage pour les millions d'autres..

Le cannabis, comme l'alcool, et autres médicaments psychotropes sont de dangereuses drogues, avec des effets très dangereux... de l'interdiction au remboursement...

LouisArmandCremet
- 12/10/2012 - 13:07
Je suis assez étonné...
Je suis assez étonné par la lecture de cet article : pas un mot sur les dangers de cette consommation. J'ai un proche qui est devenu schizophrène suite à la consommation de canabis, alors permettez moi de penser que ce genre de produit n'est pas inoffensif.