En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Théorie et pratique

Parité en France : réalité ou fiction ?

Publié le 08 mars 2011
Des règles laissent de plus en plus de place aux femmes. Mais les clichés et les traditions ont la vie dure.
Verdiano–Martouzet est Vice-présidente de Kronos France et Europe du sud.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gina Verdiano–Martouzet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Verdiano–Martouzet est Vice-présidente de Kronos France et Europe du sud.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des règles laissent de plus en plus de place aux femmes. Mais les clichés et les traditions ont la vie dure.

Certes le statut des femmes – de manière générale - a évolué de manière spectaculaire depuis le Code Napoléon. Les femmes ont accompli bien plus qu’elles n’auraient pu l’imaginer en 1804. Grâce aux combats menés par les féministes et aux convictions de parlementaires éclairés, les droits de la Femme ne sont plus de vains mots.

Néanmoins, comme de nombreuses études continuent de le démontrer régulièrement, les disparités restent une réalité - et particulièrement dans le monde du travail. Si les droits de la Femme sont reconnus, l’égalité hommes- femmes au travail reste encore un objectif à atteindre.

La France à la traîne

Le Forum économique mondial (WEF), dans son classement annuel 2010 de la parité, fait apparaître que la France est particulièrement à la traîne dans ce domaine, il n’y a que l’Italie, la Grèce et la République Tchèque qui fassent pire… En terme de salaire, les femmes gagnent en moyenne 22% de moins que les hommes à travail égal.

Pourtant, des études menées par l’OCDE ont confirmé que la réduction des inégalités entre les sexes augmente la productivité  et  la  croissance  et  que  les avantages économiques liés à un plus grand nombre de femmes dans les effectifs peuvent être considérables. Selon de récentes recherches, la diminution de l'écart d'emploi entre hommes et femmes auraient d'énormes répercussions pour les économies développées, renforçant le PIB américain, européen ou japonais de 9 à presque 16%.

Réduire  les  inégalités  entre  les  sexes  dans  ces régions pourrait également jouer un rôle clé dans la résolution des problèmes à venir que posent le vieillissement des populations et le problème de financement des retraites. Ces  problèmes permettront  probablement  de remodeler le monde du travail et d’amener les entreprises à se tourner de plus en plus vers les effectifs féminins.

«Une meilleure utilisation de la population féminine mondiale pourrait augmenter la croissance économique, réduire la pauvreté, améliorer le bien-être et contribuer au développement durable de tous les pays » affirme un rapport de l'OCDE en 2010.

Il est tout de même intéressant de constater qu’aujourd’hui, sur 600 entreprises interrogées dans 20 pays et 16 secteurs d’activité différents - employant entre 1000 et 30000 salariés - seulement 5% d’entre elles sont dirigées par une femme.

La    Finlande    (13%),    la    Norvège    (12%),    la Turquie (12%), l’Italie (11%) et le Brésil (11%) affichent le plus fort pourcentage de femmes PDG au sein des entreprises interrogées par le World Economic Forum dans son rapport The Corporate Gender Gap fin 2010.

D'où vient la ségrégation hommes-femmes au travail ?

La ségrégation femmes-hommes sur le marché du travail existe bel et bien. Les femmes n’ont pas les mêmes opportunités que les  hommes,  que  ce  soit en termes de salaires ou de perspectives de carrière. Cette disparité est-elle le fruit d’une construction sociale ? Du poids de la tradition culturelle ? Le résultat d’une scolarité orientée depuis toujours vers les mêmes filières ?

Selon plusieurs analyses menées sur une période de 10 ans et se basant sur des données INSEE - les inégalités de salaire entre les deux sexes, laissent apparaître un écart qui peut atteindre jusqu’à 15K€ par an entre une femme et un homme cadres de 50 ans, habitant en région parisienne et travaillant dans le secteur des services...

L’écart de rémunération entre les femmes et les hommes exerce également une incidence majeure sur les revenus des femmes non seulement durant leur vie professionnelle, mais également durant leur retraite. Une  étude  publiée  en  juillet  2010  par  l’OFCE montre que les femmes qui n’ont jamais interrompu leur activité  professionnelle  sont  pénalisées  et  gagnent 17% de moins en moyenne que les hommes. Une part de cet écart vient du fait que les femmes travaillent plus souvent à temps partiel, qu’elles évoluent dans des métiers moins rémunérateurs et qu’elles font moins d’heures supplémentaires, mais l’essentiel, soit 70% de cette différence, reste inexpliqué.

Réduire les inégalités salariales, faciliter l’accès à la formation professionnelle pour les femmes, faire en sorte que la maternité ne freine pas les évolutions de carrière, mettre fin au déséquilibre entre les hommes et les femmes lors des recrutements, beaucoup de mesures continuent d’être prises et de lois votées pour inciter les entreprises à la parité.

Mais au final, les lois adoptées en faveur de l’égalité hommes-femmes depuis des décennies n’ont eu que peu d’impact sur le terrain. C’est ce qu’avait révélé un rapport remis par Mme Grésy, Inspectrice des Affaires Sociales, en 2009 au Ministre du Travail, M. Xavier Darcos.

Avec 66% de femmes actives en 2009 - et ce taux ne cesse d’augmenter depuis les années soixante - il n’est que temps pour les entreprises d’œuvrer à réduire les écarts salariaux, à augmenter la représentation des femmes et à leur offrir plus souvent l’accès à des postes à responsabilité.

Les  entreprises  ont  un  vrai  rôle  à  jouer  pour  favoriser  la  présence  des  femmes  au  travail.  78% des  femmes  ayant  au  moins  un  enfant  de  moins de 3 ans sont actives. Beaucoup d’entreprises ont réfléchi  à  cette  situation  et  mettent  progressivement en place des dispositifs permettant de les aider concrètement en aménageant les horaires, les conditions du congé maternité... mais, beaucoup d’autres sont encore à la traîne.

De nouvelles règles pour aller plus loin

Pour   renforcer  la  place   des   femmes   en   politique,  la  loi  constitutionnelle  du  23  juillet  2008 a modifié l’article 1er de la Constitution, désormais ainsi présenté : « La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales. »

Le   20  Janvier  2010,  l'Assemblée nationale a adopté la proposition de loi relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d'administration et de surveillance et à l'égalité professionnelle déposée par Jean-François Copé et Marie-Jo Zimmermann, en première lecture. Les principales dispositions de ce texte prévoient que la proportion des administrateurs de chaque sexe ne peut pas être inférieure à 40%. Un échéancier prévoit un quota de 20 % au terme d’un délai de 3 ans à compter de la promulgation de la loi, puis un quota de 40 % 6 ans après.

Selon une étude de l’INSEE parue le 2 mars 2011, il apparaît qu’1 Français sur 4 estime que les hommes doivent avoir la priorité en matière d’embauche en période de crise. La bonne nouvelle étant que seulement 10% des jeunes 20-24 ans sont d’accord avec cette idée.

Encore selon cette étude, 63% des Français pensent qu’une femme doit avoir fondé une famille pour être épanouie. Les clichés ont apparemment encore de beaux jours devant eux... mais les mentalités évoluent. L’Insee a noté - entre 2005 et 2008 - une augmentation de 6 points des opinions défavorables sur la question d’accorder en priorité les emplois aux hommes en cas de crise économique.

Au cours des prochains mois, la Commission Européenne et plusieurs gouvernements de pays de l’UE ont prévu de rencontrer les dirigeants des principales entreprises européennes pour que ceux-ci leur présentent leurs propositions pour intégrer davantage de femmes à des postes de responsabilité. Sans progrès notables, L’Union Européenne va, à son tour, imposer des quotas afin d’équilibrer la représentation hommes/femmes au sein des entreprises.

Des  mesures  ont  été  prises,  d’autres   suivront au  fil  des  années,  les  principales  lois  ont  été votées en France comme en Europe dont les textes veulent garantir une égalité de traitement entre hommes  et femmes au travail. Les femmes devraient ainsi pouvoir   justement   occuper   la place qui leur revient - à la seule condition que les entreprises jouent le jeu, qu’elles  nomment plus de femmes à des postes à responsabilités et gèrent leurs effectifs équitablement.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
garius
- 08/03/2011 - 18:52
il faut tenir compte de la retraite
une femme vit 10 ans de plus qu'un homme, donc touche 10 ans de retraite en plus qui font partie de sa rémunération. 10 ans de retraite doivent bien, à peu près, représenter 20% du salaire total de 40 ans de travail. comment intégrer cet élément dans le calcul sur la disparité que vous évaluer à 22%?