En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 jour 15 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 jour 16 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 jour 16 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 jour 17 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 jour 18 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 jour 18 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 jour 19 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 jour 19 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 jour 19 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 jour 15 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 jour 16 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 jour 17 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 jour 17 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 jour 18 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 jour 18 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 jour 19 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 jour 19 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 jour 19 heures
© Reuters
La crise a accélérer le calendrier des réformes sociales et chamboulé les plans gouvernementaux.
© Reuters
La crise a accélérer le calendrier des réformes sociales et chamboulé les plans gouvernementaux.
A chaque jour suffit sa peine...

Comment le dialogue social à la sauce hollandaise prend l'eau

Publié le 03 octobre 2012
A l'issu de la conférence sociale de juillet, le gouvernement avait établi le contenu des négociations avec les syndicats et les délais dans lesquels les accords auraient dû être trouvés. Mais l'urgence de la crise et l'impopularité grimpante du président ont chamboulé tous les plans gouvernementaux.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'issu de la conférence sociale de juillet, le gouvernement avait établi le contenu des négociations avec les syndicats et les délais dans lesquels les accords auraient dû être trouvés. Mais l'urgence de la crise et l'impopularité grimpante du président ont chamboulé tous les plans gouvernementaux.

Elle était belle, la conférence sociale de juillet 2012, où le gouvernement avait, à grand spectacle, annoncé qu’enfin les partenaires sociaux seraient respectés, écoutés, qu’ils auraient le temps de négocier, qu’ils ne seraient pas maltraités par un Président hyperactif, toujours plus pressé d’en finir. Enfin, la concertation, le dialogue, l’écoute gouverneraient la France.

Bien entendu, il ne s’agissait pas d’adopter un système à l’allemande, où les partenaires sociaux décident eux-mêmes des thèmes qu’ils vont aborder et mènent entre eux les discussions, sans intervention possible de l’État. La méthode prévoyait un cadrage de l’ensemble des négociations par le gouvernement, calendrier compris.

À l’issue de la conférence, un document méticuleux avait défini les thèmes de négociation, et le calendrier. En particulier, les partenaires sociaux devaient se réunir dès début septembre, pour une durée de sept mois, afin de discuter de la sécurisation de l’emploi, à partir d’un document d’orientation produit par le gouvernement.

Le document a été publié à la mi-septembre comme prévu. Il fixe avec une grande précision, qui ressemble déjà à l’économie générale d’un accord, le contenu des négociations qui ne portent sur rien d’autre que la flexisécurité à la française : renforcement du droit à la formation et du dialogue social dans l’entreprise, en échange d’une simplification des plans sociaux et d’une mise en place assumée des accords dits de flexibilité.

Sept mois pour tout cela, ce n’était pas de trop, tant les thèmes sont nombreux, complexes, techniques. Le gouvernement revendiquait un dialogue social constructif, un respect des partenaires sociaux. Il fixait un calendrier déjà très court pour y parvenir.

Patatras ! François Hollande, alarmé par la chute de sa popularité et par l’accumulation de plans sociaux, demande dans son intervention télévisée une accélération du processus : l’accord doit être signé avant la fin décembre.

On comprend bien l’urgence qui le saisit : c’est celle de la crise et de la nécessité de gouverner. Quand les salariés menacés par des plans sociaux se rassemblent dans les rues, le gouvernement ne peut se limiter à leur répondre : "Attendez donc la fin des négociations !". Il faut réagir vite, et François Hollande n’expérimente pas autre chose que ce que Nicolas Sarkozy lui-même avait expérimenté : le temps du dialogue social n’est pas celui de l’urgence.

En même temps, fixer un délai de trois mois à cinq organisations syndicales de salariés et trois organisations patronales pour se mettre d’accord sur une palette de sujets complexes n’est pas raisonnable. Les dernières expériences en date, menées sous Nicolas Sarkozy, qui aimait lui aussi les délais de trois mois, ont toutes produit des résultats néfastes. L’accord sur la modernisation du marché du travail de janvier 2008 comportait des lacunes de rédaction qui ont exigé des renégociations en douce. L’accord sur la formation professionnelle de janvier 2009 était vide, à l’exception des points rédigés par le gouvernement.

Mais supposons, le Président n’a pas le choix. De deux maux, choisissons le moindre.

 

Le problème, c’est qu’Arnaud Montebourg trouve le processus encore trop lent. Il a annoncé le dépôt d’un projet de loi à discuter en urgence sur la reprise des entreprises en difficulté. L’intéressé, qui a parfaitement compris que le temps de la négociation ne lui permettrait pas de répondre aux urgences de sa mission, voit se profiler avec horreur le mur dans lequel le courant majoritaire du PS s’est promis de l’envoyer en le nommant à son poste. Après tout, Solférino vaut bien un plan social...

François Chérèque a promptement réagi : si Montebourg passe à l’acte, la CFDT quitte illico la table des négociations. En effet, les dispositions applicables aux entreprises en difficulté font partie de la feuille de route donnée aux partenaires sociaux il y a quinze jours, pour la négociation sur la sécurisation de l’emploi.

Ce volet est crucial pour les syndicats de salariés, puisqu’il les conduira probablement à lâcher des concessions au patronat. Impossible donc de se déséquilibrer la stratégie de négociation de la CFDT en la privant des sujets où elle comptait lâcher, en échange de contreparties arrachées de haute lutte ailleurs - la participation des salariés à la gouvernance de l’entreprise ou des droits accrus à la formation, par exemple.

Jean-Marc Ayrault aurait assuré à François Chérèque que le projet de loi ne serait pas déposé, et que Montebourg rentrerait dans sa niche. Il n’a guère le choix : la CFDT est le meilleur soutien du gouvernement dans cette affaire, elle n’hésite pas à mouiller la chemise auprès des autres syndicats pour leur faire avaler de méchantes pilules, et elle a toute la confiance du MEDEF. Un allié qu’on ne peut pas perdre.

On plaindra tous Jean-Marc Ayrault, qui apparaît non seulement comme le maillon faible de l’équipe, mais aussi comme l’exécuteur des basses oeuvres présidentielles et comme la variable d’ajustement de son propre gouvernement. D’un côté, il doit tenir la promesse de Gascon faite par François Hollande sur le respect des partenaires sociaux et sur l’importance du dialogue social. De l’autre, il doit faire semblant de se préoccuper du sort des manants dont les féodaux ferment l’usine.

Dur métier que celui de servir son prince, quand il vous donne le choix entre Charybde et Sylla !

En attendant, les partenaires sociaux se réunissent chaque jeudi pour traiter de la sécurisation de l’emploi. Si le gouvernement sortait le nez du guidon et s’interrogeait sur le destin de la France à plus de 3 mois (et un peu moins aux destins individuels de ses ministres pendant le même laps de temps), il prendrait garde au résultat de cette cogitation collective.

En effet, dans l’hypothèse où le texte en gestation prévoirait de possibles accords de flexibilité dans les entreprises, avec des semaines de 48 heures pendant 6 jours comme le permet la réglementation européenne, il lui reviendrait ensuite de légiférer, en urgence, pour donner valeur légale au compromis des partenaires sociaux. Et cela, il faudrait l’expliquer à l’opinion. Mais après tout, à chaque jour suffit sa peine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
chateleine
- 04/10/2012 - 10:56
pauvre flamby,il va augmente
pauvre flamby,il va augmente la csg qui touche tous les francais meme les petits retraites,tout cela pour ne pas faire la tva sociale(parceque nicolas sarkozy l,avait faite)ce pauvre con ne pense qu,a sa tronche,la tva sociale aurait touche aussi les importations,on aurait put extraire de l,augmentation la consommation courante et ainsi proteger les petits revenus et chomeurs!!!!!!!! vivement la dissolution ,je conseillerai a la droite de ne pas voter le traite!!
Ludo1963
- 04/10/2012 - 01:13
Dissolution de l assemblee dans 6 mois
c est ce qui attend Hollande et son equipe de branques.
Je me marre en repensant aux médias qui ont encensé la réunion sociale de juillet
le Gône
- 04/10/2012 - 00:16
@Gégé Foufou
Petite précision..je fais parti du Medef via la CGPME qui est le syndicat pour lequel je cotise ceci etant dis j'ai rien compris a ton discour !qui me semble pour le moins primaire, un peu comme celui de la CGY ou de SUD..les pires nuisible qu'il puisse exister !!quand au reste tes patron milliardaire et autre stupidité je te les laisse ca n'a pas de sens..