En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 1 heure 28 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 2 heures 1 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 3 heures 26 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 3 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 5 heures 8 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 6 heures 30 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 7 heures 15 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 7 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 1 heure 42 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 4 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 3 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 5 heures 37 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 6 heures 19 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 7 heures 44 min
© Reuters
Le projet de loi de Finances 2013 prévoit de taxer à 60% les plus-values réalisées par les entrepreneurs ou les investisseurs lors de la revente de leur entreprise.
© Reuters
Le projet de loi de Finances 2013 prévoit de taxer à 60% les plus-values réalisées par les entrepreneurs ou les investisseurs lors de la revente de leur entreprise.
Il suffit !

Fiscalité : il est temps de se souvenir des vertus de la liberté d'entreprendre

Publié le 03 octobre 2012
Le projet de loi de Finances 2013 prévoit de taxer à 60% les plus-values réalisées par les entrepreneurs ou les investisseurs lors de la revente de leur entreprise. Une taxation inique au regard des vertus de la libre d'entreprise ?
Collectif La main invisible
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le collectif La main invisible a publié "Libres", écrit par 100 auteurs bénévoles.Déclin du système de santé, d’éducation et de retraite, incertitudes face à l’avenir, l’immigration, l’environnement, misère qui guette de plus en plus l’individu......
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de loi de Finances 2013 prévoit de taxer à 60% les plus-values réalisées par les entrepreneurs ou les investisseurs lors de la revente de leur entreprise. Une taxation inique au regard des vertus de la libre d'entreprise ?

Tribune de Guillaume Nicoulaud, un des auteurs du projet "Libres",
du collectif La main invisible.


« Certains voient l’entreprise privée comme une cible de prédation qu’il faut abattre, d’autres y voient une vache qu’il faut traire mais peu sont ceux qui y voient le cheval robuste qui tire le wagon. » –
Winston Churchill

Ce début d’année 2012 aura été marqué par le lancement de l’offre de téléphonie mobile de Free. C’était la promesse de Xavier Niel (*), son patron : il avait promis de diviser nos factures de téléphone par deux. Promesse tenue. Xavier Niel, malgré l’incontestable service qu’il vient de nous rendre, n’est pas un philanthrope désintéressé. Sa motivation, la raison pour laquelle il a créé Free Mobile n’est ni de concourir à "l’intérêt général", ni d’œuvrer pour la "justice sociale", pas plus qu’il ne travaille pour "la grandeur de la France". Il l’a fait pour gagner de l’argent.

L’action de l’entrepreneur illustrée par la fameuse métaphore de la "main invisible"

Xavier Niel est un entrepreneur, un homme d’affaires qui a compris que les trois opérateurs historiques qui se partageaient le marché de la téléphonie mobile en France, protégés par leurs licences d’Etat, ne se livraient pas vraiment concurrence. Il a repéré une opportunité de profit, il a étudié le marché, il a évalué les moyens qu’il devait mobiliser, il a bataillé pour obtenir une licence et a investi lourdement dans le développement de son offre. Xavier Niel est un entrepreneur, un homme d’affaires qui cherche à
gagner de l’argent et qui, ce faisant, va probablement diminuer nos factures de moitié.

L’action de l’entrepreneur, c’est ce qu’Adam Smith, le père fondateur de la science économique, avait illustré par la fameuse métaphore de la "main invisible". C’est ce processus de coopération sociale spontanée qui fait qu’un individu, dans la poursuite de ses propres intérêts, prend des risques, utilise ses compétences et travaille dur pour nous rendre service à tous. Incontestablement, Xavier Niel vient de contribuer à notre bien-être en augmentant notre pouvoir d’achat. Pour autant, son action n’a été guidée par aucune considération politique et elle n’a pas été planifiée par un organe de décision central. Xavier Niel a simplement pensé que certains d’entre nous aimeraient disposer de forfaits téléphoniques moins onéreux, il a constaté qu’il pouvait le faire, que l’opération pouvait être profitable et donc, il l’a fait. Pour son profit et notre bénéfice.

Là où l’homme politique cherche à décider pour nous tous de ce qui est bon pour nous, comme si nous étions tous identiques, l’entrepreneur nous sait différents et n’espère rien d’autre que nous soyons suffisamment nombreux à apprécier son offre pour lui permettre de vivre. L’entrepreneur n’impose pas, il propose et c’est le consommateur souverain qui valide son offre. L’économie de marché est une gigantesque démocratie qui fonctionne 24 heures sur 24 et où chaque euro représente un droit de vote. Les quelques milliers de nos concitoyens qui ont fait le choix de souscrire à l’offre de Xavier Niel ont voté pour lui : ils ont élu Free Mobile comme fournisseur de téléphonie mobile sans l’imposer aux autres
et restent libres, à tout moment, de changer d’avis.

L’entrepreneur ne peut pas se permettre de se tromper indéfiniment

Là où l’homme politique peut nous contraindre à payer un produit dont nous ne voulons pas ou nous obliger à utiliser les services d’un fournisseur qui ne nous convient pas, l’entrepreneur n’a d’autre choix que de nous satisfaire. Contraint par la réalité, soumis au suffrage des consommateurs et remis en cause par ses concurrents, l’entrepreneur doit chaque jour s’efforcer de s’adapter et d’améliorer son offre. Il en va de la santé et même de la survie de ses affaires : s’il se trompe, s’il se laisse aller, il en subira immanquablement les conséquences. Si l’Etat peut se tromper indéfiniment, c’est un luxe que l’entrepreneur ne peut pas se permettre.

Là où l’homme politique estime que son dévouement à la cause commune, qu’il soit réel ou feint, mérite des louanges, l’entrepreneur n’a pas à être remercié. Sa récompense, son utilité sociale, est mesurée comme elle est récompensée : à l’aune de ses bénéfices. Chaque centime que gagne l’entrepreneur est un centime de richesse qu’il a créé. Il n’a volé ni spolié personne, il a créé quelque chose de nouveau en exploitant des ressources qu’il a achetées ou louées à d’autres entrepreneurs. Cette nouvelle richesse qui contribuera à améliorer nos vies, cette valeur ajoutée, n’a pas été décrétée par une obscure administration mais par ceux-là mêmes à qui elle est utile.

L’entrepreneur pense l’économie en termes humains

L’entrepreneur, individu de chair et de sang issu de nos rangs, ne pense pas l’économie en termes de grands agrégats macroéconomiques, pas plus qu’il ne cherche à construire une société idéale. L’entrepreneur pense l’économie en termes humains : ses clients, ses fournisseurs, ses salariés, ses actionnaires, ses partenaires, ses concurrents sont des êtres humains qui, comme lui, vivent dans la société des hommes. L’entrepreneur est celui qui, mieux que personne, sait que l’économie est un phénomène qui n’existe que par et pour les hommes.

Porteur d’une infime fraction du savoir humain, guidé par les prix du marché, motivé par des opportunités de profits et modéré par des risques de pertes, il participe, souvent sans même le réaliser, à l’édification d’un système de production et de répartition des richesses d’une telle complexité  qu’aucun planificateur, quels que soient les moyens dont il dispose, n’aurait pu concevoir. Si les trois derniers siècles ont vu le bien-être de nos semblables progresser plus que depuis l’aube de l’humanité, c’est aux entrepreneurs, et à eux seuls que nous le devons.

Pourtant, l’entrepreneur n’est ni un surhomme, ni nécessairement un être exceptionnel. En fait, nous sommes tous des entrepreneurs. Pensez-y : qu’est-ce qui différencie un salarié d’un entrepreneur si ce n’est la forme légale et le traitement administratif de leurs activités productives ? Un salarié n’est jamais rien d’autre qu’un entrepreneur individuel qui loue sa force de travail à un autre entrepreneur avec, éventuellement, un contrat d’exclusivité. Ce qui a réellement changé, le véritable secret de cette formidable aventure humaine commencée depuis maintenant trois siècles, ce ne sont pas tant les machines ni le développement des circuits financiers, ce ne sont pas les politiques économiques de nos gouvernements ni la performance de nos moyens de transport. Ce qui a changé, le moteur ultime des entrepreneurs et de l’économie de marché, c’est la liberté d’entreprendre.

 

(*) Xavier Niel est un des actionnaires d'Atlantico.fr

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
centpoursang
- 03/10/2012 - 19:37
La france
est un chiot ....a part chier dans un chiot ...que veus-tu entreprendre...!
Gégé Foufou
- 03/10/2012 - 18:10
Je ne pleurerai pas
Sur des mecs oportunistes qui fabriquent des société higt tec comme ils disent, sites de rencontres qui cassent la drague (base de toute relation amoureuse durable), sites de vente de produits chinois (les obèses commandent depuis chez eux le cul sur leur fauteuil) au lieu de trainer les boutiques et de pousser leur caddy, site de téléphone (merci à M. Niel qui me fait payer 3 fois moins que chez ces escrocs de SFR (qui en contrepartie vont fermer leurs boutiques et licencier tous ces petits jeunes vendeurs de téléphones) ces créateurs de sites voyous qui vous vendentdu vent, etc
Donc taxer ces arrivistes à 60 % ce n'est pas assez moi je prend TOUT
Par contre l'entrepreneur qui monte un commerce de proximité, une entreprise de bâtiment, un atelier de fabrication ou un garage je lui laisse tout
Benvoyons
- 03/10/2012 - 14:38
De France et de plus loin - 03/10/2012 - 12:21 Tu es comme
Caton 1° tu charges le wagon , puis pour augmenter les effectifs de l’État ( effectif suffisant 3.8 millions et nous avons 5350000+ 80000 ) tu augmentes la charge du wagon, etc etc puis ton cheval s’arrête car il crève de la charge.
Ton problème de plus loin, tu es myope comme une taupe.
La bonne entreprise est une entreprise qui fabrique toujours la même chose , avec toujours les mêmes méthodes et donc les mêmes effectifs et si possible elle doit embaucher tous les ans et ne jamais fermer. Le nouveau rêve de Caton1° et de De France pour la France.