En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

04.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

05.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

06.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

03.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

04.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

05.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 16 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 20 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 21 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 22 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 22 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 23 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 23 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 38 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 59 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 4 jours 1 heure
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 19 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 21 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 21 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 22 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 23 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 23 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 1 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 56 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 1 heure
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 4 jours 1 heure
© Reuters
PSA Peugeot Citroën sortira le 24 septembre du CAC 40, l'indice phare de la Bourse de Paris, où l'entreprise était cotée depuis 1987.
© Reuters
PSA Peugeot Citroën sortira le 24 septembre du CAC 40, l'indice phare de la Bourse de Paris, où l'entreprise était cotée depuis 1987.
Agonie

Modèle social, crise structurelle ou crise économique... Qui est responsable de la débâcle européenne de l'automobile ?

Publié le 11 septembre 2012
L'usine Peugeot à Sochaux fête cette semaine son centenaire. L'entreprise prévoit des festivités, mais le groupe PSA n'a pas la tête à la fête : Euronext a annoncé jeudi sa sortie du CAC 40. Une sanction révélatrice des difficultés de l'industrie automobile française.
Hubert Bonin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur d'histoire économique à Sciences Po Bordeaux.Chercheur au Groupe de recherche en économie théorique et appliquée du CNRS de Bordeaux. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'usine Peugeot à Sochaux fête cette semaine son centenaire. L'entreprise prévoit des festivités, mais le groupe PSA n'a pas la tête à la fête : Euronext a annoncé jeudi sa sortie du CAC 40. Une sanction révélatrice des difficultés de l'industrie automobile française.

Plus qu’une « crise » unique, la crise de l’industrie automobile européenne est une succession de « répliques » d’une secousse sismique enclenchée depuis une demi-douzaine d’années, même si des chocs violents interviennent de temps à autre, avec des éruptions de colère sociale et de grandiloquence politicienne.

La cause première est bien identifiée par les experts du Gerpisa, groupement universitaire mondial localisé à Cachan : quand l’Europe orientale et centrale a rejoint l’économie de marché, tous les experts des cercles académiques et des entreprises ont prédit un énorme élargissement des débouchés, grâce à l’enrichissement des classes moyennes de ces pays. La Trabant et autres Lada allaient laisser place à des voitures « modernes ». On a renouvelé et étendu des usines (Skoda) et surtout on a créé de nombreuses autres, en particulier pour des modèles bas de gamme et moyen de gamme (Skoda). En fait, malgré quelques bruissements et une relative prospérité ici et là (en Pologne, surtout), le phénomène turc ne s’est pas réalisé : la voiture ne progresse que lentement, à cause des tensions sur le pouvoir d’achat local et de la crise récente. Ainsi, en Russie, dorénavant le seul espoir fort des constructeurs (Renault, Ford, etc.), la montée en puissance du marché s’est avérée lente, sur vingt ans, et on prévoit que c’est seulement vers la fin de la décennie que le marché se sera véritablement structuré autour de plusieurs axes de débouchés.

La deuxième cause réside dans la faible prise en compte du tsunami provoqué par l’ample processus de mise en concurrence. Les « mauvais » acteurs n’ont pas été éliminés comme il aurait fallu en bonne logique « néo-libérale ». Seules Saab en Suède et la partie « banale » de Rover (les berlines) ont été balayées ; mais des repreneurs asiatiques ont sauvé Jaguar et Land-Rover ; GM porte Opel à bout de bras en la refinançant chaque année pour combler ses pertes ; et Volkswagen maintient en survie Seat en Espagne. On n’a pas dépassé le simple constat, tant rappelé par le patron de Fiat, de la nécessité d’une concentration massive et/ou de l’élimination de certains acteurs. C’est qu'on ne balaye pas ainsi des acteurs et symboles des économies nationales, porteurs du drapeau de la fierté manufacturière !

La troisième cause est co-substantiellement liée aux deux précédentes : l’intensité de la concurrence s’est tellement élevée que le baromètre indiquant « tempête » a explosé ! La « délocalisation » de l’Asie vers l’Europe – reprenant celle effectuée par les constructeurs américains dans l’entre-deux-guerres, et si l’on entend par « délocalisation » la volonté de conquérir des parts de marché sur des marchés considérés comme « neufs » pour le constructeur concerné – a créé nombre d’usines ultra modernes et riches d’une main-d’œuvre jeune et peu formatée par le syndicalisme historique donc à tendance souvent « corporatiste » et hostile à toute flexibilité du temps de travail annuel. Toyota et Nissan, maintenant aussi les groupes sud-coréens, ont fait fleurir leurs usines, comme à Valenciennes en France. Et des groupes français ont été « complices » de ce mouvement, en s’associant à des constructeurs pour des usines en commun à l’Est.

C’est là d’ailleurs qu’on peut parler d’une véritable délocalisation, quatrième cause des tensions actuelles. Renault et Peugeot ont installé des lignes de production (pour des petites voitures) en Europe centrale et en Turquie, avant celle du Maroc, récemment ouverte pour des Logan. Des tonnes de textes ont été écrits sur les avantages salariaux comparatifs, et l’affaire est close : on ne produira plus jamais l’équivalent des 2cv, 4L ou Coccinelle en Europe occidentale, et même le clone redessiné à la mode et monté en gamme de la Fiat 500 est fabriqué en Pologne.

À ces causes exprimant des tendances irréversibles et, donc, des « répliques » du choc structurel des forces de l’économie automobile en Europe s’ajoute depuis plusieurs semestres une cinquième cause, la récession. Or, après le choc de 2007-2008, on avait cru échapper à la courbe en L et s’orienter vers une courbe en V, signe d’une sortie de crise ; mais on s’aperçoit depuis cette année qu’on s’oriente vers la fameuse courbe en W : c’est la rechute ! Le marché espagnol s’est contracté de moitié ; les autres vacillent ; Renault et Peugeot voient leurs ventes en France s’éroder de plus en plus fortement ; et les PME et TPE rechignent à commander des petits véhicules utilitaires.

Phénomènes structurels et conjoncturels se conjuguent pour assécher le marché : partout, il se craquelle de fissures qui peuvent l’entraîner vers un affaissement profond. On a recouru à toutes les « variables d’ajustement » : chômage partiel, vacances anticipées obligatoires, plans sociaux, rognage des CDD et intérims, blocage des salaires, redéploiement de salariés des usines en crise vers des usines moins perturbées, etc. Mais tous les experts, les patrons, les responsables syndicaux et les gouvernements ont bien conscience que la conjonction des causes et des crises (structurelles et conjoncturelle) exigerait de fermer définitivement une demi-douzaine ou une huitaine d’usines (une ou deux par grand pays : France, Allemagne, Italie, Espagne), donc de frapper dans le « dur », après avoir éliminé le « mou » (= taillé insensiblement dans les effectifs pendant plusieurs semestres). Ce seraient dès lors 12/18 000 à 16/24 000 postes qu’il faudrait supprimer, donc. Mais qui en prendrait la responsabilité politique et le risque social, en ces temps de « rentrée chaude » et, surtout, d’élections (Allemagne) ou de majorité fragile (Italie) ou incertaine dans sa philosophie d’action économique (France, Espagne) ?

Une fois de plus, on constatera et déplorera que l’Europe ne s’est dotée d’aucune structure réelle de réflexion stratégique sur l’industrie, la concurrence, l’ouverture commerciale – comme on l’a vu à propos du récent accord avec la Corée pour faciliter les exportations de voitures coréennes. C’est bel et bien une sixième cause qu’il faut soulever pour cette crise, une « crise de l’intelligence », de l’anticipation et de la planification. L’Union européenne a prôné libéralisation, compétition, ouverture, autorégulation ; mais le prix à en payer est la mise en concurrence des usines et des constructeurs. Du cimetière des entreprises et usines britanniques (Blmc-Rover, Chrysler-Peugeot UK, usines de montage Ford, etc.) a émergé le Phénix des usines japonaises outre-Manche : on a détruit avant de construire. Mais est-on prêt à payer partout le prix politique et social de ce « chaos créatif » cher à Schumpeter ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Kakou
- 11/09/2012 - 07:29
Qui..!
Parle de débacle Europeenne..? la débacle c'est pour peugeot...et ses Syndicats..
jerem
- 11/09/2012 - 01:34
@jaca
avez vous remarqu', ca yest c'est reparti pour un tour de pubs avec opel et vW et leur messages en vO. Pendant qu'on nous continue afa ire des cvommermorations sur la 2e guerre mondiale .... les allemands , qui ne sotn pas dans l'autoflagellation permanente , reparte pour un tour.
Jaca10
- 10/09/2012 - 20:17
Les vrais fossoyeurs de l’industrie française
Que peuvent faire les Français: TOUT, c'est à dire arrêter d'acheter en masse des voitures allemandes ou japonaises, qui ne sont pas quoiqu'on dise de meilleure qualité à prix égal.
Les Français n’ont pas encore réalisé que quand on a une industrie automobile de qualité – ce qui est le cas - on se doit de la soutenir.
A défaut c’est tous les Français - sans exception - qui payent dans leurs impôts pour les chômeurs et la dette qui résultent de ces importations massives.
Le snobisme et de la volonté de paraître malin doivent céder la place au civisme et à la responsabilité…!