En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
Depuis le début du mandat de Barack Obama, la dette a augmenté de près de 4,8 milliards de dollars par jour, soit 3 millions de dollars par minute...
Depuis le début du mandat de Barack Obama, la dette a augmenté de près de 4,8 milliards de dollars par jour, soit 3 millions de dollars par minute...
Voracité budgétaire

Record battu : Barack Obama, président le plus dépensier de l'histoire des Etats-Unis

Publié le 09 septembre 2012
Guillaume Debré montre, chiffres à l'appui, que sous le mandat d'Obama, l'Amérique s'est endettée chaque année d'un montant égal ou supérieur... à la totalité de la dette publique de la France. Du jamais vu. Extraits de "Obama face au pouvoir" (2/2).
Guillaume Debré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Debré est correspondant de TF1 et LCI à Washington. Il a couvert la politique américaine pour CNN de 2000 à 2005. Il est l'auteur de "Obama, les secrets d'une victoire" (Fayard, 2008).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Debré montre, chiffres à l'appui, que sous le mandat d'Obama, l'Amérique s'est endettée chaque année d'un montant égal ou supérieur... à la totalité de la dette publique de la France. Du jamais vu. Extraits de "Obama face au pouvoir" (2/2).

3 552 000 000 000 dollars.

Trois mille cinq cent cinquante-deux milliards de dollars.

25 362 dollars par contribuable. 11 290 dollars par Américain.

Voilà ce que Barack Obama a dépensé au cours sa première année à la Maison-Blanche. Un record. Cette somme représente dix fois le budget de la France, pour un pays seulement cinq fois plus peuplé. En un an, le budget de l'Etat américain a augmenté de 15% par rapport à celui de son prédécesseur. Bien sûr, la crise économique a obligé Obama à sortir le chéquier, mais jamais au XXè siècle un président américain n'avait été aussi dispendieux en l'espace d'une seule année - pas même Franklin Delano Roosevelt.

3 834 000 000 000 dollars. C'est le deuxième budget que Barack Obama a proposé en février 2010, avec 282 milliards de dépenses supplémentaires. Un nouveau record. Cette frénésie dépensière va grever les finances du pays. Cette année-là, la quasi-totalité des postes de dépense augmentent, y compris celui de la défense, pourtant déjà gigantesque. Au prix d'un bras de fer d'une rare intensité, les républicains soutirent au président 38 milliards de dollars d'économie. une goutte d'eau dans un océan de dettes.

3 733 000 000 000 dollars. Ce troisième budget suffit à faire du (premier) mandat d'Obama le plus coûteux de l'histoire des Etats-Unis. Les déficits publics ont bien sûr explosé. En 2008, ils étaient de 458 milliards de dollars. En 2009, ils sont passés à 1 400 milliards, puis à 1 300 milliards en 2010 et 2011, et à 1 100 milliards en 2012. Soit près de 10% du PIB chaque année. Le déficit pour le seul mois de février 2011 - 223 milliards de dollars - est supérieur au déficit cumulé des douze mois de l'année 2007 - 161 milliards ! En 2011, le gouvernement américain a dû emprunter 42 cents pour chaque dollar qu'il a dépensé. L’Amérique sous Obama s'est endettée chaque année d'un montant égal ou supérieur... à la totalité de la dette publique de la France.

Et pourtant, voici ce que déclarait Barack Obama le plus sérieusement du monde le 23 février 2009, un mois après son investiture : "Aujourd'hui, je m'engage à réduire le déficit dont nous avons hérité de moitié à la fin de mon premier mandat. Ça ne sera pas facile. Nous allons devoir faire des choix difficiles et prendre enfin les décisions qui s'imposent. Car je refuse de laisser à nos enfants une dette qu'ils ne pourront pas rembourser - et cela exige que nous, que cette administration, prenions nos responsabilités maintenant et diminuions nos dépenses publiques."

En quatre ans, Obama a creusé la dette publique américaine de plus de 5 000 000 000 000 dollars - cinq mille milliards de dollars ! Depuis son investiture le 20 janvier 2009, la dette a crû de près de 4,8 milliards de dollars... par jour, soit 3 millions de dollars par minute... Sous Obama, le ratio dette/PIB va augmenter de 25% : c'est plus que sous aucun autre président dans l'histoire. La dette publique est aujourd'hui supérieure au PIB annuel de pays. Du jamais-vu.

L'impact de ces dépenses va continuer bien après la fin du premier mandat d'Obama, car le président démocrate a grevé les budgets à venir. Cette voracité budgétaire va plonger l'Amérique un peu plus dans le rouge. Selon le Congressional Budget Office, la Cour des comptes américaine, l'endettement du pays devrait augmenter de plus de 250% en dix ans. Au cours de ses quatre années à la Maison-Blanche, selon les mêmes prévisions, Obama a laissé une ardoise de près de dix mille milliards de dollars de déficit étalés sur dix ans. Une dette qu'il faudra bien payer un jour. Le premier mandat d'Obama a créé le plus important transfert intergénérationnel de richesse jamais opéré dans l’histoire des Etats-Unis.

____________________________________________

Extrait de "Obama face au pouvoir, Dans les coulisses de la Maison-Blanche", Fayard (5 septembre 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Kakou
- 10/09/2012 - 19:51
héhalors ...!
La planche a billets c'est pas pour les Pédés.....les couilles molle sont en Fronce ...là il y a des pédés
-gentoo-
- 10/09/2012 - 16:20
@Satan
désolé par avance pour ce mini troll.
On ne peut plus dire que les Etats unis soit un pays libéral si on considére les milliers de milliards de dollars offerts aux banques (et assurances) sans aucune contrepartie. Ou alors libéral quand ça les arrange.
@Lepongiste
J'ai des doutes que GS soit seul à l'origine de la crise financiere. Ils en sont certes responsables, mais avec plein d'autres (banques, agences de notations, politiques....) qui n'ont pas fait (ou mal fait) leur travail.
Lepongiste
- 10/09/2012 - 14:13
Les Républicains n'ont pas imposé OBAMA pour rien !!!
C'était le seul démocrate à pouvoir faire passer la boîte entière de pilules aux yeux du monde.....
"Au cours de ses quatre années à la Maison-Blanche, selon les mêmes prévisions, Obama a laissé une ardoise de près de dix mille milliards de dollars de déficit étalés sur dix ans "