En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 2 jours 11 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 jours 16 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 17 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 18 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 18 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 20 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 20 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 21 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 jours 14 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 jours 16 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 17 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 18 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 18 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 20 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 20 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 21 heures
© Reuters
Un quart des enfants nés au Royaume-Uni le sont de mères étrangères.
© Reuters
Un quart des enfants nés au Royaume-Uni le sont de mères étrangères.
Boom

Près d'un bébé sur deux né de mère étrangère à Londres (un quart pour le Royaume-Uni) : où en est-on en France ?

Publié le 03 septembre 2012
Si un quart des enfants nés au Royaume-Uni le sont de mère nées à l'étranger, la France n'est pas en reste. En 2010, 18% des naissances étaient le fait de femmes étrangères.
Michèle Tribalat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michèle Tribalat est démographe, spécialisée dans le domaine de l'immigration. Elle a notamment écrit Assimilation : la fin du modèle français aux éditions du Toucan (2013). Son dernier ouvrage Statistiques ethniques, une querelle bien française...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si un quart des enfants nés au Royaume-Uni le sont de mère nées à l'étranger, la France n'est pas en reste. En 2010, 18% des naissances étaient le fait de femmes étrangères.

L'office national des statistiques britannique (ONS) vient de diffuser les chiffres de 2011 sur les migrations et sur la natalité selon le pays de naissance de la mère dont la presse britannique discute aujourd’hui.

Le gouvernement de David Cameron s’était fixé l’objectif d’un solde migratoire de 100 000 personnes par an alors qu’il a été continûment égal ou supérieur à 200 000 depuis 2004, à l’exception des années 2008 et 2009 pendant lesquelles les sorties du territoire ont augmenté (notamment celles des nouveaux entrants dans l’UE comme la Pologne). David Cameron est encore loin du but !

Depuis 2004, le Royaume-Uni a enregistré près de 600 000 entrées chaque année et 2011 ne fait pas exception. Le solde migratoire de 216 000 en 2011 n’est pas jugé significativement différent de celui de 2010 (252 000) par l’ONS.  Ce solde est la somme d'un solde migratoire négatif pour les Britanniques (‑ 70 000) et un solde positif approchant les 300 000 pour les étrangers qui tient aux deux tiers aux migrations d’étrangers n’appartenant par à l’UE. La crise financière, puis économique est restée sans effet sur la hauteur de ces flux. Depuis 2008, la mise en place du système à points, censé sélectionner plus rigoureusement les immigrés, n’a pas réduit l’ensemble des flux mais a les réorienté vers des procédures plutôt que d’autres : le nombre des étrangers venus pour étudier s’est ainsi considérablement accru alors que le nombre d’arrivées pour motif économique a diminué. 

Si la France est entrée au milieu des années 1990 dans un nouveau cycle migratoire, l’ampleur de l’immigration étrangère au Royaume-Uni dans les années 2000 y a été beaucoup plus grande. Le solde migratoire français a été bien inférieur (estimé à moins de 80 000 par an depuis 2007 par l’Insee). Les comparaisons avec le Royaume-Uni restent cependant difficiles car les estimations ne sont pas identiques. Le Royaume-Uni estime les flux migratoires à partir d’une enquête aux frontières, complétée par d’autres sources. La France, depuis 2006, estime un solde migratoire apparent à partir de ses enquêtes annuelles de recensement. Il est le résidu de l’équation démographique ajoutant, à la population au 1er janvier, le solde naturel (naissances – décès) de l’année. C’est donc lui qui encaisse les différences de qualités de collecte.

Ces flux d’immigration ont eu des répercussions rapides sur la natalité dans les deux pays, sans surprise avec une plus grande ampleur au Royaume-Uni. La natalité par pays de naissance de la mère en donne une idée, même si elle comprend des naissances de nationaux nés à l’étranger. En 2000, dans les deux pays, 15 % des naissances sont le fait de femmes nées à l’étranger. Dix ans plus tard, leur part a gagné trois points en France et 10 au Royaume-Uni. Ne sont pas comptés les enfants nés d’un père né à l’étranger et d’une mère native. 

Les deux pays ont un taux de fécondité comparable, voisin des 2 enfants par femme, dont l’immigration n’explique qu’un faible pourcentage. L’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) qui donne une idée du nombre d’enfants par femme dans l’année, permet de réduire les effets de structure. C’est pourquoi, en France, en 2008, la fécondité des femmes nées à l’étranger ne rehaussait l’ICF que de 6 % alors que les femmes nées à l’étranger représentaient 12 % des femmes en âge d’avoir des enfants. Les enfants qu’elles avaient eus représentaient 18 % des enfants nés dans l’année.

Mais les deux pays n’ont pas la même histoire migratoire. La France est un pays d’immigration depuis beaucoup plus longtemps que le Royaume-Uni, comme en témoigne le tableau ci-dessous. Entre 25 et 54 ans, la part de personnes d’origine étrangère est semblable quoique légèrement supérieure en France. Par contre, en France, ces personnes d’origine étrangère sont beaucoup plus souvent des natifs qu’au Royaume-Uni.

Proportion et composition de la population d’origine étrangère âgée de 25-54 ans en France et au Royaume-Uni en 2008

 

Nés à l'étranger ou dans le pays d'au moins un parent né à l'étranger

Dont

Nés à l'étranger

Nés dans le pays

France

26,6

49,3

50,7

Royaume-Uni

24,4

63,9

36,1

Source : Eurostat, LFS 2008.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
JS
- 05/09/2012 - 00:51
Clandestins
Sauf qu'en France l'Etat sous sous estime volontairement le nombre de clandestins...

Un etranger qui a ces papiers est en train de devenir l'exception par chez nous..
troiscentsalheure
- 04/09/2012 - 11:18
Remplacement des Européens
Aux Etats-Unis les naissances de bébés "blancs" sont minoritaires. En France l'origine "ethnique" n'étant pas prise en compte dans les recensements de population il est difficile de faire des prévisions mais compte tenu de la part de la population actuelle d'origine extra européenne, de son taux de natalité supérieur et des 200000 personnes accueillies chaque année en France...
Fait unique dans l'histoire de ce pays la population a augmenté de 50 % en un demi siècle. Vit on mieux lorsqu'on est plus nombreux ? Ce n'est pas certain. A Marseille il y a 850000 habitants, la France de Sarkozy a accueilli un millions d'habitants.
numb3rs
- 03/09/2012 - 23:12
A paris?
60%
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dr%C3%A9panocytose#France