En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 29 min 13 sec
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 1 heure 25 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 1 heure 25 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 59 min 54 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 1 heure 21 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 1 heure 25 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 13 heures 30 min
© Reuters
"Pour esquisser les contours d’une nouvelle politique sociale, le gouvernement va puiser en fait dans l’arsenal des vieilles recettes."
© Reuters
"Pour esquisser les contours d’une nouvelle politique sociale, le gouvernement va puiser en fait dans l’arsenal des vieilles recettes."
Editorial

Emplois d'avenir : quand le PS utilise ses vieilles recettes pour construire une nouvelle politique sociale

Publié le 24 août 2012
Pour tenter d'enrayer la montée du chômage des jeunes en France, le gouvernement va mettre en place les contrats d'avenir, mesure phare de la campagne de François Hollande.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour tenter d'enrayer la montée du chômage des jeunes en France, le gouvernement va mettre en place les contrats d'avenir, mesure phare de la campagne de François Hollande.

L’imagination n’est toujours pas au pouvoir. « Les contrats d’avenir » qui vont être lancés à grands renforts de médias usurpent totalement leur nom. Pour esquisser les contours d’une nouvelle politique sociale, le gouvernement va puiser en fait dans l’arsenal des vieilles recettes, faute de faire preuve  de la créativité qu’on attendrait de ceux qui ont décidé que « le changement c’est maintenant ». Pour tenter d’enrayer la montée du chômage qui frappe un jeune sur deux sans diplôme et éviter de franchir la barre des trois millions jugée catastrophique pour sa crédibilité, le gouvernement va recourir à la technique bien connue de la subvention, avec une prise en charge en grande partie par l’Etat de 150 000 emplois réservés aux jeunes non qualifiés. Un procédé éculé auquel ont eu recours aussi bien la droite que la gauche depuis trente ans, et qui apparaît comme un pis aller, uniquement justifié par le souci de faire baisser les statistiques du chômage à court terme. Une fois de plus la France se singularise alors que ses principaux partenaires tournent le dos à un tel dispositif en raison de son coût prohibitif pour des résultats décevants.

Au demeurant, la Cour des comptes condamne depuis longtemps un système dont l’efficacité s’est révélée très médiocre dans le passé. Il ne favorise pas l’insertion professionnelle, faute d’accompagnement d’une formation suffisante, de sorte que la moitié au moins de ses bénéficiaires restent sur le sable, lorsque la durée du contrat est achevée. On ne crée pas impunément un nombre élevé d’emplois pour un personnel non  qualifié sans un minimum de préparation. Talonnée par l’urgence, la distribution des aides risque de se faire à l’emporte-pièce, dans un climat où le clientélisme politique ne sera pas absent, ce qui ajoutera un effet pervers de plus.

Le secteur public sera naturellement au centre du dispositif, car il est le plus perméable aux sollicitations de l’Etat. Mais le gouvernement  a voulu ouvrir les contrats d’avenir au secteur privé pour répondre à certaines critiques de l’opposition, mais sans se faire trop d’illusions sur les débouchés qu’il pourrait trouver auprès des entreprises. En fait, celles qui répondront positivement pourraient faire avaliser le label à des embauches qu’elles auraient réalisé de toute manière en profitant d’un certain flou concernant la définition des secteurs en difficulté. C’est ce que la Cour des comptes qualifie d’ « effet d’aubaine» et qui va à l’encontre de l’objectif recherché.

L’ensemble du programme coûtera un milliard et demi d’euros en année pleine selon les estimations officielles. Une nouvelle source de dépenses publiques qui n’était pas prévue au départ. Par ailleurs, il  va encore compliquer la tâche des directeurs du personnel par de nouvelles dispositions qui seront introduites dans le code du travail, qui s’alourdit d’année en année. Et son accueil ne suscite aucun enthousiasme dans les milieux professionnels, ni chez les patrons ni parmi les syndicats, qui y voient seulement des mesures à courte vue. Personne n’est dupe : une véritable politique de l’emploi reste à inventer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
langue de pivert
- 26/08/2012 - 18:49
Les bourgeois...
c'est comme les cochons...!
Occidentale
- 26/08/2012 - 10:48
Perlimpinpin ou le contrat présidentiel d'envergure
la marionnette sortie d'on ne sait quelles ondes malignes va ensuite mettre son énergie à épousseter les miettes de pain tombées dans les plis de son veston tirbouchonné sur la protubérance abdominale
vangog
- 24/08/2012 - 23:48
`@fulgor421 Votre témoignage est édifiant!
et il confirme à quel point la France est embourbée dans la social-démagogie;
Ayant été moi-même confronté à pôle-emploi quelque temps, j'ai pu mesurer l'inertie et l'inefficacité totale des mesures de reclassement prescrites par des apparatchiks dignes de l'ère Socialiste, et dont les principales préoccupations vont vers le maintien de leur propre emploi, ce qui semble corrélé à des courbes statistiques allant à l'inverse de celles désirées par les dindons de la farce et pauvres candidats à l'emploi!