En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

06.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 1 heure 22 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 2 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 4 heures 16 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 6 heures 59 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 7 heures 14 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 7 heures 29 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 8 heures 20 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 8 heures 29 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 2 heures 20 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 7 heures 6 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 7 heures 17 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 7 heures 38 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 8 heures 24 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 8 heures 29 min
© Flick/Alex E. Proimos
De plus en plus de femmes se font réduire les lèvres par la chirurgie plastique.
© Flick/Alex E. Proimos
De plus en plus de femmes se font réduire les lèvres par la chirurgie plastique.
Coup de bistouri

Labiaplastie : la chirurgie intime, nouvelle tendance de la chirurgie esthétique ?

Publié le 31 juillet 2012
En cinq ans, le nombre d'interventions pour réduire les grandes ou petites lèvres de la vulve a été multiplié par cinq dans les hôpitaux britanniques.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En cinq ans, le nombre d'interventions pour réduire les grandes ou petites lèvres de la vulve a été multiplié par cinq dans les hôpitaux britanniques.

L’opération est au cœur d’une controverse. La labiaplastie (ou labioplastie, voire nymphoplastie) est-elle synonyme de prise de pouvoir féminine ou est-elle, au contraire, un exemple extrême de la façon dont les femmes peuvent être influencées dans un monde régi par le porno ?

Dans les hôpitaux britanniques, le nombre de labiaplasties a été multiplié par cinq en cinq ans. Certaines filles, qui en font la demande, sont à peine âgées de 11 ans. Face à l’ampleur du phénomène, un organisme caritatif a réalisé un court-métrage animé pour expliquer les raisons qui amènent à la pratiquer. La vidéo est signée Ellie Land, réalisatrice de documentaires.

Le dessin à la ligne épurée vient illustrer le témoignage de trois femmes, qui expliquent pourquoi elles en sont venues à franchir le pas. Plusieurs termes reviennent : mal-être, désir d'esthétique, sentiment d’anormalité, honte. Plus concrètement, les détails évoqués par ces femmes vont des problèmes sexuels aux points de suture lors de l’opération.

Qu’est-ce que la labiaplastie ? Il s’agit d’une intervention de chirurgie plastique sur les grandes lèvres et/ou les petites lèvres, ces replis externes de la peau qui entourent les structures de la vulve. Le procédé consiste à réduire les lèvres étirées. Une des patientes raconte la façon dont le chirurgien a découpé ses lèvres au ciseau, avant de les recoudre avec des points de sutures croisés.

La première femme à être interviewée dans la vidéo raconte comment elle avait l’impression de passer pour un « monstre » - elle a rêvé plusieurs fois que ses lèvres étaient une "longue, longue écharpe" étroitement enroulées autour de son cou, que tout le monde observait et dont on se moquait.

La deuxième explique que ses lèvres ne ressemblaient pas à celles des autres – et posaient problème pendant les relations sexuelles, car "elles se mettaient dans le chemin".

Enfin, la troisième dépeint ses lèvres comme "longues, sombres, dégoûtantes et toutes ridées". Toutes ces patientes ont passé des heures à feuilleter des magazines porno sans réussir à trouver une anatomie similaire à la leur. D’où leur honte de ne pas être "normales".

Pour Ellie Land, la réalisatrice du court-métrage, « l’objectif du film est de présenter une vision équilibrée de la labiaplastie, qui reflète les anxiétés et les préoccupations partagées par ces femmes interviewées au sujet de leurs lèvres ».

« Le film évoque quelques facteurs culturels qui pourraient être source d'anxiété chez les femmes concernant leurs organes génitaux, comme la publicité, la pornographie ou le consumérisme » indique Ellie Land.

Une telle opération coûte près de 3 800 euros dans le privé. Mais l’année dernière, 2 000 labiaplasties ont été financées par le système de sécurité sociale anglais. Soit une multiplication par cinq de ces opérations, en cinq ans.

Pour être éligible au remboursement, la demandeuse doit présenter des raisons physiques, comme de la douleur pendant les relations sexuelles, l’inconfort lié au port de vêtements, voire de rares problèmes hormonaux qui font enfler la lèvre mineure, ou encore des blessures provoqués par un accouchement.

Autre possibilité : que la forme des lèvres soit la source d’un vrai problème psychologique – dépression, problème d’estime de soi – ainsi des femmes peuvent rencontrer un médecin généraliste qui leur prescrira ou non la labiaplastie, avec l’avis d’un gynécologue.


Atlantico a interrogé le Dr Marc Abécassis, chirurgien plastique et esthétique.  

Atlantico : Les hôpitaux britanniques ont vu le nombre de labiaplasties, la chirurgie des lèvres génitales, multiplié par cinq au cours des cinq dernières années. En quoi consiste cette opération ?

Dr Marc Abécassis : La labiaplastie peut concerner les petites ou plus rarement les grandes lèvres. C’est une opération techniquement simple, qui dure une demie heure. Un mois après la cicatrisation, la patiente peut retrouver une vie sexuelle.

Quel est le problème des femmes qui subissent cette opération ?

Les petites lèvres peuvent être épaisses, longues ou larges – ce qui peut gêner certaines femmes.  Cela se ressent dans les sous-vêtements ou les maillots de bain, et peut irriter et provoquer des inflammations vulvaires, des démangeaisons. La femme peut également être gênée lorsqu’elle a des relations intimes, si elle est complexée.

Comment expliquer la popularité grandissante de cette opération ?

Les épilations dévoilent aujourd’hui de plus en plus l’appareil génital. L’accessibilité croissante aux films pornographiques est également en cause, tout l’avènement d’une société moins pudique.

Le film d’animation Centerfold raconte comment trois femmes ont passé, des années durant, leur temps à parcourir des magazines pornographiques en quête de ressemblance avec leur propre corps. Quel est le rôle de l’industrie pornographique dans le développement de ce complexe ?

Beaucoup de patientes se font des idées : la plupart du temps, les photos des magazines pornographiques sont retouchées.  Elles propagent la nouvelle norme : des petites lèvres, plus symétriques.

Parfois, des patientes arrivent dans notre cabinet un magazine sous le bras, nous disant "voilà docteur, je veux des seins comme cela". Il en va de même pour les lèvres aujourd’hui. On leur explique alors qu’elles sont tout à fait normales, si c’est le cas ; qu’il ne faut pas rechercher les standards chez les autres. C’est pourquoi les consultations chez le psychiatre sont très importantes. En général, on fait volontairement attendre les patientes pour vérifier qu’elles sont déterminées à faire l’intervention.

Il est important pour nous de déceler la véritable motivation de la patiente, de telle sorte que l’intervention ait des conséquences positives sur le plan psychologique, que ce ne soit pas un caprice médiatique, un désir du moment.  En revanche, il est vrai que si elles sont très motivées, il faut faire l’intervention.

Les médias ont créé un besoin en donnant une grande visibilité à cette opération.  Dès lors que les femmes savent que la technique existe, elles en sont demandeuses. Pour caricaturer, lorsqu’il n’y avait pas de dentiste, on devait bien se contenter de vivre avec les dents gâtées…

Avez-vous personnellement constaté une augmentation de la demande ?

Entre 1999 et 2005, le nombre d’intervention a, au moins, doublé. Et de 2006 à 2012, le nombre de mes patientes a triplé, voire quadruplé. Je me souviens même d’un cas d’une jeune fille de 14 ans. C’est une pratique que je réalise souvent, à raison de deux à trois opérations par semaine.

Pourquoi cette opération provoque-t-elle tant de débats outre-Manche ?

Les questions soulevées par la labiaplastie recoupent celles de la problématique de la chirurgie esthétique en général : on opère des gens sains, qui ne sont pas malades. On change un modèle, de nez, de fesses ou de poitrine. Une femme qui a une poitrine très jolie peut en vouloir une plus importante. Les autres médecins, qui ont l’habitude de traiter des pathologies, peuvent être désarçonnés. Pourtant, on ne peut pas laisser les patientes en souffrance, nous devons trouver des solutions.

Propos recueillis par Ania Nussbaum

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 01/08/2012 - 15:47
Drôle?
On dirait une forme d'excision, mais volontaire. Drôle, non?
le Gône
- 31/07/2012 - 23:36
Bravo...
a toutes celles qui osent!!
copélia
- 31/07/2012 - 15:46
autrement dit :
pour susurer
il faut suturer!