En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 2 jours 11 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 jours 15 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 16 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 17 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 17 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 18 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 18 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 20 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 jours 14 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 jours 15 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 16 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 17 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 18 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 18 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 18 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 20 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 20 heures
Effet collatéral du cas PSA

Destruction créatrice : ces effets positifs des délocalisations qu'on oublie trop souvent

Publié le 21 juillet 2012
L'affaire PSA remet au goût du jour certaines vieilles lunes françaises sur la mondialisation. Mais les injonctions comminatoires du gouvernement ne doivent pas faire oublier la réalité des faits.
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'affaire PSA remet au goût du jour certaines vieilles lunes françaises sur la mondialisation. Mais les injonctions comminatoires du gouvernement ne doivent pas faire oublier la réalité des faits.

Depuis que PSA a annoncé son plan de restructuration se joue en France un spectacle totalement ubuesque. Dans une cacophonie totale se succèdent pêle-mêle les injonctions comminatoires du gouvernement à l’attention des acteurs privés et des déclarations politiques contradictoires et d’une incohérence économique rare !

Le président de la République juge le plan « inacceptable » et son ministre du redressement productif multiplie les déclarations virulentes et excessives : le gouvernement « ne laissera pas faire » et est décidé à se substituer aux personnes privées (comme si l’Etat avait une meilleure stratégie industrielle !). Malheureusement, ils ne sont pas seuls : c’est la foire d’empoigne pour participer au "débat" sur la filière automobile.

D’un côté, on dénonce une stratégie pas assez internationale, de l’autre on critique ceux qui délocalisent !

PSA aurait ainsi raté le tournant de son internationalisation. C’est peut être vrai. Mais quelle incohérence d’entendre ces arguments de la part de ceux qui hier fustigeaient Renault parce que l’entreprise voulait ouvrir des usines au Maroc ou en Turquie. Arnaud Montebourg, alors chantre de la "démondialisation", dénonçait une « erreur ». Christian Estrosi (ancien ministre de l’industrie UMP) parlait d’un projet « dangereux et insoutenable pour notre pays ». De son côté, Guillaume Bachelay (PS) voyait dans la réaction offusquée de la Droite un « nouvel exemple de l’inefficacité de la politique gouvernementale malgré les moulinets du ministre de l’Industrie dans les médias » (sic ! et « big lol » !).

Dans le même temps, les mêmes (et d’autres), vantent et prônent toujours le « made in France » à tout prix. Le Gouvernement travaillerait ainsi à des projets visant à permettre le retour des "hotlines" en France et appelant à cesser de privilégier le consommateur au détriment du producteur : en clair, il propose de limiter la concurrence dans la téléphonie, pour que les opérateurs puissent augmenter leurs prix et par là préserver leurs marges et (soit disant) des emplois. Bref, il organise la protection des rentiers !

Pour se "rassurer", on peut constater que le débat américain ne vole pas beaucoup plus haut. Depuis quelques temps, le Président Obama, faute de pouvoir vendre son bilan économique indéfendable, a décidé de s’en prendre à la personne de son rival Mitt Romney (lequel riposte avec une  maladresse confondante). Le candidat démocrate, témoignant une fois de plus de son « analphabétisme économique de haut niveau » selon l’éditorialiste Clive Cook, dépeint donc son adversaire républicain en « délocalisateur en chef » et en « pionnier des délocalisations ».

La réalité, c’est que les chaines de production s’internationalisent toujours plus, en Europe et aux Etats-Unis. Et ce, pour le plus grand bien de tous !

De manière générale, la mondialisation et le processus continu de spécialisation accroissent l’efficacité globale. C’est d’ailleurs le consommateur qui en est le premier bénéficiaire : il achète moins cher, ce qui accroit son pouvoir d’achat. Comme le disait si bien Adam Smith : « la maxime de tout chef de famille prudent est de ne jamais essayer de fabriquer par lui-même ce qui lui coutera plus cher à fabriquer qu’à acheter ». On retrouve la théorie de l’avantage comparatif de Ricardo, encore validée par une étude économique récente.

Ce processus coûte certainement des emplois à court terme dans le pays qui voit une entreprise partir. C’est un vrai sujet social et humain : la solution réside dans l’anticipation et l’accompagnement, pas dans le blocage réactionnaire. Surtout, les délocalisations créent des emplois à moyen et long termes ! Augmenter la délocalisation d’emploi de 1 % conduit à une augmentation de 1,72 % de l’emploi des salariés américains selon une étude de la London School of Economics. C’est la « destruction créatrice » ! Le prix Nobel Gary Becker l’avait expliqué sur son site : cessons de nous lamenter et préparons l’avenir !

Au demeurant, il faut modérer le rôle des délocalisations dans la destruction d’emploi industriel aux Etats-Unis  comme en France : selon la direction du Trésor, elles ne représenteraient que 25 % des pertes d’emploi du secteur ces trente dernières années et 20 % aux Etats-Unis. Le McKinsey Global Institute avait d’ailleurs relevé quelques contre-vérités en matière de commerce international, soulignant notamment que les économies développées ne perdent pas de terrain sur les pays émergents !

Les délocalisations ont du bon !

Les entreprises qui s’implantent à l’étranger (et y trouvent des débouchés !) sont plus efficaces, produisent moins cher, créent des emplois dans les pays d’implantation et d’origine. La concurrence les incite à innover… Bref, les délocalisations ont du bon ! A l’inverse, maintenir en France, pour le principe, des emplois dans des industries non performantes ne conduira qu’à retarder le moment de la restructuration, nuisant à l’économie globale et faisant payer le consommateur !

L’Etat devrait renoncer à se lancer dans la planification des mutations industrielles : il est un piètre visionnaire : qu’il laisse le marché innover et assumer ses risques. Le politique ne devrait pas bloquer ces processus économiques, mais les faciliter et surtout les accompagner, notamment en renforçant la formation initiale et continue et en prévoyant les mécanismes d’accompagnement nécessaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
veloman95
- 23/07/2012 - 07:42
pour faire hurler les théoriciens du "tout va mal"
J 'ai 2 enfants , aujourd'hui titulaires de BTS industriels . Après avoir galérer durant leur scolarité. Ils changent de boulot , toujours mieux payés, tout les ans. Moralité, quand on rate ses études, il y a en France moyen de se rattraper.
J'ai d'autre part, un ami, entrepreneur BTP qui ne trouve ni manœuvre ni maçon (1500€ net pour un manœuvre) Moralité, il y a du travail pour les non diplômé, il suffit d' être un peu courageux.
Désolé, mais ce qui va mal, ce n'est pas le manque de travail.
jerome0901
- 22/07/2012 - 05:22
Dépendance
Comment quelqu’un peut-il pénétrer dans la maison d’un homme fort et s’emparer de ses affaires, s’il n’a d’abord ligoté cet homme fort ? Et alors il pillera sa maison.
jerome0901
- 22/07/2012 - 05:04
Dans quels secteurs des emplois sont-ils créés??
Très intéressant point de vue, mais votre article est truffé de raccourcis.

Dans ma naïveté de prolo laborieux, j'aimerais simplement savoir OU trouver un emploi quand tout est fabriqué en Chine, que même nos tomates viennent d'Espagne, que les paysans doivent solder leurs terres, et que les derniers emplois restants sont mécanisés ?