En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

03.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

07.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

01.

DSK : la photo de sa victime présumée

02.

Il faut sauver le paysan français

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 2 heures 6 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 4 heures 25 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 5 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 6 heures 46 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 7 heures 16 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 8 heures 53 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 9 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 10 heures 18 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 10 heures 35 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 3 heures 57 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 6 heures 24 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 7 heures 4 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 7 heures 48 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 8 heures 54 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 9 heures 33 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 10 heures 2 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 10 heures 28 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 11 heures 2 min
Libre-échange

Prostitution : "Le bilan de l'expérience suédoise montre l'hypocrisie de la pénalisation des clients"

Publié le 27 juin 2012
La ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem a relancé dans le Journal du Dimanche le débat sur le statut pénal de la prostitution. "La question n'est pas de savoir si nous voulons abolir la prostitution - la réponse est oui - mais de nous donner les moyens de le faire", a déclaré la ministre. Le PS pourrait s'inspirer du modèle suédois qui criminalise l'achat de services sexuels.
Marie-Elisabeth Handman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie-Elisabeth Handman est une sociologue, spécialiste de la prostitution. Elle est maître de conférence à l'EHESS ( l'École des hautes études en sciences sociales).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem a relancé dans le Journal du Dimanche le débat sur le statut pénal de la prostitution. "La question n'est pas de savoir si nous voulons abolir la prostitution - la réponse est oui - mais de nous donner les moyens de le faire", a déclaré la ministre. Le PS pourrait s'inspirer du modèle suédois qui criminalise l'achat de services sexuels.

Lire aussi sur ce sujet : Vouloir faire disparaître la prostitution, c'est mépriser la nature humaine

Atlantico : La ministre du Droit des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, a affiché sa volonté d'"abolir la prostitution". Elle pourrait s’inspirer du « modèle suédois » qui criminalise la prostitution et pénalise le client. Ce modèle est-il un succès ?

Marie-Elisabeth Handman : Le système suédois est incroyablement hypocrite et j’espère qu’un tel système ne sera jamais mis en place chez nous. Dire que la prostitution est un esclavage est une prise de position idéologique. Quand les femmes affirment avoir fait ce choix pour être libres, les socialistes parlent d’« aliénation ». Il faut écouter ce que disent les prostituées elles-mêmes.

La pénalisation des clients appauvrit considérablement les prostituées qui, du coup, sont beaucoup moins regardantes sur l’utilisation du préservatif et doivent se cacher. Par ailleurs, dans ce cas-là, les mafias s’en donnent à cœur joie car elles trouvent des lieux où la prostitution n’est pas surveillée. Par exemple en Suède, les malheureuses filles de l’Est amenées par la mafia russe se retrouvent sur les bateaux qui font des croisières sur les Fjords. La traite des êtres humains est la seule chose contre laquelle il faut lutter.

Le rapport de la mission parlementaire sur la prostitution présidée par la députée PS Danielle Bousquet, qui préconisait de s’inspirer du modèle suédois, précisait que les députés qui avaient rédigé le rapport avaient été heurtés par la condition des prostituées espagnoles.

En Espagne, le syndicat des hôtels bars s’était débrouillé pour que la prostitution de rue soit interdite de manière à ce que toutes les prostituées soient dans la main des propriétaires de bars. Les femmes étaient «  le pot de terre » contre le « pot de fer » des propriétaires de bars. L'Espagne n’est pas un exemple à imiter non plus.

Le gouvernement suédois affirme que la prostitution a diminué de moitié depuis le durcissement de la loi en 1999 ?

Ces chiffres sont contestés par les prostituées elles-mêmes. Les évaluations ont été conduites par ceux qui ont fait voter la loi. On ne peut pas être à la fois juge et partie.

Le rapport gouvernemental suédois rédigé par Anna Skarhed paru en juillet 2010 a également été vivement critiqué par plusieurs chercheurs et scientifiques indépendants 

Elle avait pour prémisse de ne pas remettre en question le bien-fondé de la loi et de ne proposer qu’un renforcement ou un statu quo. Elle s’est concentrée uniquement sur son aspect dissuasif sans s’intéresser à l’impact sur les prostituées suédoises.

Devant ces critiques, Anna Skarhed a admis que la méthodologie scientifique n’était pas le but premier de son évaluation. La seule chose que nous savons de Suède est que la prostitution de rue dans les grandes villes a diminué depuis la loi, le seul secteur de l’industrie du sexe suédoise visible de la police et des autorités. Pourtant, la prostitution de rue n’a jamais été très importante en Suède où il neige près de la moitié de l'année. Où sont donc allées ces personnes ? Le rapport ne le dit pas.

Comment voyez-vous l’évolution des choses si le client vient à être pénalisé?

Il y aurait énormément de manifestations dans les rues. Les prostituées commencent à être bien organisées, notamment à travers leur syndicat : le STRASS (Syndicat du Travail Sexuel). Les prostituées en ont marre d’être traitées comme des victimes. Elles ne s’estiment pas du tout victimes ! Pour moi, c’est faire fi du droit des femmes. Ça me désole de penser que le ministère du droit des femmes s’attaque de cette manière-là à des femmes qui choisissent librement cette activité. Les prostituées ont beaucoup plus de  liberté que des femmes qui travaillent à l’usine.

Vouloir abolir « le plus vieux métier du monde » est-il illusoire ?

C’est totalement illusoire. On ne peut pas abolir les désirs, notamment des personnes qui n’ont pas de compagnes ou de compagnons à la maison. Le recours à des services sexuels continuera nécessairement à exister.

L’important c’est de faire en sorte que les personnes qui rendent des services sexuels le fassent dans les meilleures conditions possibles. Lorsque les prostituées ou leurs clients sont harcelées par la police, elles se cachent et ne prennent pas les précautions nécessaires pour éviter les maladies sexuellement transmissibles. Vouloir harceler les prostituées, c’est les condamner à tomber malades ou à être victimes de malfaiteurs. Il faut permettre à la prostitution de s’exercer dans de bonnes conditions. Lorsque c’est le cas, les mafias ont beaucoup moins d’emprise sur les prostituées. Les mafias se créent toujours dans un contexte d’interdiction ou de prohibition.

Assiste-t-on à un retour du puritanisme ?

Il y a un moralisme qui revient toujours au galop durant les périodes de crise. Ce moralisme a commencé à exister au milieu des années 70 après le choc pétrolier. A mes yeux, c’est lié. Dès qu’il y a une crise, les gens ont peur : peur du déclassement, peur de l’étranger. Ils se rabattent naturellement sur des valeurs qui ne coûtent pas cher. Ça ne coûte rien de dire qu’on est contre la prostitution. Les prostituées qui vivent bien leur métier disent : « mon corps est à moi ! ». Les prostituées sont des adultes consentantes. L’abolition de la prostitution viendrait contredire le code pénal qui admet les actes sexuels entre adultes consentants.

La France devrait-elle, à l’inverse, se tourner vers un régime plus souple comme en Allemagne?

Les prostituées doivent pouvoir exercer dans les conditions qu’elles choisissent. Certaines préfèrent êtres salariées comme dans un « éros center » allemand. D’autres ont choisi la prostitution pour être libres et ne pas avoir de patron sur le dos. On doit également leur permettre de s’organiser sur une base collective, comme les cabinets d’avocat ou de médecine. De cette manière, elles pourront se protéger entre elles.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (27)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ganesha
- 29/06/2012 - 06:26
Nettoyage Ethnique
Je partage l'opinion d'Alexis 007 : ces activistes se moquent pas mal des prostitué(e)s qu'ils ou elles méprisent profondément. En fait, elles poursuivent un fantasme d'éradication de l'amour hétérosexuel .
Les hommes gays sont acceptés s'ils restent strictement entre eux et l'ensemble des femmes deviennent des proies pour ces lesbiennes prédatrices...
Alexis007
- 28/06/2012 - 23:16
Le dogme féministe de la domination masculine
Les féministes radicales font un lobbying puissant depuis de nombreuses années en France pour faire que la lutte contre la prostitution s'oriente vers la pénalisation du client, du client-prostitueur comme elles disent. C'est pour des raisons purement idéologiques que les féministes radicales prennent la Suède comme exemple car elles vont ainsi pouvoir parler dans toute la presse, et pendant des années, croyez moi, des hommes hétérosexuels (la prostitution homosexuelle elles n'en parlent pas... et pourquoi donc ?), ces êtres décidément pas fréquentables car uniquement soumis à leur libido. Leurs campagnes de communication omettront d'ailleurs savamment de dire que d'après les statistiques ce sont 5% à 10% des hommes qui fréquentent des prostituées. Vous comprenez l'occasion est trop belle de se payer une nouvelle fois la tête des hommes... Il y a derrière ce sujet de la prostitution une question de société fondamentale pour les années à venir : la place de l'homme dans la société du futur. Brisons ensemble le dogme fémniste de la domination masculine : www.homme-culture-identite.com
Ganesha
- 28/06/2012 - 08:09
Originalité
Un peu d'originalité que diable !
Tous les forums de discussion sur la prostitution voient invariablement ressurgir les mêmes "tartes à la crème" : c'est "vendre son corps" : en fait, vendre son corps, c'est vendre un rein pour une transplantation chirurgicale...
Et puis, il y a toujours l'inénarrable argument de "votre fille ou de votre soeur" ! Est-ce qu'on vous a déjà demandé si votre grand-mère n'était pas dame-pipi dans un MacDo de province ?
Il y a bien sûr des hommes qui se prostituent, pour d'autres hommes homosexuels, ou comme travestis, ou encore sur les plages tropicales comme "gigolos pour femme cougar".
Mais avez déjà pensé aux prostituées lesbiennes ?