En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Zone Franche

Grève en Corse, plus personne ne s’en aperçoit…

Publié le 25 février 2011
Les marins de la SNCM, en grève depuis le 31 janvier, font surtout le bonheur de la concurrence.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les marins de la SNCM, en grève depuis le 31 janvier, font surtout le bonheur de la concurrence.

A la provoc de Nicolas Sarkozy, pour qui « plus personne en France ne remarque une grève des transports », avaient répondu les millions de manifestants hostiles à la réforme des retraites. Service minimum ou pas, lorsque les agents de la RATP ou de la SNCF jonglent avec les subtilités des textes tous neufs qui régissent les débrayages, les usagers continuent en effet d’enfiler leurs baskets et de grimper sur leurs vélos…

Heureusement pour eux, toutefois, il n’est pas devenu nécessaire d’être un nageur hors pair pour relier la Corse au Continent lorsque les navires de la SNCM restent à quai. En grève depuis le 31 janvier dernier, les marins de cet armement privatisé en 2006 découvrent en effet à quel point leurs moyens de pression se sont affaiblis ― y compris en période de grands départs.

C’est que la fin du monopole est passée par là, quatre compagnies se disputant désormais les faveurs du public. Du coup, c’est à peine si les Bastiais ou les Ajacciens en route pour les stations de ski froncent un sourcil en apprenant que le Napoléon Bonaparte ou le Monte d’Oro font un nouveau break. Ils se contentent de réserver un passage sur un navire des Corsica Ferries et le tour est joué.

La CGT, qui est à l’origine du conflit, s’inquiète essentiellement d’une baisse des rotations affectant toutes les compagnies dès l’été prochain, agrémentée d’une réduction de la flotte de 10 à 9 ferries. Il n’est pas question de licenciements, mais la réorganisation des escales entre Marseille et Toulon n’est pas du goût du syndicat.

On ne saurait trop conseiller à ses leaders, puisqu’ils semblent avoir un peu de temps devant eux, de regarder la télé : France 3 Marseille s’est en effet procuré quelques chiffres édifiants, permettant d’établir que l’offre globale sur la liaison était de 9 millions de places en 2010 pour à peine 3 millions de passagers. Une surcapacité aussi énorme qu’intenable à long terme, mais dont les journalistes de la station régionale révèlent qu’elle est surtout à l’avantage de la SNCM dont les taux de remplissage sont de loin les meilleurs.

Résultat des courses, les marins de la SNCM fragilisent financièrement une entreprise qui n’en demandait pas tant, rabattent les voyageurs sur la concurrence dont les navires sont bourrés à craquer depuis le début de la grève (des unités supplémentaires ont dû être mobilisées par Corsica Ferries) et ne génèrent qu’une indifférence polie sur l’Ile de Beauté, où un conflit qui aurait autrefois fait les gros titres est traité en brève de pages intérieures dans Corse-Matin.

On hésite à ressortir le cliché un peu usé du type qui scie  la branche sur laquelle il est assis (d’autant plus qu’on vient tout juste de s’en servir pour évoquer la grève des dockers marseillais et havrais et la fuite des affréteurs vers les ports hollandais). On hésite, mais on le trouve tellement adapté, finalement, qu’on ne va pas s’en priver pour si peu... Et puis, après tout, ça prouve au moins que quelqu’un l’aura remarquée, cette grève. C’est toujours ça de pris.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

06.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent