En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 2 jours 1 heure
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 jours 6 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 7 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 7 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 8 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 9 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 9 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 10 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 10 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 10 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 jours 4 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 jours 6 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 7 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 8 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 8 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 9 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 9 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 10 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 10 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 11 heures
© Reuters
Le dollar cohabiterait donc avec l'euro et le yuan...
© Reuters
Le dollar cohabiterait donc avec l'euro et le yuan...
Péril jaune ?

Fin de la suprématie du dollar : que peut attendre la zone euro de l'émergence du yuan comme monnaie internationale ?

Publié le 02 juin 2012
Depuis ce vendredi, la Chine et le Japon se passent du dollar pour échanger directement dans leurs monnaies, afin de dynamiser leur commerce bilatéral. Avec l'euro, le yuan pourrait donc permettre d'engager une véritable compétitivité des monnaies, favorable à une répartition plus équitable des réserves de change.
Alexandre Baradez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Baradez, 33 ans, diplômé de l'ESCE (Paris/La Défense) en 2003 a d'abord évolué plusieurs années chez BNPPARIBAS puis la Banque ROBECO en gestion privée avant de rejoindre SAXO BANQUE en 2009 en tant que Sales Trader. Son expérience des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis ce vendredi, la Chine et le Japon se passent du dollar pour échanger directement dans leurs monnaies, afin de dynamiser leur commerce bilatéral. Avec l'euro, le yuan pourrait donc permettre d'engager une véritable compétitivité des monnaies, favorable à une répartition plus équitable des réserves de change.

Atlantico : Depuis ce vendredi, la Chine et le Japon se passent désormais du dollar pour échanger directement dans leurs monnaies, ce qui leur permettra de se passer du dollar pour dynamiser leur commerce bilatéral. Jusqu'à présent 60% de ces échanges s'effectuaient en dollar. Est-on sur le point d'entrer dans un nouveau système "pluri-monétaire", où la suprématie du dollar serait remise en cause par le Yuan ?

Alexandre Baradez : De plus en plus... L'exemple avec le Japon est le plus médiatique - car un des plus gros partenaires commerciaux mettant en scène des économies majeures -, mais des accords similaires ont déjà eu lieu entre la Chine et d'autres pays. Je pense notamment aux pays émergents, comme l'Argentine (accords de flottement des devises), mais aussi la Biélorussie par exemple.

En l'espace de 24 mois, le pourcentage des volumes d'échanges commerciaux de la Chine dans sa devise est passé d'un niveau proche de zéro à quasi 10% de la part de commerce total de la Chine. Autrement dit, 10% des échanges commerciaux de la Chine sont réalisés sans passer par le dollar.

C'est une hausse majeure, et la volonté claire de contester la suprématie du dollar dans les échanges commerciaux. Si cette évolution se maintient, on imagine très bien la Chine se passer régulièrement du dollar pour ses échanges commerciaux. Et les échanges commerciaux ne sont qu'un aspect. N'oublions l'achat de dettes souveraines... Et la vente de bons du trésor américain, soit la réduction des réserves chinoises de dollar, ensuite réinvesties dans l'achat de bons du trésor japonais ou sud coréens. Une façon supplémentaire de se diversifier dans ses actifs (en l’occurrence dans ses réserves de change).

Le dollar cohabiterait donc avec l'euro et le yuan. Est-il sain d'en finir avec les accords de Bretton Woods, organisant le système monétaire mondial autour du dollar américain ?

Il serait effectivement plus souhaitable que les monnaies puissent solliciter une forme de compétitivité entre les États. De fait, avoir une répartition plus équitable entre les monnaies ne peut être pointée du doigt. Aujourd'hui sur le marché global des changes, l'euro/dollar représente 2/3 des échanges du marché des devises, pour tout ce qui relève des échanges flottants (où le débit n'est pas maîtrisé).

Le volume total du marché des changes représente 4 000 milliards, et 2/3 des échanges de ce marché se font uniquement entre l'euro et le dollar. C'est donc une bonne chose qu'une autre monnaie monte en puissance, mais on restera sur ce triptyque : euro, dollar, yuan. Attention, la devise chinoise reste toutefois maîtrisée dans sa fluctuation, à la hausse et à la baisse, mais toujours un change flottant maîtrisé.

Quelle place peut occuper l'euro dans ce système monétaire, si dollar et yuan monopolisent l'essentiel des échanges ?

Par rapport au dollar et au yuan, l'euro - même s'il souffre évidemment de la crise de la dette - reste une devise stable et importante, au regard des volumes commerciaux avec la Chine et les États-Unis. Quelle va être sa place ? La place de l'euro sera toujours celle-ci, car les pays asiatiques vont chercher à réduire leur dépendance au dollar, et cela profitera à l'euro. Autrement dit, la baisse de la part du dollar ne profite pas uniquement au yuan, mais aussi à l'euro.

Pour la Chine, l'Europe est un de ses principaux partenaires commerciaux, notamment pour ses débouchés commerciaux. Donc si l'Europe rentre en récession durable, avec une déflation, une baisse de la consommation, bref un schéma un peu catastrophique, la Chine sera la première perdante. Et il en va de même pour la croissance nord américaine.

Si la situation européenne devait perdurer, on peut très bien imaginer la Chine venir en aide de groupes bancaires européens, racheter des dettes d'États. Autrement dit se faire un chèque à elle-même, venir en aide à la zone euro pour assurer des débouchés à ses exportations. A moins que la zone euro n'éclate réellement, et que se développe une Europe à deux vitesses, il n'y a pas de raison que la part de l'euro baisse dans le niveau de réserve mondiale des changes.

Londres serait en train de monter la plus grande place financière offshore pour le yuan à la City. D'autres places boursières pourraient-elles céder à l'appel du yuan ?

C'est effectivement vrai, même si les grosses places financières qui se montent pour le yuan sont celles qui ont les plus gros volumes de devises à traiter. Pour être clair, Tokyo et Shanghai. La montée en puissance du yuan est toutefois conditionnée au fait que les Chinois acceptent de lâcher du lest au niveau de sa devise (fluctuation maîtrisée), sinon ces places n'auront aucune marge de manœuvre et aucune liquidité résultant des échanges.  

Propos recueillis par Franck Michel

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cqoiqéqon
- 01/06/2012 - 17:18
c'est sur que si il n'y a pas
c'est sur que si il n'y a pas de croissance, tout le monde va être perdant.
Et tout le monde va être perdant...enfin avant tout ceux qui ont quelque chose à perdre...genre les européens et tous les pays occidentaux ou ceux gravitant autour et basés sur des économies de consommation.
Enfin ça va faire un peu mal au début, c'est qu'on a tout défoncé mais on a pas mit de vaseline alors fatalement !!! mais au moins nos enfants ne cracheront pas sur nos tombes!