En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 1 heure 22 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 3 heures 21 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 3 heures 57 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 4 heures 54 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 6 heures 24 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 7 heures 10 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 7 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 1 heure 37 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 4 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 4 heures 58 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 5 heures 31 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 6 heures 13 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 7 heures 39 min
Combien coûte le Nirvana ?

Ce qu’un “bouddhileaks” pourrait nous apprendre sur les zones d’ombre du bouddhisme

Publié le 30 mai 2012
Vatileaks a levé le voile sur un certain nombre de zones d'ombres au Vatican. Cette politique de transparence absolue, initiée par Wikileaks, semble vouloir s'attaquer à tous les cœurs de pouvoir. Et s'il y avait un "Bouddhileaks", quels secrets pourrait-il aborder au sujet des Tibétains et du Dalaï-Lama ?
Gilles Van Grasdorff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Van Grasdorff est journaliste, correspondant à Paris du journal luxembourgeois Wort.Spécialiste du Tibet, il est l'auteur de L'histoire secrète des Dalaï-Lamas (Flammarion / 2009) et Dalaï-Lama : la biographie non autorisée (Archipoche / 2012).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vatileaks a levé le voile sur un certain nombre de zones d'ombres au Vatican. Cette politique de transparence absolue, initiée par Wikileaks, semble vouloir s'attaquer à tous les cœurs de pouvoir. Et s'il y avait un "Bouddhileaks", quels secrets pourrait-il aborder au sujet des Tibétains et du Dalaï-Lama ?

Atlantico : L’affaire Vatileaks vient de porter les projecteurs médiatiques sur les arcanes du pouvoir au sein du Saint-Siège. Religion souvent perçue comme parfaitement transparente, le bouddhisme tibétain n’aurait-il pas, lui aussi, ses zones d’ombres ? Que pourrait contenir un éventuel « Bouddhileaks » ?

Gilles Van Grasdorff : L’argent, tout d’abord. On peut s’interroger, compte tenu des nombreuses sommes que le Dalaï-Lama et son gouvernement reçoivent de la part de différentes institutions, sur l’usage qu’ils en font. On ne sait pas toujours si cet argent profite au clan au pouvoir ou à la population. Je doute en tout cas que cette dernière en soit la principale bénéficiaire. Depuis qu’il est en exil, je n’ai jamais vu le gouvernement du Tibet venir en aide aux Tibétains qui vivent encore en Chine.

Le problème, avec le gouvernement en exil, c’est qu’ils perpétuent des traditions historiques. Depuis la nuit des temps, le Tibet est dirigé par 45 clans familiaux. Ils se sont toujours partagé les pouvoirs. A l’époque, ils étaient rois, princes ou chefs de tribus. A partir du VIIème au XIème siècle, ils sont devenus des lamas et des réincarnations. Le système des réincarnations était un outil politique, instauré en 1173 par le premier karmapa pour justifier la transmission filiale du pouvoir, grâce à la théocratie bouddhiste.

Certains de ces enjeux de pouvoirs, s’ils sont parfois évoqués, restent peu connus. Quels sont les luttes et à qui opposent-elles le Dalaï-Lama ? Je pense notamment aux adeptes de Dordjé Shougdèn qui semblent être perçus comme des adversaires, voire des ennemis, par le guide spirituel en exil.

Shougdèn, c’est ce que l’on appelle une secte bouddhiste. Mais plutôt que le sens courant de ce mot en France, il faut y voir une sous-lignée du bouddhisme tibétain. Elle est apparue au VIème siècle. Elle prône un tantrisme particulièrement rigoriste dans lequel on peut par exemple avoir des esclaves sexuels. C’est un dérivatif qui peut se rapprocher de la secte japonaise Aum.

En 1997, Shougdèn a fait assassiner l’un des bras droits du Dalaï-Lama. Ils aimeraient la mort de ce dernier. Ce sont des intégristes du bouddhisme tibétain comme il en existe dans tous les bouddhismes. Ce sont des gens qui n’hésitent pas à utiliser la violence. Car si les paroles du Bouddha prônent la non-violence, tous les courants bouddhistes ont fait preuve de violence au fil de l’histoire pour profiter du pouvoir.

Le problème du Dalaï-Lama, c’est que ce n’est pas un politique. Il a raté sa vocation et aurait dû rester un simple lama dans son monastère plutôt que de devenir le chef du Tibet en exil. Il n’est ni un négociateur ni un démocrate. Face à Shougdèn, il a toujours maintenu une distance tout en ayant une position très ambiguë : après tout, ce courant est aussi une part du bouddhisme tibétain.

Il sait que derrière, il y a les Chinois. Shougdèn dispose de monastères, notamment en Ecosse. Ils reçoivent de l’argent et soutiennent par exemple le panchen lama qui a été choisi par Pékin. Ils justifient les réincarnations qui profitent à la Chine et dont Pékin multiplie les apparitions dans le Tibet chinois. Ils réclament un XVème Dalaï-Lama dont la nomination serait orchestrée par Pékin.

N’est-il pas étonnant que les secrets qui émergent ne surprennent qu’à peine alors que le bouddhisme tibétain semble bénéficier d’une aura positive ? Personne ne semble soupçonner les luttes de pouvoir et les enjeux financiers liés au Dalaï-Lama et à ses proches.

L’humanité n’est pas quelque chose de propre. Les religions et les guerres sont sales. Nous sommes des hommes et tous commettent des erreurs. Le bouddhisme tibétain et le Dalaï-Lama aussi. Ce dernier a fait des conneries et les assume, même si certaines personnes frappées de bouddha mania se refusent à constater ces évidences. Le Dalaï-Lama, homme d’ouverture, ne l’est pas tout à fait dès lors que l’on évoque des questions d’argent.

Lorsqu’il vient en Occident, le Dalaï-Lama facture ses journées d’enseignements 300 euros par jour et par participant.  Pour 10 000 personnes sur trois jours, cela représente une somme conséquente. Si le pape faisait la même chose, on entendrait immédiatement hurler au scandale.

Y a-t-il parmi les responsables tibétains en exil des personnalités ou des groupes qui oeuvrent à plus de transparence ?

La transparence n’existe pas. Ce n’est pas écrit dans le dharma. Il y a des gens bien dans l’entourage du Dalaï-Lama. Ce dernier est d’ailleurs quelqu’un qui est confronté à de dures réalités et qui acceptent tout à fait les critiques que l’on peut lui faire. Malheureusement, dans le gouvernement dont il s’est retiré en décembre dernier, alors que l’on parle de démocratie depuis 1963, il a nommé pour la première fois un Premier ministre laïc en 2011. Jusque-là, il désignait toujours des lamas qui, malgré toute leur respectabilité, défendait son clan et son courant religieux.

Les Tibétains se sont battus entre eux et ont oublié de se battre pour leur pays. Il y a deux karmapas. Il risque d’y avoir rapidement deux Dalaï-lama. L’argent et le pouvoir entraînent des dérapages.

Il convient de s’interroger sur les immolations qui restent cachées, notamment dans le Sichuan chinois. Ce phénomène ne s’est jamais arrêté. La population tibétaine a largement été déplacée dans cette province et la majeure partie des résistants sont encore en Chine, très peu en exil finalement. En Inde, seuls quelques jeunes contestent activement contre Pékin et s’opposent au pouvoir du Dalaï-Lama. Ce sont là deux idéologies qui s’opposent : la Chine communiste a rayé le Tibet de la carte tandis que le Dalaï-Lama et son gouvernement laissaient faire. C’est une forme de lâcheté, de laisser-faire alors qu’une partie de la jeunesse a toujours voulu lutter, qu’il faut condamner.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
augustin
- 04/06/2012 - 12:18
Le Dalaï Lama est un négociateur et un diplomate hors du commun.
Je voudrais enfin préciser que si les Kadampa sont effectivement apparus il y a plusieurs siècles, la Nouvelle Tradition Kadampa (avec ce qu'il y a d'amusant et contradictoire d'accoler les termes "nouvelle" et "tradition") est née dans les années 1970, en Angleterre, sous l'impulsion d'un moine tibétain ultra-rigoriste, Kelang Gyatso, fort peu charismatique, mais entouré de spécialistes du marketing.

Par ailleurs, il est à tout le moins inexact de dire que le Dalaï Lama n'est pas un négociateur ou un démocrate : d'une part, il a donné une visibilité exceptionnelle au peuple et à la cause tibétaine depuis 50 ans, et a démontré un charisme hors norme et une science du bouddhisme exceptionnelle, outre son talent à l'enseigner.
D'autre part, il a volontairement remis l'ensemble de ses pouvoirs politiques à un premier ministre élu, démontrant là encore une capacité de remise en cause et de ce qu'il entendait la nécessité de respecter les principes de la démocratie.
augustin
- 31/05/2012 - 17:41
Nouvelle tradition Kadampa, pas si zen
Pour vous faire une idée de ce que peut représenter un mouvement sectaire se disant bouddhiste et de son prosélytisme forcené, vous pouvez vous amuser à taper "nouvelle tradition kadampa" dans google, en cliquant par exemple "résultats depuis une semaine".
Vous aurez des pages et des pages de réponses correspondant à des pages créées tout spécialement par le mouvement pour faire leur propagande, avec impossibilité de laisser le moindre commentaire.
Et pour info, dans nombre de villes françaises, vous trouverez leurs pubs format carte postale chez les boulangers, coiffeurs, librairies et autres commerces, pour annoncer leurs conférences.
Car pour acheter comme ils l'ont fait un château près de Nantes et un autre près du Mans, il faut faire rentrer l'argent (pour ne parler que des propriétés françaises...).
laurent379
- 31/05/2012 - 12:42
@isableue Ividelo
pfffff ... une seule vérité : Allah , le Coran, Mohamed pour vous guider, suffit d'étudier pour tout comprendre ... !! et personne ne pourra entraver cette voie .. personne ne pourra contredire la parole de Dieu à travers le Coran .. personne .. !! etudiez .. vous aurez ttes les preuves nécessaires à tte compréhension .. vos n'avez qu'une image manipulé de la religion .. manipulé par ceux qui vous contrôle .. inconsciemment bien sûr .. !! tournez-vous vers les sciences et le savoier .. faite le djihad et vous comprendrez .. !!