En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

03.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

04.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

05.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 13 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 18 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 19 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 19 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 20 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 20 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 4 jours 22 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 16 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 18 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 19 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 20 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 21 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 21 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 22 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 4 jours 22 heures
© ERIC PIERMONT / AFP
CAC 40 économie France
© ERIC PIERMONT / AFP
CAC 40 économie France
Atlantico Business

Sur le front de l’économie, il y a une France qui pleure, il y a aussi une France qui rit et se frotte les mains

Publié le 13 janvier 2021
De façon très étonnante, la crise épidémique a coupé le monde de l’économie en deux. Derrière les entreprises qui pleurent parce qu’elles sont abimées, il y en a beaucoup qui résistent, qui vont bien et qui vont permettre à l’ensemble de rebondir.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De façon très étonnante, la crise épidémique a coupé le monde de l’économie en deux. Derrière les entreprises qui pleurent parce qu’elles sont abimées, il y en a beaucoup qui résistent, qui vont bien et qui vont permettre à l’ensemble de rebondir.

Alors que les chiffres de la macro-économie mesurent l’ampleur du désastre de l’effondrement des PIB en 2020 (moins 9% en moyenne en Europe), il existe des perspectives de rebond depuis l’arrivée des vaccins qui annoncent une sortie du tunnel pour 2021.

L’année qui vient ne permettra pas de rattraper le retard et de combler les trous, d’autant que les endettements sont massifs et que selon l’OMS, l’immunité collective ne sera pas opérationnelle partout dans le monde cette année. Il faudra attendre la mi-2022.

Mais l‘année qui démarre va confirmer le redemarrage rapide de la Chine et des pays asiatiques, un rebond des États-Unis et une reprise plus lente en Europe, liée aux incartades portées par les stratégies étatiques un peu contradictoires

Dès qu’on descend au niveau de la micro-économie et notamment dans les entreprises, là où se fabrique le PIB, c’est à dire l’activité, la richesse et les emplois, la situation est beaucoup plus intéressante.

La France donne une bonne idée des ravages de la crise mais aussi des opportunités qu’elle offre.

Sur le front de l’économie, on observe très clairement une France qui pleure et dont on parle beaucoup parce qu‘elle est sous les feux des projecteurs de l’info et des groupes de pression, mais il y a aussi une France qui se frotte les mains.

La France des entrepreneurs délibérément optimistes se compose principalement des patrons de très grandes entreprises multinationales et de tout le secteur digital.

Eurogroup Consulting révèle aujourd’hui que 60 % des dirigeants de grandes entreprises, et notamment tous ceux du Cac 40, voient la sortie de crise vers la mi-2021. La principale raison étant que les grandes entreprises françaises sont assez peu dépendantes de la conjoncture en France. Ces grandes boites ont un actionnariat principalement dominé par des fonds étrangers, leurs clients sont à 80% en dehors de l’Hexagone, leurs centres de production sont aussi beaucoup à l’étranger. Or, ces dirigeants perçoivent déjà le réveil de l’activité en Amérique et en Asie, plus rapide qu’en Europe. D’où leur optimisme quant au chiffre d’affaires et aux investissements. Ces entreprises feront beaucoup mieux que l’an dernier. Seule inconnue, l’emploi notamment pour la part des emplois localisés en France.

Par ailleurs, tout le secteur digital, fabricants de systèmes, concepteurs de logiciels etc  connaissent depuis le premier confinement un boom de leurs activités avec une croissance à deux chiffres. La crise a accéléré la mutation, le télétravail , le e-commerce… Beaucoup d’entreprises n’étaient pas prêtes, le premier confinement leur a servi d’apprentissage. Les mutations sont durables et tout le secteur s’attend à une année 2021 encore exceptionnelle  en terme de chiffre d’affaires, d’augmentation de capital et de créations d’emplois, particulièrement les emplois spécialisés. Tous les cabinets de conseil spécialisés en stratégie et organisations qui accompagnent ou prescrivent la mutation digitale en ont également profité.

A noter que toutes les industries de la santé et de l’agroalimentaire n’ont pas connu la crise de 2020 et se préparent à une année 2021 plutôt florissante.

Aucun des dirigeants ne se plaint et tous reconnaissent que le gouvernement a été très réactif dès le départ pour leur permettre d’éviter les trous d’air au niveau des trésoreries, avec deux outils qui se sont révélés remarquables d’efficacité : les prêts garantis par l’Etat et le chômage partiel. La grande majorité de ces entreprises ont pris les parachutes mais n’ont pas été obligées de les ouvrir.

A côté de cette France qui voit la vie en rose, il y a évidemment une France qui crie et pleure parce qu’elle s’étouffe et sait qu‘elle aura du mal à rebondir. Cette France est celle du petit commerce, des cafés-restaurants, de l’hôtellerie, du tourisme, de l’évènementiel, de la culture et la France de tous les petits boulots. Près d’un million d’entrepreneurs aux abois, avec à la clef entre 2 et 3 millions d’emplois qui vont s’éteindre.

Dans cette France qui ne voit pas la reprise, il y a aussi des grandes entreprises dans le transport aérien, dans l’aéronautique, dans la construction automobile qui sont acculées à passer par des plans sociaux.

Globalement, ces entreprises-là vont être compliquées à redresser ou à faire repartir. Elles représentent pour Bercy un véritable boulet.

D’abord, elles sont malades aujourd’hui parce qu’elles étaient déjà mal en point avant la crise. Air France, Renault, Airbus, les chantiers navals... La question va se poser de savoir s’il faudra continuer à les béquiller ou au contraire à les aider à assumer une transformation radicale.

Ensuite, certaines entreprises, notamment les plus petites, servaient souvent de variable d’ajustement pour la conjoncture en offrant quantité de petits boulots de complément ou pour les étudiants. Beaucoup de ces entreprises vont être écrasées par les frais fixes impayés (loyers) mais aussi par des pratiques comptables un peu borderline qu’il faudra nécessairement abandonner. Sans parler du travail au noir qui a forcément disparu avec les confinements.

Enfin, tous les secteurs de services, hôtellerie, évènementiel… etc ont été arrêtés par les confinements successifs, mais beaucoup ne se relèveront pas sans changement stratégique radical. Comment le tourisme d’affaires et l’hôtellerie d’affaires vont-ils se reconvertir, compte tenu des changements d’habitudes et d’organisation dans les entreprises ? Idem dans l’évènementiel et le spectacle. Seule l’immunité collective à l’échelle du monde peut offrir les conditions sécures à la reprise des grands voyages d’affaires et des réouvertures des grandes salles de spectacle ou des stades.

Les plus grosses difficultés vont se situer au niveau de ces entreprises-là.

Actuellement, le risque est dissimulé par les moratoires sur le paiement des charges, des impôts et souvent des loyers. Il n'y a d’ailleurs pas de faillites ou de dépôts de bilan. Il n’y en aura pas tant que l’Etat et les organisations sociales ne prédiront pas le chemin des tribunaux de commerce. Les moratoires sont actuellement prolongés. Mais un jour viendra où il faudra forcément faire les comptes, évaluer ce qui reste comme actifs.

Ce jour-là hante le ministre de l’Economie qui, jusqu’alors, a tout fait pour éviter la catastrophe. Il a financé les soutiens, il a négocié la solidarité européenne sur les emprunts, ce qui lui a évité d’augmenter les impôts. Il a donc protégé les actifs de production qui se remettent en marche progressivement.

Mais quid des grands malades et des grands brulés quand il va falloir les remettre à marcher ? Avec quelle béquille et pour aller où ? On peut proposer une relance par l’investissement pour une transformation digitale ou écologique à toutes les entreprises qui respirent et savent ce qu’il faut faire mais que fait-on pour toutes celles qui sont sous respirateur artificiel ou assistées ? Le problème posé à Bruno Le Maire, et d’ailleurs à l’ensemble de l’exécutif, ne sera pas seulement financier. Il sera politique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 14/01/2021 - 17:08
C'est du Sylvestre dans toute sa splendeur
On va faire comme lui et comme sa giscardienne référence:1,2,3
1.Le télétravail est difficilement transposable à l'hôtellerie restauration mais pas plus à l'industrie ou à ce qu'il en reste, aux transports...
2Or ces secteurs sont pour l'essentiel les pourvoyeurs d'exportations : on ne s'en aperçoit pas ou peu car les excédents allemands créent un euro fort qui protège le pouvoir d'achat en abaissant le prix des importations
3Et Sylvestre oublie ainsi la majorité qui ne pleure ni ne rit: celle des emplois subventionnés mais pas uniquement, inutiles quand ils ne sont pas parasitaires et qui vont de l'instit incapable d'apprendre à lire aux gamins au salarié d'association en passant par l'employé de Decathlon et l'intermittent du spectacle: ça c'est le plus gros de l'emploi tertiaire et le cauchemar est différé le temps que dure le mensonge sur la réalité économique
pale rider
- 14/01/2021 - 08:13
le gouvernement va être contraint de les aider
car il les a contraint à fermer. Tout ce pan d'économie jusqu'alors libre va se retrouver de fait dans le giron étatique. La communisation en marche...
tubixray
- 13/01/2021 - 10:20
analyse clairvoyante
La France d'en bas va faire les frais du Covid que la Chine a laissé se propager sur la planète.
Toutefois, la communauté européenne a signé fin décembre un accord sur les investissements avec la Chine .....
Durant les quatre dernières années, D. Trump a imposé un bras de fer à la Chine pour diminuer leur influence sur les états unis.
Qui défend ses citoyens ?
Qui collabore avec l'ennemi coupable de crime contre l'humanité ?
CQFD.