En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

02.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

03.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

04.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

05.

Certificats de virginité : Marlène Schiappa accuse les "évangélistes" de propager cette détestable pratique

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 15 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 20 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 21 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 22 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 5 jours 15 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 17 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 20 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 23 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 5 jours 17 min
© DR / ClearSpace SA
ClearSpace-1 espace déchets débris
© DR / ClearSpace SA
ClearSpace-1 espace déchets débris
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

Publié le 04 décembre 2020
L’Agence spatiale européenne et la start-up suisse ClearSpace ont signé un contrat à 86 millions d’euros afin de lancer, en 2025, un premier chasseur de débris dans l’espace. Quelle sera la méthode utilisée ? Ces opérations de nettoyage pourraient-elles se généraliser à l'avenir ?
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Agence spatiale européenne et la start-up suisse ClearSpace ont signé un contrat à 86 millions d’euros afin de lancer, en 2025, un premier chasseur de débris dans l’espace. Quelle sera la méthode utilisée ? Ces opérations de nettoyage pourraient-elles se généraliser à l'avenir ?

Atlantico.fr : L’Agence spatiale européenne vient de conclure un contrat de 86 millions d’euros avec la start-up suisse ClearSpace pour mener le premier nettoyage orbital de l’Histoire en 2025. Comment l’entreprise va-t-elle récupérer les débris ?

Olivier Sanguy : ClearSpace est une start-up issue de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et réunit donc les compétences nécessaires à une telle mission qui sera une première. Tout d’abord, il s’agit de mettre au point un petit engin spatial appelé ClearSpace-1 doté de quatre bras articulés. Il sera placé sur orbite en 2025 et se dirigera vers un élément de type VESPA. Ce dernier est une structure porteuse de 112 kg employée par les petits lanceurs européens Vega. ClearSpace-1 rejoindra donc ce VESPA afin de le capturer avec ses bras robotiques. Il est à noter que ce sera un rendez-vous «non-coopératif», car la cible n’a pas été conçue pour une telle opération d’amarrage et n’est dotée d’aucun dispositif d’assistance. Rien que cet aspect est un défi technologique. Une fois VESPA saisi par ClearSpace-1, ce dernier utilisera sa propulsion pour descendre vers l’atmosphère où les deux se consumeront totalement. Ce devrait être la première surpression active de cette sorte d’un débris spatial.

Si la démarche fonctionne, pouvons-nous espérer que ce nettoyage soit généralisé ?

On peut l’espérer. Car cela fait des années que les agences spatiales sont conscientes que l’envoi de sondes et satellites génère des débris sur orbite. La communauté spatiale dans son ensemble, à savoir les agences, mais aussi les industriels et les sociétés de lancement, s’oblige d’ailleurs à suivre de bonnes pratiques. Les lanceurs et les satellites sont par exemple conçus pour être placés sur orbite et fonctionner en générant bien moins de débris qu’auparavant. On cherche aussi à gérer la fin de vie des satellites en les envoyant se consumer dans l’atmosphère terrestre ou en les plaçant sur une orbite cimetière où ils ne gêneront plus. Mais parfois, ce n’est pas possible, notamment lorsque le satellite tombe en panne et devient incontrôlable avant sa fin de vie programmée. Qu’un engin robotique soit capable de s’accrocher à un satellite inopérant pour ensuite l’écarter des orbites de travail présente une solution prometteuse. Pour qu’elle soit généralisée, il faudra toutefois vérifier qu’elle fonctionne, c’est le but de la mission ClearSpace-1, et trouver un modèle économique pour en financer le principe.

Qu’impliquerait une multiplication des déchets sur la durée de vie des satellites ?

Aux vitesses orbitales, un déchet, même de la taille d’une vis, constitue une menace capable d’endommager grandement un engin spatial (y compris un véhicule habité) voire de le détruire. On blinde en partie les satellites contre les plus petits débris (quelques millimètres), mais on ne peut pas aller trop loin sinon les engins deviennent trop massifs. Le problème des débris est qu’ils en entraînent d’autres. Par exemple, un satellite inopérant peut générer des débris avec l’explosion de ses batteries s’il est tombé en panne avant qu’on puisse accomplir à distance les opérations de fin de vie. Un débris peut entrer en collision avec un satellite et générer par le choc d’autres débris. C’est un cercle vicieux potentiel. Sans aller jusqu’à un scénario catastrophe d’une orbite tellement polluée qu’elle devient inaccessible, la multiplication des débris peut déjà réduire l’espérance de vie des satellites au point de faire monter en flèche leur coût opérationnel puisqu’il faudra les remplacer plus souvent. La solution est donc tout d’abord d’appliquer voire renforcer les bonnes pratiques actuelles (l’agence spatiale française CNES est à la pointe dans ce domaine au passage) et même plus tard mettre en œuvre une logique de retrait actif des débris les plus potentiellement dangereux avec des idées comme celle de ClearSpace-1.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires