En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP / POOL
Gérald Darmanin ministre de l'intérieur
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP / POOL
Gérald Darmanin ministre de l'intérieur
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

Publié le 02 décembre 2020
Le ministre de l’Intérieur a lui-même théorisé l’impératif de maîtrise du calendrier médiatique qui pèse sur les responsables politiques, la conquête du temps de cerveau disponible de la « volaille qui fait l’opinion » comme aurait chanté Alain Souchon, devenant l’objectif majeur de tous ceux qui se rêvent un grand avenir. Mais peut-on renoncer à la gestion du réel pour autant ?
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l’Intérieur a lui-même théorisé l’impératif de maîtrise du calendrier médiatique qui pèse sur les responsables politiques, la conquête du temps de cerveau disponible de la « volaille qui fait l’opinion » comme aurait chanté Alain Souchon, devenant l’objectif majeur de tous ceux qui se rêvent un grand avenir. Mais peut-on renoncer à la gestion du réel pour autant ?

Le politique « doit mener la danse politico-médiatique, sortir chaque mois, chaque semaine, chaque jour l’idée qui sera reprise, disséquée, médiatisée. L’idée pour laquelle on sera pour ou contre », préconisait l’ex-ministre des Comptes publics dans ses Chroniques de l’ancien monde (éditions de l’Observatoire).

Atlantico.fr : Dès son arrivée au poste de ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin a cherché à être omniprésent sur le terrain, et à occuper l’espace médiatique. La maîtrise de l’agenda médiatique a-t-elle remplacé le traitement des sujets sur le fond pour le gouvernement ?

Edouard Husson : Vous avez une tendance de fond: aujourd’hui et depuis une bonne vingtaine d’années, dans la plupart des cabinets ministériels, le conseiller communication occupe une place disproportionnée. Son bureau est souvent plus proche de celui du Ministre que le bureau du directeur de cabinet. C’est une dérive mais les ministres jugent normal de mener leur propre communication, éventuellement différente de celle du gouvernement. C’est bien Nicolas Sarkozy qui avait montré le mauvais exemple, lorsqu’il était Ministre de l’Intérieur et tâchait d’apparaître en haut de l’agenda médiatique chaque semaine. Le cas de l’ancien président est complexe dans la mesure où, comme président, il a beaucoup de réalisations à son actif. Cependant, il a échoué dans les deux domaines où il s’était le plus profilé médiatiquement: la sécurité intérieur et le contrôle de l’immigration. Gérald Darmanin se vit comme un héritier de Nicolas Sarkozy. Il lui manque tout de même le fond de convictions qui faisait que Sarkozy est un homme de droite et , comme tel, a mené une politique assez cohérente. Darmanin a accepté d’être ministre dans un gouvernement de la présidence Macron; c’est-à-dire dans un contexte où le narcissisme communicationnel remplace toute politique. Le « en même temps » macronien est en fait le rideau de fumée pour dissimuler une politique qui n’est plus menée que par la communication  à destination des 30% des Français les plus diplômés. Le macronisme est un gouvernement du vide, une communication permanente à partir d’une absence de programme, de vision et de principes. 

En plaçant avant tout son action sur le terrain médiatique, Gérald Darmanin a-t-il laissé l’administration livrée à elle-même pour agir ? Est-ce un phénomène symptomatique du quinquennat d’Emmanuel Macron et en particulier de la gestion de la crise sanitaire ?

Le rapport entre le gouvernement et l’administration est plus complexe. L’été dernier, il y a eu une prise d’otage dans une banque en Normandie. L’épisode s’est heureusement dénouée grâce au savoir-faire de la police. Le Ministre n’a fait qu’une chose: appeler régulièrement la présidence (parisienne) de la banque concernée pour faire savoir qu’il était là et affirmer qu’il était aux commandes. C’était ridicule et contreproductif: les responsables de la banque en apprenaient plus en interne ou bien en étant en contact avec la police sur le terrain.  En fait on s’aperçoit que les ministres, le président de la République vivent dans une bulle communicationnelle qu’ils ont créée et entretiennent. Elle est sans rapport avec le terrain et ils ne cherchent à aucun moment à reprendre la main sur la réalité. Emmanuel Macron a vécu toute la crise du COVID 19 en cultivant l’image du « chef de guerre ». Peu lui importe en fait le réel - une épidémie de dimensions limitées - tout ce qui lui importe, c’est d’être haut dans l'agenda des médias internationaux et de ne jamais perdre le contrôle de la communication. C’est ainsi que le président de la République a osé affirmer, en annonçant le reconfinement, qu’il fallait éviter 500 000 morts, chiffre absurde eu égard au taux de mortalité du COVID 19, qui est celui d’une grippe un peu sévère. Ensuite, selon les domaines, l’administration se met met à vivre de manière plus ou moins autonome. Effectivement, la bureaucratie française de la santé a été en roue libre depuis mars. Pour la police, c’est différent: d’une part, il y a des ordres précis qui descendent depuis la place Beauvau voire depuis l’Elysée - on l’a vu pendant la crise des Gilets Jaunes ; ensuite, la police est depuis des années prisonnière d’un agenda où il n’est pas possible de combattre l’immigration, la violence dans les banlieues et l’islam radical (sans que ces trois phénomènes se recouvrent exactement) avec détermination, moyens budgétaires et esprit de suite. 

Le récit de l’action politique est-il plus simple à mettre en œuvre que l’action elle-même ? Quelle place reste-t-il pour les résultats de cette action ? Qu’en attendent les Français ?

La fragilité d’un Macron ou d’un Darmanin viennent de ce qu’ils risquent d’être dépassés au jeu de la communication. Le président a été pris de court, à l’automne 2018, par un mouvement qui avait soudain une assise populaire - ce n’est pas son cas. Il l’a combattu en inventant un récit sur les méchants Gilets Jaunes, fauteurs de violence. En fait, ordre a été donné à la police, de provoquer la violence puis de la réprimer. Comme le mouvement ne pliait pas, on lui a mis l’extrême gauche dans les jambes. C’est encore l’extrême gauche que l’on a vu surgir lors de la marche des libertés, Il s’agit en fait de méthodes d’apprentis-sorciers. Car la casse opérée par le bloc noir est réelle, elle détériore l’image de la France à l’étranger. Elle est de moins en moins maîtrisable et le réflexe de refuge derrière le président du « parti de l’ordre » risque de s’émousser.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 03/12/2020 - 07:55
Autre formulation:
Darmanin, symptôme aigu de la maladie de la démocratie.
Lou Bïarnès
- 02/12/2020 - 11:39
Le troupeau
Les veaux avancent ou veut le gardien et son aiguillon, là ils se soumettent à la communication des enfumeurs. Petit peuple, petites gens.
J'accuse
- 02/12/2020 - 09:39
Pas de vaccin contre le peuple
Macron et sa majorité ont très peur de la fin de la peur du virus; ils déconfinent au compte-goutte et veulent en particulier garder les bistros fermés le plus longtemps possible: pas parce que ce sont des foyers de contamination, mais des foyers de contestation. C'est là que la France du diesel et des clopes, celle des Gilets jaunes, se réunit et s'excite.
Le virus est le moyen pour eux de contrôler la population, mais comment continuer à propager la peur en étant obligé de recourir à un vaccin dont ils sont obligés d'affirmer qu'il est efficace et sans danger ?
Les anticorps policiers risquent de ne pas suffire à les protéger.