En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

02.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

03.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

04.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

05.

Certificats de virginité : Marlène Schiappa accuse les "évangélistes" de propager cette détestable pratique

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 14 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 20 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 20 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 22 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 5 jours 2 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 17 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 20 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 23 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 5 jours 3 min
© JOEL SAGET / AFP
vaccin coronavirus covid-19
© JOEL SAGET / AFP
vaccin coronavirus covid-19
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

Publié le 02 décembre 2020
Une étude menée aux États-Unis souligne qu’ils expriment eux-mêmes des doutes, non pas sur le principe de la vaccination en soi, mais sur la sécurité offerte par ces nouveaux vaccins développés en un temps record. Ils sont pourtant les premiers relais auprès du reste de la population.
Jérôme Marty
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Dr Jérôme Marty est médecin généraliste et président de l'UFMLS.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude menée aux États-Unis souligne qu’ils expriment eux-mêmes des doutes, non pas sur le principe de la vaccination en soi, mais sur la sécurité offerte par ces nouveaux vaccins développés en un temps record. Ils sont pourtant les premiers relais auprès du reste de la population.

Atlantico.fr : Selon un récent sondage réalisé aux Etats-Unis, 37% du personnel de santé hésite ou ne prendra pas le vaccin contre le coronavirus, comment expliquer cette défiance médicale ? La retrouve-t-on en France ?

Jérôme Marty : La question c’est de savoir si c’est une défiance ou l’attente d’avoir des éléments plus détaillés sur la composition du vaccin, ses effets et les études qui ont été faites. Les médecins ont un rôle d’explication par rapport à leur patient. C’est eux qui vont transmettre les informations sur la base desquelles le patient va accepter ou non de se faire vacciner. La relation de soin se construit à deux entre le médecin et son patient pour amener à un consentement éclairé. Il est possible que les médecins n’aient que des données parcellaires, comme c’est le cas actuellement. Il y a des bulletins de communication des laboratoires, à visée de communication, presque boursière. Sur le plan scientifique nous n’avons pas tous les éléments. Il ne s’agit pas du tout de dire que ces vaccins sont dangereux. On sait, avec les études qui ont été faites, qu’ils ont eu des cohortes importantes : 40.000 pour Pfizer, 30.000 pour Moderna et qu’ils n’ont montré que très peu d’effets secondaires. Il y a eu quelques maux de tête, quelques fièvres. Ce qui est certain, c’est qu’on va découvrir des effets secondaires au fil du temps, comme toujours. C’est pour cela qu’il va y avoir une pharmacovigilance pendant quelques années, ils pourront être graves, mais dans d’infimes cas. Tout cela, il faut l’expliquer au patient et il faut avoir ce niveau de détail. Les médecins aux Etats-Unis, est-ce que ce sont des antivax, puisqu’il peut y en avoir chez les médecins comme ailleurs, où est-ce que ce sont seulement des gens qui se placent dans le doute par rapport à ce manque d’information ? A mon sens c’est cette deuxième option. On peut retrouver le même doute chez les soignants français, on l’a d’ailleurs exprimé.

Comment peut-on rassurer le personnel soignant à l’égard du vaccin ? Est-ce la même stratégie que pour le reste de la population ?

Nous sommes des scientifiques donc il faut nous donner les éléments. Ce n’est pas nous qui allons rentrer dans le cercle du complotisme, mais le scientifique a une mission explicative. Et pour cela il faut qu’il ait les éléments. Il faut qu’on ait toutes les données scientifiques et qu’on puisse les regarder, les étudier pour ensuite les transmettre, éventuellement plus vulgarisées, et encore pas nécessairement. Nous sommes extrêmement attentifs par rapport aux effets secondaires qui pourraient apparaître mais l’utilisation d’un médicament c’est toujours un problème de bénéfices/risques. Si vous avez un médicament qui vous donne des effets secondaires dramatiques mais à un pour 100.000 et une maladie létale pour 0.1% des cas, il est évident que la vaccination va avoir un avantage et que le vaccin est nécessaire. Mais il n’y a pas de médicament sans risque. Il faudra donc communiquer là-dessus. Plus tôt les informations complètes seront communiquées, mieux ce sera. Le président Emmanuel Macron a esquissé le calendrier vaccinal mardi. Les 890.000 personnes dans les maisons de retraite et leurs soignants, en tout cas à risques, seront vaccinés en premier. Ensuite ça devrait être avril - mai pour le reste de la population. Toute l'année 2021 va être impactée car on doit vacciner environ 35 millions de personnes à risques.  Même en s’y mettant tous et en ne faisant que ça, il faudrait des mois. Cela va s’étaler dans le temps et ça nous appelle à la prudence et à garder les gestes barrières.

Faut-il convaincre en priorité le personnel de santé de l'efficacité du vaccin si l’on veut convaincre la population, puisque les soignants sont le premier relai des autorités sanitaires concernant le vaccin et que la France fait partie des pays où la confiance envers le vaccin est le plus faible ?

Il est évident que l’on ne peut pas demander à un médecin d’aller communiquer à un patient sur un traitement qui n’est pas efficace. On demande qu’on se repose sur la médecine de ville pour mettre en place cette vaccination parce que les Français ont confiance dans leur médecin dans des taux qui sont chaque année les mêmes, aux alentours de 90 %, là où les hommes politiques sont plus proches des 10%. C’est dire la différence. Les gens n’ont pas confiance en « les médecins » mais en leur médecin, leur infirmière, leur pharmacien. C’est la relation de proximité qui joue. Donc s’il y a un échange à avoir c’est entre cette population médicale là et les patients. Donc il faut se reposer sur eux et pour cela il faut pouvoir leur donner toute l’information afin qu’ils puissent en parler en conscience parce qu’il est hors de question de cacher quelque chose au patient.

On est face à un évènement extraordinaire, une pandémie. La particularité c’est que toutes les zones sur la Terre connaissent à peu près la même problématique. Cette pandémie a impacté l’économie, le social, le sanitaire, et des moyens ont été mis pour en sortir. On a adapté les moyens de recherche à cette urgence en interphasant les phases 1, 2 et 3 qui président à la mise sur le marché d’un vaccin, là où elles se succèdent habituellement. On a commencé à fabriquer les produits finis avant la fin des études, quitte à les jeter si les études montraient qu’ils n’étaient pas efficaces. Cela afin de gagner du temps. Cela explique le temps très court pour la mise en place de ce vaccin, d’où l’importance de la pharmacovigilance afin de voir les effets que l’on n’aurait pas vu pendant les essais. La campagne de vaccination sera largement aidée si les médecins sont convaincus d’abord, c’est une certitude. Il faut aussi se méfier des apparences sur le rapport des Français aux vaccins. Cette année, on a dit qu’il fallait absolument se vacciner et on s’est retrouvé en rupture de stock tellement il y avait de demandes. Le mouvement antivax n’est pas aussi puissant que ça. Là, on est face à un nouveau virus et un nouveau vaccin, avec de nouvelles techniques comme l’ARN messager. Donc il y a un terreau favorable au complotisme. Cela peut susciter une inquiétude chez les gens, mais il faut leur expliquer ce qu’est l’ARN messager et qu’il n’y a pas de risque de modification génétique ou autre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 02/12/2020 - 23:38
Ajm
Nul ne peut prévoir ce que va devenir ce virus. Mais parmi les coronavirus bien connus il est bien possible que certains qui ne sont plus létaux que chez quelques personnes âgées notamment en collectivité ont pu entraîner dans le passé de larges épidémies. On peut raisonnablement penser que celui-là (et c’est déjà le cas avec une mortalité faible) va devenir moins virulent avec une immunité collective et peut-être des mutations favorables. Le profil de risque actuel ne me paraît pas justifier une vaccination massive de gens sains avec les thérapies géniques annoncées encore bien trop énigmatiques
ajm
- 02/12/2020 - 22:21
Nouveau virus saisonnier.
Le virus ne va pas disparaître, il partira en vacances à partir de mi-juin 2020 puis il reviendra, comme la grippe, à la saison froide. Sans vaccin ou traitement anti -viral vraiment efficace ce sera le confinement à vie ou le risque de l'attrapper sauf à espérer une immunité collective. Chacun est libre après tout.
cloette
- 02/12/2020 - 21:18
la question est
Le virus sera présent jusqu'à quand ? Car s'il disparait inutile de se faire vacciner.