En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© FRANK PERRY / AFP
© FRANK PERRY / AFP
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

Publié le 30 novembre 2020
Selon le think Tank Resolution Fondation, la crise sanitaire va coûter 1200 livres par an de salaire aux britanniques jusqu’en 2025. Les ménages français connaitront-ils une baisse similaire ?
Pascal de Lima
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima est un économiste de l'innovation, knowledge manager et Professeur à aivancity proche des milieux de cabinets de conseil en management. Essayiste et conférencier français  spécialiste de prospective économique, son travail, fondé sur une...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le think Tank Resolution Fondation, la crise sanitaire va coûter 1200 livres par an de salaire aux britanniques jusqu’en 2025. Les ménages français connaitront-ils une baisse similaire ?

Atlantico.fr : Le think Tank Resolution Fondation estime que la crise sanitaire va coûter 1200 livres par an de salaire aux britanniques jusqu’en 2025. Quels sont les éléments qui vont entraîner cette perte de salaire selon eux ?

Pascal de Lima : D’abord c’est au niveau de la dépense publique que le problème semble se poser, en particulier via la baisse des dépenses sociales qui ponctionne forcément le pouvoir d’achat des britanniques surtout ceux des classes populaires jusqu’aux classes moyennes. Viennent ensuite une diminution des salaires et une hausse du chômage. Il faut ajouter même si cela ne rentre pas bien évidemment dans les salaires, le jeu des banques, avec une réduction drastique des crédits à la consommation. Finalement les paramètres avancés en tout cas dans l’article semblent assez basiques.

Atlantico.fr : Doit-on craindre une évolution des mêmes indicateurs en France ? Est-il possible d’estimer ainsi la perte de salaire que cela va représenter pour les ménages français ?

Pascal de Lima : Avançons trois études : l’étude de GfK (Purchasing Power Europe 2020), celle des enquêtes Cofidis/CSA et celle de l’OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Economiques).

La première semble mettre l’accent sur le fait que le pouvoir d’achat des français baisserait de 4% en 2020 par rapport à 2019 et positionnerait la France au 15ème rang européen. D’une certaine façon, ce ne serait pas si catastrophique que cela puisque l’Europe perdrait 5,3%. La France ferait donc mieux, principalement à cause des mesures de chômage partiel.

Les enquêtes Cofidis/CSA précisent les choses. 4 français du 10 seraient affaiblis par la crise de la Covid et cela concernerait principalement les commerçants, les artisans, les chômeurs, les ouvriers, et les jeunes actifs. Les principales causes sans grande surprise sont le chômage partiel ou un arrêt d’activité et la hausse des dépenses alimentaires avec la fermeture des écoles (premier temps). Par ailleurs les découverts bancaires moyens s’élèveraient à 375 euros en fin de mois c’est-à-dire 34 euros de plus qu’il y a un an et ceux qui ont un crédit à la consommation ont demandé 6 fois plus de reports. D’une certaine façon, c'est la population qui ne peut pas télétravailler qui a payé le plus lourd tribu à la crise.

Enfin, l'OFCE précise que la perte de revenu pendant la période de confinement aura été de 410 euros en moyenne pour les salariés au chômage partiel. Les futurs plans sociaux et faillites d’entreprises pourraient aggraver la donne. Ce qui apparaît encore plus inquiétant, c’est que les associations caritatives voient un afflux de nouvelles personnes en situation économique critique, les étudiants qui vivaient de petits jobs, les petits commerçants et autoentrepreneurs, les saisonniers, les mères célibataires, bref une concentration des difficultés. Un autre indicateur qui peut révéler ces difficultés est l’épargne en livret A, celui-ci a considérablement augmenté.

Pour résumer, ce sont plutôt ceux qui ne peuvent pas télétravailler, et/ou en situation de précarité qui ont payé le plus lourd tribu à cette crise.


Atlantico.fr : Que devrait faire le gouvernement pour limiter au maximum cette baisse de pouvoir d’achat ?

Pascal de Lima :« Quoi qu’il en coute » : il faudrait donc continuer à soutenir l’économie comme il le fait depuis le début. Ce qui m’inquiète davantage, c’est que l’on ne parle pas du tout de la formation professionnelle. En clair, cette crise a accéléré la transformation des métiers et si à court terme on peut compter sur les différentes interventions publiques, à long terme il va bien falloir s’interroger sur les métiers de demain et la formation professionnelle et d’ailleurs, un revenu universel. C’est ce que j’explique dans mon livre « Capitalisme et Technologie : les liaisons dangereuses – Vers les métiers de demain, paru aux Editions Forbes.

Pour rester plus conventionnel, on pourrait cibler les personnes les plus exclues du marché du travail. Certes il y a les dispositifs de chômage partiel, le Smic et la prime d’activité, mais il y a tout ceux qui cumulent des petits boulots, déclarés ou non et qui se retrouvent aujourd’hui sans emploi. On pourrait élargir le RSA, ou un chèque…Mais on restera toujours coincé pris en étaux avec ces marges de manœuvre du gouvernement quasi inexistantes aujourd’hui. Puis augmenter le Smic fragiliserait les entreprises. Quoi qu’il en coûte, ce qui est sûr c’est que le choix a été de s’endetter pour aider principalement les entreprises…On reste dans la politique de l'offre en espérant un ruissellement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 01/12/2020 - 00:23
En France, nous n'avons pas de problèmes d'argent
Quand on en a plus, on fait la quête.