En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

03.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

04.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

05.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

06.

Certificats de virginité : Marlène Schiappa accuse les "évangélistes" de propager cette détestable pratique

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 8 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 12 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 13 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 14 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 14 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 15 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 15 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 16 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 16 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 4 jours 17 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 11 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 13 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 13 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 14 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 15 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 15 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 16 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 16 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 17 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 4 jours 17 heures
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

Publié le 30 novembre 2020
Nul n’y a prêté attention mais une petite révolution vient de se produire : la gauche radicale s’est brutalement convertie à la vidéo-surveillance.
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nul n’y a prêté attention mais une petite révolution vient de se produire : la gauche radicale s’est brutalement convertie à la vidéo-surveillance.

 Cette conclusion peut paraître surprenante mais c’est pourtant ce qui ressort de la contestation contre le fameux article 24 de la future loi sur la « Sécurité globale ». Cet article, on le sait, prévoit de sanctionner la diffusion malveillante d’images de policiers. Il fallait donc s’attendre à ce qu’il suscite une vive critique de la part de certains milieux de gauche, dont l’amour pour la police reste erratique. Pour ces gens, il est hors de question de restreindre la diffusion d’images des policiers. 

Le hasard a voulu qu’une semaine avant la « Marche des libertés », organisée ce samedi, se produise l’affaire Michel Zecler, du nom de ce producteur de rap interpellé brutalement par la police après avoir refusé de se soumettre à un contrôle. Les images de cette interpellation tombent à pic car elles sont beaucoup plus parlantes, en termes de violence, que le modeste croche-pied donné par un policier lors de l’évacuation des migrants sur la place de la République. L’affaire Zecler est d’un autre calibre. Ce n’est donc pas étonnant si elle a été brandie par les manifestants de samedi, notamment sur cette pancarte qui résumait le sentiment général : « les images ont sauvé Michel »

L’affaire Zecler est du pain béni pour les contestataires. Elle prouve que les opposants à l’article 24 ont raison : les images sont nécessaires. Sans les images, disent-ils, pas de sécurité possible car, c’est bien connu, la police tue. Les images protègent, elles sauvent des innocents. Conclusion : tout le monde devrait donc pouvoir filmer tout le monde, partout, et dans n’importe quelle condition. 

Le seul hic de cette belle histoire est que les images en question n’ont pas été captées par un observateur anonyme ou par un courageux citoyen : elles ont été prises par une vulgaire caméra de vidéo-surveillance, disposée dans le local du producteur. Personne ne s’est rendu compte de cette petite incohérence. Or, ce n’est pas sans incidence. Car jusque-là, faut-il le rappeler, la vidéosurveillance faisait l’objet d’une profonde détestation de la part de la gauche, pour qui elle n’est qu’un instrument sécuritaire destiné à contrôler les citoyens. 

La vidéosurveillance a donc été régulièrement vilipendée, même si cela n’a pas empêché certains maires de gauche de l’installer discrètement sur leur commune. On ne compte plus le nombre d’articles ou de rapports qui se sont escrimés à dire tout le mal qu’ils en pensaient. Les politiques n’ont pas été en reste, le dernier en date étant sans doute le maire de Grenoble, Éric Piolle (EELV), qui s’est enorgueilli de supprimer les caméras dès son élection, quitte à oublier que ce sont justement des caméras installées dans le tramway qui ont permis d’identifier les auteurs d’un crime commis quelques années auparavant dans la capitale du Dauphiné

Mais pour les opposants, ce genre de mérite n’a aucun intérêt. Une armée de sociologues est venue en faire la démonstration, affirmant d’une même voix que la vidéosurveillance est aussi coûteuse qu’inutile, comme le dit tel expert ou tel autre. L’inévitable Laurent Mucchielli a même écrit un livre sur le sujet en 2018 : Vous êtes filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance. Ce livre a été largement salué, par exemple par un blogueur hébergé par Le Monde qui enrage de constater que les décideurs refusent obstinément de prendre en considération les vérités établies par les grands sociologues. Tout à sa rage, il s’en prend au « techno-solutionnisme » et au « terrorisme feutré de la technologie » qu’il voit se répandre dans la société

Les seuls à ne pas avoir condamné la vidéosurveillance, ce sont finalement les délinquants. Ce sont eux qui lui ont accordé un certain crédit, sans doute parce qu’ils n’ont pas lu les écrits des sociologues. Ce manque de curiosité est regrettable parce qu’il leur aurait évité de gaspiller leur énergie à vouloir détruire les caméras, comme récemment lorsqu’ils n’ont pas hésité à utiliser des engins de chantier, que ce soit à Montbéliard ou à Nantes. On peut aussi rappeler que c’est parce que des policiers ont eu la mauvaise idée de vouloir protéger des caméras de surveillance que ceux-ci ont été brûlés vifs dans leur véhicule à Viry-Châtillon en octobre 2016. Eux aussi, manifestement, n’avaient pas lu les dernières avancées de la sociologie et ont été séduits par le mirage du techno-solutionnisme. 

Mais oublions tout ceci. Les temps changent. L’affaire Michel Zecler est passée par là et ouvre de nouvelles perspectives. La vidéosurveillance est en passe d’être réhabilitée puisqu’il est désormais établi, grâce à l’affaire Michel, qu’elle participe à la recherche de la vérité. On pourrait presque s’attendre, lorsqu’un crime crapuleux se produira, à voir nos manifestants de samedi retourner dans la rue pour réclamer davantage de caméras. Mais ne nous emballons pas. Si l’extrême-gauche a beaucoup de défauts, elle s’y connaît question rhétorique. Gageons donc qu’elle va très vite trouver un bon argument pour expliquer que, si le fait de filmer des policiers est un acte salutaire pour la démocratie, il n’en va pas de même lorsqu’il s’agit de filmer des délinquants en train de commettre un crime.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 01/12/2020 - 13:53
La gauche et la sélectivité des images,des photos...
La ''gauche'' et nos médias gauchissantes ont toujours ''sélectionné'' les images et les photos pour impressionner les Français afin de leur faire approuver leurs idées immigrationnistes.....Récemment, les photos d'un ''Noir'' couvert d'ecchymoses (dues à des policiers français) ont été vues de partout dans notre pays...mais, lundi soir, dans une cage d'immeuble de la cité de la Blancarde, dans le Nord de Marseille, la racaille a roué de coups un homme, celui-est décédé...c'est le silence-radio de nos médias!...Les photos des ''innocents'' décapités, égorgés par la ''racaille'' islamique ne paraît jamais dans notre télé et dans nos journaux...En 2015,la photo du jeune Alan Kurdi, mort sur une plage d'Europe, a été exploitée pour influencer l'opinion publique afin d'accueillir davantage de ''migrants''...mais les photos des chrétiens sacrifiés sur des croix par les islamistes.. elles, elles n'ont pas été montrées...Pendant ''la guerre d'Algérie'' les médias répétaient, sans cesse, que notre armée torturait les fellouzes avec la ''gégène'', mais ces mêmes médias se gardaient de montrer les cadavres de ''civils innocents'' massacrés par le F.L.N.: hommes émasculés, éventrés, etc..
Elric
- 30/11/2020 - 14:49
Dommage que la dernière phrase du texte
ne soit pas au niveau de l'esprit critique de cette actualité.
Un délinquant commet un délit, un criminel commet un crime. Voilà pour les définitions.
"des délinquants en train de commettre un crime" : soit on écrit des délinquants en train de commettre un délit, soit des criminels en train de commettre un crime.
Mais je trouve le texte très bon.
Ganesha
- 30/11/2020 - 10:32
La Vérité
Article sans grand intérêt, faisant du racolage de ''papys-Atlantico'' sur le thème ''la gauche, c'est pas bien''.
Mais, j'en profite pour revenir sur cette fameuse affaire du ''producteur de musique''.
La France vient de connaitre, pendant une semaine, un psychodrame hystérique : Macron recherche désespérément toutes les opportunités pour détourner la colère et l'attention de son peuple.
Pendant cette période, les médias nous ont menti effrontément : on nous a raconté cette fable stupide d'un homme ''noir'', seul, tabassé par quatre méchants policiers, sans le plus petit motif valable.
Ce dimanche à 17h, le procureur a enfin révélé la vérité : elle était cependant disponible depuis le début sur internet et j'avais publié un commentaire sur Atlantico.
En fait, les policiers se sont retrouvés dans un local très exigu, face à une dizaine de jeunes hommes qui ''refusaient d'obtempérer''.
Certes, les policiers ont perdu leur calme, mais il reste un point important : il est parfois nécessaire de frapper un homme à terre, par contre, il est la plupart du temps illégal de continuer une fois qu'il est menotté... il suffit alors d'éviter ses coups de pied !