En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© DANIEL ROLAND / AFP
© DANIEL ROLAND / AFP
Début de renaissance italienne

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

Publié le 30 novembre 2020
Le gouvernement italien a réclamé une ouverture du débat sur l’annulation des dettes souveraines stockées au bilan de la BCE. En l'espèce, 500 milliards d’euros de dettes italiennes qui ont été achetées sur les marchés et ne servent plus guère que d’épée de Damoclès au-dessus du pays.
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement italien a réclamé une ouverture du débat sur l’annulation des dettes souveraines stockées au bilan de la BCE. En l'espèce, 500 milliards d’euros de dettes italiennes qui ont été achetées sur les marchés et ne servent plus guère que d’épée de Damoclès au-dessus du pays.

Hourra. Les esprits commencent à évoluer. Le gouvernement italien est sorti un peu de son syndrome de Stockholm ces derniers jours en réclamant une ouverture du débat sur l’annulation des dettes souveraines stockées au bilan de la BCE : 500 milliards d’euros de dettes italiennes qui ont été achetées sur les marchés, qui ont aidé à liquéfier de nombreux acteurs financiers en manque de cash, mais qui ne servent plus guère que d’épée de Damoclès, comme des objets pour un chantage BCE à la moindre élection qui dérape un peu. C’est 1/ le moment : le Covid-Krach active les achats d’actifs de la BCE à un point où elle commence à ressembler à la Gosbank, et il n’est pas porteur d’un quelconque aléa moral (les Italiens ne vont pas s’inoculer le virus pour dépenser à cœur joie en misant sur le fait d’être couverts par Francfort), 2/ un très bon dossier, la remise des dettes au bilan de la BCE devant concerner prioritairement les dettes les plus anciennes, les plus absurdes, celles qui roulent sur elles-mêmes en détruisant des forces productives sans que les actifs soient coupables : précisément le cas des dettes publiques transalpines, séquelles de la période clientéliste d’avant 1994 ; le pays est le champions des excédents primaires (les soldes budgétaires avant le coût du service de la dette), contrairement à la France :

L’Italie a du mérite de transporter un tel boulet depuis aussi longtemps ; en fait il aurait été plus intelligent de remettre une bonne moitié de son fardeau dès le tout début de l’euro, par exemple limiter sa dette souveraine à 60% du PIB à la fin des années 90, pour commencer sur le même pied que les autres. Comme la BCE n’aurait jamais accepté de se lancer avec une valeur nette négative et de fonctionner durablement avec un bilan déséquilibré (bien que ce soit parfaitement possible), et comme les Italiens souhaitaient jouer aux bons élèves, on a eu le résultat que l’on sait : des centaines de milliards d’intérêts distribués, 0% de croissance pour la péninsule depuis 1997, un euro trop cher. Et maintenant avec les dettes Covid, sans collatéraux et sans espoir, il faut trouver une solution, car même un taux à 0,7% pour une obligation italienne 10 ans préempte largement les fruits de la croissance.

Cette solution ne peut pas venir du plan de relance européen (qui donne dans une poche ce qu’il a pris dans une autre), ou de dettes perpétuelles (qui seraient facturées au prix fort) ; mêmes les autorités très sages, très mainstream de Rome commencent à se dire que la remise des dettes est la seule voie de sortie par le haut ; elles n’ont pas à aller chercher trop loin : c’est une solution « Vaticane », pour qui souhaite mettre en œuvre le Compendium de la doctrine sociale de l’Eglise.

Bien entendu, il faudra confirmer l’essai, et le chemin sera long. Plusieurs fois des officiels italiens ont été à la limite de se fâcher à propos de l’absurdistan eurolandais, en particulier quand l’euro-contrat a été violé par Trichet il y a une décennie (les italiens avaient renoncé aux dévaluations en échange de taux d’intérêt allemands, ils se sont retrouvés pendant plusieurs années avec le couteau sous la gorge). Ce sont des eurocrates, ils se souviennent du moment où la BCE avait congédié Berlusconi en passant par les marchés, et puis les banques transalpines ne sont pas dans une forme olympique : la prudence vis-à-vis de Francfort est bien ancrée, mieux ancrée que les anticipations d’inflation en zone euro. Mais c’est fou ce que l’on peut quand on le veut parce qu’il le faut…

Pour nous français, il n’y a que du positif : nos finances privées ne sont pas affectées (ce sont des titres qui sont déjà dans le bilan de la BCE), cela ouvre un beau débat de politique monétaire, et au pire si cela crée de l’inflation par une baisse de l’euro c’est très exactement ce qu’il faudrait pour qu’enfin la BCE respecte sa cible d’inflation après 9 années de violations dans le même sens. Chaque année elle truque ses prévisions pour nous faire croire que l’on reviendra vers 2% dans un an, et chaque année c’est la même comédie : comment voulez-vous qu’à la longue les anticipations (qui sont largement adaptatives) restent ancrées ? Or c’est le fondement de l’indépendance de la BCE, son seul rempart contre des demandes comme la remise des dettes les plus illégitimes…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Labarthe
- 01/12/2020 - 00:10
Martingale...
L’annulation des dettes par la BCE, c’est comme la découverte d’une martingale....on entrerait dans un autre monde si cela n’avait pas de conséquences...une blague,,,,de toute façon nous sommes dans un maelström....la banque centrale est obligée de continuer à créer de la monnaie artificiellement qui part en grande partie vers la bourse déconnectée de la réalité et vers la spéculation la plus sauvage...elle est obligée de continuer à provoquer de la dette.....sinon tout le système s’écroule...
Ex abrupto
- 30/11/2020 - 13:25
A BERRTY
Alternative: augmentation de capital de la BCE.... Et ça ne coute rien à personne.
ajm
- 30/11/2020 - 10:08
Inflation, dividendes de la BCE
Cette dette publique ne sera pas remboursée de toute façon ou plus exactement elle le sera par d'autres dettes émises ou par l'inflation ( c'est l'inflation qui a remboursé les dettes publiques des deux guerres mondiales du XX siècle).
Dans l'intervalle, les intérêts versés à la BCE reviennent aux états membres sous la forme de dividendes distribués par la banque centrale. Evidemment, pour l'italie il y a un différentiel négatif car elle verse plus d'intérêts que les autres proportionnellement à son endettement dans les livres de la BCE.