En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© Apu GOMES / AFP
© Apu GOMES / AFP
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

Publié le 29 novembre 2020
Une étude publiée dans la revue Science s'intéresse aux raisons pour lesquelles le virus Zika n'a pas été aussi dévastateur en Afrique, où il est apparu, que sur le continent américain. L'une des clefs du mystère se trouve dans la génétique du moustique qui le transmet.
Louis Lambrechts
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Dr Louis Lambrechts est directeur de recherche au département de virologie de l'Institut Pasteur à Paris. Après avoir été diplômé de l'École normale supérieure de Paris, il a obtenu un doctorat en écologie en 2006 pour ses travaux sur les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude publiée dans la revue Science s'intéresse aux raisons pour lesquelles le virus Zika n'a pas été aussi dévastateur en Afrique, où il est apparu, que sur le continent américain. L'une des clefs du mystère se trouve dans la génétique du moustique qui le transmet.

Atlantico : Dans une étude que vous venez de publier dans la revue Science, vous expliquez les raisons pour lesquelles le virus Zika s’est plus rapidement répandu en Amérique qu’en Afrique, dont il est pourtant originaire, en pointant notamment la responsabilité du moustique qui porte ce virus. Quelles sont les conclusions de votre étude sur son rôle dans la propagation et en quoi explique-t-il les différences de contamination selon les continents ?

Louis Lambrechts : Le virus Zika s’est répandu à travers la planète au cours de la dernière décennie, causant des millions d’infections dont certaines sont associées à des malformations congénitales et des troubles neurologiques. Les facteurs qui ont permis l’émergence spectaculaire de ce virus précédemment quasi inconnu dans la population humaine n’ont pas été clairement élucidés. A l’inverse, l’absence d’épidémie majeure dans des régions où le virus est présent, comme l’Afrique, restait inexpliquée. Nous avons découvert que l’une des clés du mystère réside dans la génétique du moustique Aedes aegypti, le vecteur principal du virus Zika. Ce moustique originaire d’Afrique a donné naissance, il y a entre 5 000 et 10 000 ans, à une sous-espèce invasive inféodée à l’homme, qui s’est répandue sur les autres continents au cours des derniers siècles. Jusqu’à ce jour, on pensait que la sous-espèce invasive d’Ae. aegypti était devenue un redoutable vecteur de virus (comme par exemple ceux de la fièvre jaune et de la dengue) surtout à cause de sa préférence marquée pour le sang humain. En comparant expérimentalement des populations sauvages d’Ae. aegypti provenant de diverses régions du globe, nous nous sommes aperçus que la sous-espèce invasive était par ailleurs nettement plus permissive au virus Zika que la sous-espèce native en Afrique. Ainsi, l’efficacité de la sous-espèce invasive du moustique Ae. aegypti à transmettre le virus Zika n’est pas seulement due à la fréquence de ses contacts avec l’homme lors des repas sanguins, mais également à sa sensibilité accrue à l’infection par le virus Zika. Cette découverte apporte en outre une explication à l’absence d’épidémie majeure du virus Zika en Afrique, où la sous-espèce native d’Ae. aegypti est moins apte à transporter le virus.

Peut-t-on établir une corrélation entre le goût du moustique américain pour le sang humain et sa plus grande réceptivité au virus, ou ces deux phénomènes ne sont-ils dus qu’au hasard et à un “manque de chance” qui favorise la propagation ?

Nous avons observé chez les moustiques une association entre la préférence pour le sang humain et la plus grande réceptivité au virus Zika, mais cela ne signifie pas nécessairement que les deux caractères sont directement liés. Il est probable que cette association soit due au hasard ou à l’effet de la liaison génétique (si les gènes de préférence pour l’homme sont physiquement proches des gènes de sensibilité au virus) qui aurait fortuitement conservé cette combinaison de caractères lors du processus adaptatif de « domestication » de la sous-espèce invasive. Pas de chance !

Est-ce que votre étude sur le virus Zika peut aider à limiter la propagation de l’épidémie ou à mieux comprendre la propagation de d’autres épidémies, notamment celles véhiculées par les animaux ?

Notre étude renforce l’idée que de nombreux facteurs se combinent pour permettre l’émergence de de pathogènes issus du monde animal. Dans le cas de Zika, ce n’est donc pas seulement la mondialisation, l’urbanisation et l’échec des méthodes de lutte contre les moustiques qui ont joué en notre défaveur, mais l’évolution récente d’un moustique qui est devenu une véritable machine à transmettre le virus. Une meilleure connaissance de la structure génétique des populations de moustiques permettra d’évaluer plus précisément le risque d’épidémie à Zika. Par exemple, les régions d’Afrique où existe un mélange des deux sous-espèces d’Ae. aegypti sont vraisemblablement plus à risque que les régions où seule la sous-espèce native est présente.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
épidémie, Zika, moustiques, dengue
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires