En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

02.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

03.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

04.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

05.

Certificats de virginité : Marlène Schiappa accuse les "évangélistes" de propager cette détestable pratique

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 14 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 20 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 20 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 22 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 5 jours 4 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 17 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 20 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 23 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 5 jours 6 min
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

Publié le 28 novembre 2020
Si depuis la publication du Green Deal l’Union européenne (UE) semble résolue à tirer toutes les potentialités des différents types d’énergie bas-carbone, l’énergie nucléaire constitue une exception notable.
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, auteur de La Réforme ou l’insignifiance : 10 ans pour sauver l’Union européenne (Ed.Ecole de Guerre – 2018)  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si depuis la publication du Green Deal l’Union européenne (UE) semble résolue à tirer toutes les potentialités des différents types d’énergie bas-carbone, l’énergie nucléaire constitue une exception notable.

L’Europe, dans le domaine nucléaire sait-elle ce qu’elle veut ? La question mérite d’être posée tant elle semble hésiter. Si depuis la publication du Green Deal l’Union européenne (UE) semble résolue à tirer toutes les potentialités des différents types d’énergie bas-carbone, l’énergie nucléaire constitue une exception notable. Il est vrai qu’en dépit des avancées du Traité de Lisbonne (2008) qui a élevé l’énergie au rang de compétence partagée entre l’UE et les États membres, ce sont bien ces derniers qui restent les maîtres de leur mix énergétique, avec des choix qui divergent : si l’Allemagne a spectaculairement décidé de sortir du nucléaire en 2012, plusieurs pays de l’Est et du Nord européens ont eux décidé de reprendre des projets de construction de centrales abandonnés (Bulgarie avec le projet Belene ; Hongrie avec le projet PAKS II, Finlande avec Olkiluoto). La France, elle, en dépit où à cause de la part majoritaire de l’énergie nucléaire dans son bouquet énergétique, semble parfois hésitante.

Disons-le clairement : si l’UE – avec les États-Unis et le Japon - semble incertaine dans son approche de l’énergie nucléaire, elle fait plutôt figure d’exception. Car la réalité est qu’après le déploiement puissant du nucléaire civil dans les années 1950-1960, après à une longue période de défiance jusqu’au milieu des années 2000, on assiste depuis une quinzaine d’années à une remontée significative de la demande d’énergie nucléaire sur la planète. Rappelons à cet égard que la Chine a 11 réacteurs en construction, et l’Inde 7. Ce sont par ailleurs environ 30 pays, de tous les continents, qui envisageraient de construire des centrales nucléaires dans les années à venir.

Dans un tel contexte, l’UE doit clarifier son approche de l’énergie d’origine nucléaire, afin d’éviter au moins deux incohérences.

Première incohérence : passer à côté d’une technologie de pointe, et laisser s’instaurer un duopole russo-chinois en matière nucléaire. L’UE, qui semble enfin vouloir sortir d’une forme de naïveté en matière de commerce international – au moins au plan des principes - ne doit pas se tromper : afin de satisfaire la très grande demande de nucléaire des pays émergents, issue de l’industrie et d’une urbanisation croissante, ce sont en l’état les technologies russes et chinoises qui sont en train de s’imposer. Ainsi la Russie s’est-elle engagée dans une politique hardie visant à occuper rapidement et fermement le terrain auprès des primo-accédant, le groupe Rosatom représentant à lui seul près des 2/3 des projets de centrales vendus dans le monde. Pour cela, en plus de l’uranium qu’elle est capable de fournir, la Russie propose à ces pays un large éventail de services, comprenant en tant que de besoin la conception, la construction, l’exploitation et le démantèlement des centrales (« BOO » pour Build, Own, Operate). L’UE souhaite-t-elle vraiment qu’une part stratégique de la production énergétique mondiale soit aux mains des seules Russie et Chine, alors qu’elle sanctionne la première et qualifie désormais la seconde de « rival systémique » ? Ses États membres veulent-ils se mettre en dépendance par rapport à ces technologies quand il s’agira de construire de nouvelles centrales ?

Deuxième incohérence : mettre sous le boisseau une source d’énergie bas carbone sans le recours à laquelle les objectifs ambitieux de l’UE en matière environnementale ne pourront pas être atteints. Ni dans le Green Deal de décembre 2019 ni dans la stratégie hydrogène de juillet 2020 (alors même que l’hydrogène jaune peut être obtenue par dissociation thermique de la molécule d’eau à partir d’énergie nucléaire), l’UE n’a souhaité conférer à l’énergie nucléaire la place qui doit lui revenir. Ceci est d’autant plus paradoxal que le nucléaire est la première source d’énergie bas-carbone pour la production d’électricité dans l’UE (18%), et que tant l’AIE (Agence internationale à l’énergie) que le GIEC, ce dernier étant peu suspect de sympathie a priori pour l’atome, conviennent depuis 2018 que les objectifs ambitieux de l’Accord de Paris ne pourront pas être atteints sans une augmentation de la part du nucléaire dans le mix énergétique mondial.

C’est dire, en définitive, que l’UE doit cesser de louvoyer avec l’énergie nucléaire. Elle doit remiser son rejet largement idéologique, et lui conférer la place qui est la sienne, ni exagérée, ni diminuée, dans la difficile équation énergétique qu’elle affronte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AM 78
- 28/11/2020 - 11:13
Démantèlement EDF
La Commission européenne et l’État français discutent aussi du démantèlement d’EDF. C'est le projet Hercule. Ils sont en train de remettre en cause notre souveraineté énergétique et détruire
une des rares filières industrielles où nous étions à la pointe.
Une pétition sur la plateforme de l’assemblée nationale détaille le projet :
https://petitions.assemblee-nationale.fr/initiatives/222
JG
- 28/11/2020 - 10:52
Quand on est pro-nucléaire, on est un méchant
c'est ce que vous diront tous les écolos sur les réseaux sociaux qu'ils utilisent en France grâce à l'électricité....nucléaire !
Alors les écolos, vous qui voulez abandonner le nucléaire pour le solaire et l'éolien, vous êtes prêts à pédaler 70% de votre temps (% de l'énergie électrique produite par le nucléaire en France)?
Non ? Ouah, c'est mesquin de votre part....