En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

03.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

04.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

05.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 14 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 18 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 19 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 20 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 20 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 21 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 4 jours 23 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 17 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 20 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 20 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 21 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 23 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 4 jours 23 heures
© BERTRAND GUAY / AFP
Notre-Dame de Paris cathédrale chantier reconstruction
© BERTRAND GUAY / AFP
Notre-Dame de Paris cathédrale chantier reconstruction
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

Publié le 25 novembre 2020
Le chantier de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris est au coeur de nombreux débats et fait couler beaucoup d'encre. Trois points se seraient distingués du comité de réflexion : la modification des vitraux, le remplacement de mobilier liturgique et non-liturgique ainsi que la mise en place d’un nouveau parcours de médiation et de prière.
Alexandra Monet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandra Monet est analyste au Millénaire.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chantier de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris est au coeur de nombreux débats et fait couler beaucoup d'encre. Trois points se seraient distingués du comité de réflexion : la modification des vitraux, le remplacement de mobilier liturgique et non-liturgique ainsi que la mise en place d’un nouveau parcours de médiation et de prière.

La restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris n’a pas fini de déchaîner les passions entre les fervents défenseurs d’une restauration exactement à l’identique et ceux qui accepteraient volontiers une touche de modernité. Alors que le sujet de la flèche s’est bien orienté vers une reconstruction à l’identique, le nouveau débat porte aujourd’hui sur les vitraux et le mobilier intérieur de la cathédrale. Mais le débat sur cette touche de modernité ne doit pas nous faire perdre de vue un autre enjeu majeur de cette restauration : faire de Notre-Dame le fer de lance de l’artisanat français. Alors que 55% des professionnels des métiers d’art estiment que la reprise de leur activité nécessitera une promotion plus importante de ces métiers, Notre-Dame peut être une aubaine pour ces derniers.

L’Église étant l’affectataire de Notre-Dame de Paris, elle est responsable de son fonctionnement intérieur. Monseigneur Aupetit, archevêque de Paris, aurait donc former un comité de réflexion afin de penser les futurs aménagements de la cathédrale. Membres du clergé et du monde de l’art aurait imaginé ensemble un intérieur plus moderne, plus « contemporain ». Faut-il rappeler qu’en art, ce que tout le monde appelle « contemporain » cache beaucoup de mouvements et d’expressions artistiques. Le contemporain n’est pas forcément injonctif, contestataire ou « bling-bling ». Tout dépend du cahier des charges donné aux artistes lors de la commande.

A partir des éléments divulgués dans la presse, trois points se seraient distingués du comité de réflexion : la modification des vitraux, le remplacement de mobilier liturgique et non-liturgique, la mise en place d’un nouveau parcours de médiation et de prière.

La modification des vitraux

Les vitraux de la cathédrale sont de véritables chefs d’œuvres. La rosace nord a gardé presque intacts ses vitraux du XIIIe siècle. Les deux rosaces des transepts datent, comme les vitraux des chapelles, des travaux effectués par Viollet-le-Duc au XIXe siècle.

Les verrières hautes, signées Jacques le Chevallier, maître verrier, décorateur, illustrateur et graveur français du XXe siècle, ont quant à elles été installées en 1966. Le travail de ce maître-verrier, qui a notamment réalisé des vitraux pour l’église Notre-Dame de La Roche-Posay et la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse, a été commandé par les Monuments historiques après-guerre. Souhaitant un projet novateur, Le Chevallier a réalisé des verrières non figuratives, en rupture avec le style gothique des autres vitraux.

Les vitraux de la cathédrale correspondent donc à différentes époques, racontant les phases de restauration et de modification apportées par les siècles. Alors pourquoi ne pas apporter nous aussi notre marque en remplaçant les vitraux non-figuratifs par de nouvelles créations ? Si ces créations respectent l’histoire, la fonction et la spiritualité de la cathédrale, elles trouveront parfaitement leur place, d’autant que la France possède sur son sol les compétences pour réaliser ces travaux. Par exemple, les ateliers Loire Chartres ont notamment réalisé des vitraux contemporains à l'église Notre-Dame de Sablé-sur-Sarthe.

Le remplacement du mobilier

Dans une interview donnée au Parisien, le père Gilles Drouin, explique que le changement de mobilier correspondrait aux chaises et aux bancs qui ont été détruits par l’incendie. Ceux qui avaient l’habitude d’entrer et de s’asseoir dans la cathédrale se souviendront le triste état de ces assises, ni confortables pour admirer la splendeur de Notre-Dame, ni pratiques pour la logistique des événements (comme les concerts organisés toutes les semaines), ni adaptées à la prière des croyants. Des discussions étaient déjà engagées avant l’incendie pour changer ce mobilier. La création de chaises et/ou de bancs dans un nouveau design irait de pair avec l’augmentation croissante des visiteurs et des fidèles accueillis chaque année par l’édifice.

L’orgue de chœur qui a été entièrement détruit par les quantités d’eau déversées au moment de l’incendie devrait également être changé, dans un esprit plus moderne. Ce projet était également déjà en discussion avant l’incendie. Les travaux de restauration de Notre-Dame ne font qu’accélérer des projets existants.

Cependant, il est important de conserver les éléments fondateurs et identifiés de la cathédrale, comme les stalles qui sont les vestiges de l’ancien chœur.

La mise en place d’un nouveau parcours

Chaque année, 14 millions de visiteurs sont accueillis à Notre-Dame de Paris. Touristes et fidèles se retrouvent en son sein pour admirer sa beauté architecturale ou prier. La disposition et l’organisation qui étaient celles de la cathédrale avant l’incendie ne correspondent plus à cette affluence. Encore une fois, de nombreux projets étaient déjà à l’étude avant le drame d’avril dernier. Une réflexion doit se faire autour des nouvelles missions de l’édifice : lieu de prière et de recueillement, monument touristique, vitrine des métiers du patrimoine et des métiers d’art français, témoin de l’Histoire à travers les siècles. Un chemin lumineux à travers les bas-côtés et le déambulatoire dénaturerait complètement la fonction spirituelle première de Notre-Dame, alors il faut imaginer une médiation plus douce tout en étant compréhensible par tous. Le nouveau parcours devra répondre au nombre toujours plus important de visite, tout en préservant davantage les espaces dédiés aux croyants.

Pourquoi les Français et les étrangers aiment-ils autant Notre-Dame de Paris ? Parce qu’elle représente notre Histoire, notre culture, nos savoir-faire. Après l’incendie de la cathédrale, tous les professionnels souhaitaient faire de sa restauration une vitrine de nos métiers du patrimoine et de nos métiers d’art. Cette vitrine n’est pas qu’extérieure, elle concerne également l’intérieur de l’édifice. De nouveaux projets permettraient de mettre en avant de nouveaux artisans et de venir en aide à un secteur particulièrement sinistré par la crise du Covid-19.  Pour être à la hauteur des artisans des siècles passés, notre époque doit également laisser sa petite marque dans la rénovation de Notre-Dame. Cette entreprise sera un succès, à l’unique condition que cette touche de modernité respecte l’Histoire et l’âme de Notre-Dame de Paris.

Alexandra Monet, Analyste au Millénaire

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 25/11/2020 - 16:39
L'occasion rêvée de taquiner le moderne
Les lieux de culte ne sont plus rentables mais l'acoustique est impressionnante et, donc, je verrais bien une sorte de nouveau Caveau de la Huchette avec, de temps à autre, des concerts de negro-spirituals pour rappeler l'ancienne destination.