En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

02.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

03.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

04.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

05.

Certificats de virginité : Marlène Schiappa accuse les "évangélistes" de propager cette détestable pratique

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 15 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 20 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 21 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 22 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 5 jours 22 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 18 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 20 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 5 jours 2 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 5 jours 23 min
© ludovic MARIN / AFP / POOL
Emmanuel Macron Olivier Véran
© ludovic MARIN / AFP / POOL
Emmanuel Macron Olivier Véran
Lutte contre la pandémie

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

Publié le 23 novembre 2020
La crise du Covid-19 et la gestion de la pandémie par le gouvernement ont soulevé de nombreuses questions sur les atteintes aux libertés. La réaction relativement passive de la société civile française interroge également. Le philosophe Pierre Manent revient sur ces sujets dans le cadre de cet entretien.
Pierre Manent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Normalien, agrégé de Philosophie (Hypokhâgne au Lycée Pierre-de-Fermat à Toulouse, enseignement de Louis Jugnet), il est depuis 1992 directeur d'études à l'EHESS et aujourd'hui au Centre de recherches politiques Raymond Aron et professeur...
Voir la bio
Ulysse Manhes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ulysse Manhes est journaliste.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise du Covid-19 et la gestion de la pandémie par le gouvernement ont soulevé de nombreuses questions sur les atteintes aux libertés. La réaction relativement passive de la société civile française interroge également. Le philosophe Pierre Manent revient sur ces sujets dans le cadre de cet entretien.

Ulysse Manhes : Cher Pierre Manent, les « atteintes aux libertés » motivées par une crise sanitaire et menées par un régime qui navigue à vue sont-elles identiques à des atteintes aux libertés des régimes totalitaires ?

Pierre Manent : Non. Ni identiques ni comparables. Un régime totalitaire repose sur un parti unique et une idéologie imposée par la terreur. Où est le parti unique, où est la terreur en France ? Ce qui est vrai en revanche, c’est que, sans terreur mais non sans intolérance, une idéologie d’État s’est imposée à tous, gouvernants et gouvernés, avec la discipline de parole qui en est inséparable. Selon cette idéologie, il n’y a de règles légitimes que celles qui s’adressent à l’homme en général ; les juridictions qui administrent ces règles n’acceptent pas de responsabilité devant la communauté des citoyens puisqu’elles prétendent ne rendre de compte qu’à « l’humanité sans frontières ». La démocratie, comme gouvernement de soi de la nation – notre chose commune – non seulement a été délégitimée, mais pour ainsi dire criminalisée. Notre vie civique est donc exsangue. Ce qui frappe dans la crise sanitaire, c’est l’incapacité du gouvernement à faire autre chose qu’imposer une immobilisation générale avec l’aide des préfets et des gendarmes. Assurément les difficultés sont sérieuses, mais, à part bien sûr les efforts des hôpitaux, pouvons-nous citer une seule mesure qui signale un minimum d’initiative ou d’audace de la part du gouvernement ou du corps social ? De quelle « action commune » nous souviendrons-nous ?  En tout cas, nous souffrirons longtemps de cette passivité imposée.

Que pensez-vous de la réaction relativement passive de la société civile française face aux restrictions de liberté dans un but sanitaire dont l’efficacité ne semble pas totalement établie à ce jour ?

Je vois deux explications.

D’une part, les droits strictement individuels étant seuls légitimes aujourd’hui, tous les motifs des actions sociales, des actions communes, sont suspects d’illégitimité. Voyez comment les attestations de déplacements dérogatoires refusent encore d’inclure la visite d’un lieu de culte parmi les motifs légitimes !  Au nom d’une interprétation de plus en plus extensive de la laïcité, notre société a tellement exclu la religion des motifs légitimes d’action collective qu’elle ne sait plus que la refouler aux marges ou dans une sorte de clandestinité à peine tolérée. Au bout du compte, le seul motif légitime, parce que le seul incontestable, des actions humaines, c’est la peur de mourir. Il n’y a pas de limite à la tyrannie qui peut se légitimer par la protection de la vie de chacun.

D’autre part, à partir de la fin des années 60, s’est imposée une sorte d’inversion du projet collectif. Au lieu de puiser nos motifs en nous-mêmes, dans ce que nous sommes et voulons être et faire, nous avons voulu chercher nos motifs dans le « monde ». Nous avons commencé un processus d’évidement intérieur, mesurant désormais notre vertu à notre capacité à accueillir les mouvements du monde, c’est-à-dire fondamentalement à nous laisser faire. Sous le beau nom d’ouverture à l’Autre, nous nous sommes retiré tout droit d’agir pour nous et par nous.

Selon vous, les états libéraux qui financent la crise par la dette vont-ils se retrouver plus fragilisés que les régimes plus totalitaires (par exemple la Chine) qui soutiennent l’économie par l’État ?

Soutenir l’économie par l’État, il me semble que c’est ce que fait le gouvernement français, comme d’ailleurs la plupart des autres gouvernements. Bien ou mal, je ne sais. J’ai le sentiment que si la situation n’est pas plus mauvaise, nous le devons pour une bonne part à l’action intelligente du Ministre de l’économie.  Sur la question de la dette, je ferai une remarque politique générale. Depuis que ma glorieuse génération est montée sur la scène du monde, nous nous sommes installés pour de grandes, d’éternelles vacances. Nous avons décidé que les instruments économiques, politiques et militaires de l’indépendance nationale étaient inutiles, à la fois ridicules et immoraux. Au lieu d’assurer notre être collectif face à la pression du monde, nous avons décidé de nous ouvrir sans réserve à cette pression, de « laisser passer » les flux de biens, de capitaux et de personnes. Nous avons compensé la diminution de nos capacités agricoles et industrielles par le financement étatique d’une partie croissante de la vie collective, par l’endettement donc. La France ressemble à une « vieille famille » qui multiplie les expédients pour continuer de faire bonne figure.

Raymond Aron confessait dans ses entretiens : « J’ai cessé d’être socialiste quand j’ai commencé à étudier l’économie politique » (Le spectateur engagé). L’éducation aux mécanismes économiques l’a délivré des naïvetés utopiques. D’une manière générale, le complotisme montant n’est-il pas lié à un défaut de formation des citoyens et de certains intellectuels aux fonctionnements complexes des sociétés modernes ?

On peut manquer à la fois de compétences économiques et de compétences politiques. Voyez l’euro. Les gouvernants français ont plaidé obstinément pour une monnaie commune afin de surmonter l’infériorité structurelle de la France par rapport à l’Allemagne, avec pour seul résultat que la supériorité économique de l’Allemagne fut consolidée en une hégémonie pour ainsi dire officielle, d’autant plus aisément que la valeur de l’euro fut fixée à un niveau aussi avantageux pour l’Allemagne qu’il est dommageable pour nous. L’idée qu’un marché unique et une monnaie commune allaient nous conduire à l’union politique fut la faute originelle de la classe politique. En tout cas, nous sommes désormais étroitement liés, et subordonnés, à un pays avec lequel nous sommes en désaccord sur la plupart des questions politiques. C’est une situation intenable que nous essayons vainement de masquer en entretenant la fable du « couple franco-allemand moteur de l’Europe ». 

Au regard de la défiance accrue à l’égard des élites et des dirigeants, une solution alternative à la démocratie représentative est-elle possible ? Une solution, quelle qu’elle soit, serait-elle supérieure ?

Le régime représentatif est le chef-d’œuvre de la politique moderne. Quand il eut trouvé ses institutions, il produisit l’ordre et le progrès. Nous ne savons plus très bien où est l’ordre ni ce qu’est le progrès, mais je ne vois pas d’autre perspective raisonnable que d’essayer de ranimer la république représentative. Nous ne pourrons le faire que si nous réhabilitons le cadre national. Si nous n’y réussissons pas, alors viendront d’autres propositions qui nous feront nous mordre les doigts d’avoir abandonné la démocratie représentative.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sangha26
- 24/11/2020 - 15:52
e à imposé..
Oui, Ppu. Selon notre bonne vieille règle de grammaire, que nous apprenions par coeur autrefois, de l'accord du participe passé avec le verbe avoir ! Hélas, ce n'est pas la première fois que cela se produit, et en particulier, peut-être l'avez-vous remarqué, dans les sous-titres des annonces et commentaires d'une chaîne d'information à la TV. C'est ahurissant ! Inimaginable que l'on laisse passer cela d'une façon aussi courante ! Chaque fois je suis choquée !
Ppu
- 24/11/2020 - 06:49
J’aurais mis un e à imposé.
Encore une coquille dans un titre... qui ne sera jamais corrigée.
spiritucorsu
- 23/11/2020 - 19:48
Pouvoir confisqué!
Le simulacre démocratique dont a fait l'objet la dernière élection présidentielle qui a amené sur le trône èlyséen un quasi inconnu dont l'état mental pose un certain nombre de questions montre à quel point le pouvoir en France est confisqué,au point que la citation de l'amuseur public Coluche prend aujourd'hui tout sa saveur et tout son sens:si les élections devaient changer quelque chose,il a longtemps qu'elles auraient été interdites!