En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

06.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

06.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 7 heures 24 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 12 heures 2 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 12 heures 51 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 13 heures 28 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 14 heures 6 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 14 heures 43 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 15 heures 12 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 16 heures 39 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 10 heures 23 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 12 heures 16 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 13 heures 13 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 13 heures 45 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 14 heures 20 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 16 heures 10 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 16 heures 19 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 16 heures 41 min
© ERIC PIERMONT / AFP
Amazon entreprise black friday France
© ERIC PIERMONT / AFP
Amazon entreprise black friday France
Black Friday

Le dilemme Amazon : génie du capitalisme, arme de destruction sociale massive ou... révélateur des failles d’un État dépassé ?

Publié le 19 novembre 2020
Bruno Le Maire a demandé ce mercredi aux commerçants de décaler la grande opération du Black Friday du 27 novembre. Le rôle d'Amazon face aux petits commerces est très critiqué ces dernières semaines. L'entreprise américaine est-elle véritablement néfaste ?
Olivier Babeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Babeau est essayiste et professeur à l’université de Bordeaux. Il s'intéresse aux dynamiques concurrentielles liées au numérique. Parmi ses publications:   Le management expliqué par l'art (2013, Ellipses), et La nouvelle ferme des...
Voir la bio
Pierre Bentata
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bentata, Fondateur de Rinzen, cabinet de conseil en économie, il enseigne également à l'ESC Troyes et intervient régulièrement dans la presse économique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Le Maire a demandé ce mercredi aux commerçants de décaler la grande opération du Black Friday du 27 novembre. Le rôle d'Amazon face aux petits commerces est très critiqué ces dernières semaines. L'entreprise américaine est-elle véritablement néfaste ?

Atlantico.fr : Pendant des années, Amazon n’a pas été rentable mais Jeff Bezos a su imposer à ses investisseurs et aux marchés une exigence de temps long. Comment Amazon est devenu un génie du capitalisme et a pu appliquer sa vision sur le long terme ?

Olivier Babeau : Amazon, c’est la plateforme par excellence. Voici une entreprise qui représente un nouveau modèle que l’on a découvert il y a une quinzaine d’années. Nous pourrions parler d’« ubérisation » mais il est plus correct de parler de « plateformisation » soit la création d’acteurs qui s’intercalent entre l’offre et la demande afin de devenir un interlocuteur indispensable. La plateforme met à profit la loi de Metcalfe : l’utilité d’un réseau est égale au carré du nombre d’utilisateurs. Il faut devenir le plus gros acteur pour survivre et le plus gros va continuer à être le plus gros. La domination entraîne ainsi la domination.

 Pendant très longtemps, ces plateformes perdent de l’argent car l’investissement doit être gigantesque. Jeff Bezos l’a très bien compris. En devenant plus grand, il y a cette sorte d’effet exponentiel ahurissant qui permet de devenir l’homme le plus riche du monde et d’obtenir la plus grande capitalisation du monde. Parti de la vente de livres, Amazon va être fournisseur de santé, d’assurances… L’ambition de ces plateformes est d’être une porte sur le monde pour les clients, mais aussi la porte du monde sur le client… et de faire payer le passage. Celui qui aura le monopole de la relation sera le maître du monde.

 Jeff Bezos a réussi à rassurer ces actionnaires et ils ont bien compris la règle du jeu : investir le plus longtemps possible pour gagner la position de leader pour survivre. C’est cette situation qui fait survivre Uber, même si cette société n’a jamais gagné un dollar. Pour ne pas tout perdre, les investisseurs continuent à mettre de l’argent. Les investisseurs ont aussi vu le potentiel d’Amazon pendant des années et Jeff Bezos leur a fait comprendre.

 Une entreprise cherche les moyens de sa pérennité. Elle est tout à fait capable de privilégier les stratégies à long terme plus que celles sur le court terme. Un dirigeant qui connait sa date de départ dans cinq ans peut privilégier le court terme, mais cela la théorie économique le sait depuis longtemps (c’est ce que l’on appelle la théorie de l’agence).

Pierre Bentata : Quand on regarde les chiffres de l’année dernière, Amazon a investi l’équivalent de 48 % de la recherche intérieure de la recherche et développement française. Quand on a une entreprise qui investit autour de trente milliards de dollars, vous avez nécessairement une société qui se donne tous les moyens pour fabriquer des algorithmes et une logistique optimale. Les investisseurs sont donc rassurés. 

Si on regarde par rapport à d’autres secteurs, le taux de rentabilité n’est pas hallucinant. Il reste similaire à ce que l’on connaît dans le retail, la rentabilité n’est pas phénoménale mais la volonté d’automatisation de l’ensemble du processus montre l’avantage énorme de la société. Tous les investisseurs comprenaient bien que cela ne pouvait que gagner en valeur sur le long terme. 

Les entreprises font souvent mieux le travail de projection sur le long terme qu’un haut commissariat au plan. Quand on est une entreprise on se concentre sur un secteur d’activité et on peut mettre la totalité de son énergie sur un seul type de projet alors qu’un commissariat au plan doit se demander comment louer les financements au projet. Ce sont des choses impossibles à penser lorsque l’on n'est pas entrepreneur. 

Malgré son succès, Amazon n’est pas dénuée de zones d’ombre. Selon une étude de Mounir Mahjoubi, Amazon s’affiche comme un pourvoyeur d’emplois alors quelle détruit plus d’emplois quelle n'en génère et potentiellement 20 200 postes auraient été supprimés dans les petits commerces. Le droit du travail, la précarité de ses travailleurs ou les abus sur la collecte des données des internautes sont-ils le point faible de l’entreprise ? Est-ce la seule entreprise de la Silicon Valley à agir de la sorte ?

Olivier Babeau : L’accélération de la polarisation de la société n’est pas le fait d’Amazon. On a d’un côté, des emplois à très forte valeur ajoutée et de l’autre la multiplication d’emplois à très faible valeur ajoutée donc très mal payés. On peut souligner que quand la grande distribution s’est développée, le même procès aurait pu lui être fait concernant les emplois. Elle a supprimé les emplois des petits commerçants des centre-villes, tué des commerces. Depuis Au Bonheur des Dames, c’est la même histoire qui se raconte.

Le risque pour Amazon n’est pas de créer des emplois précaires. Il est qu’ils disparaissent, remplacés par des robots. Tous ces entrepôts sont en fait des fourmilières de robots. Aujourd’hui, on fait le procès des mauvais emplois d’Amazon et demain on fera le procès de la grande rareté des emplois.

La question principale est celle de la valeur économique créée. Il y a une valeur réelle quand autant de personnes achètent et vendent des produits de PME, TPE via le Marketplace. On crée de la valeur pour les clients.

La question fiscale d’Amazon est aussi importante. Cette question est ouverte, le dossier n’est pas clos et la solution n’a pas été trouvée. Le bras de fer est actuellement à son paroxysme entre les États-Unis et l’Union-Européenne. Nous n’avons pas trouvé une manière de taxer dans cette situation nouvelle où la valeur est créée sans que l’entreprise soit physiquement présente. Celui qui capte la valeur n’est pas nécessairement celui qui l’aura créée. C’est dans cette situation que l’on peut voir que les institutions fiscales et économique ont été prévues pour le monde d’avant.  

Pierre Bentata : L’étude de M. Mahjoubi est une méthode purement comptable pour estimer les emplois qui n’a aucun sens économique d’observation. Le problème réel est de savoir comment des emplois créent de la valeur et sur ce plan Amazon est un créateur de valeur énorme. Cette attaque là est une mauvaise compréhension de ce qui fait la valeur dans un système économique. Ce qui crée vraiment de l’emploi n’est pas le nombre de personnes mais ça dépend du produit que l’on fabrique et de la satisfaction du client. 

Emmanuel Macron était allé inaugurer un entrepôt Amazon en 2017 en montrant que la France pouvait attirer des investissements internationaux mais le droit du travail favorise Amazon et plombe les entreprises françaises. La société est-elle vraiment le diable ou le révélateur de nos contradictions et de nos faillites politiques ?

Olivier Babeau : Amazon n’est vraiment pas le diable ; personne n’est sommé d’acheter des produits sur Amazon. Les consommateurs y vont car l’entreprise apporte un service objectif et pendant le confinement cela s’est vu. Elle a tous les avantages du privé qui marche : la rapidité, la compréhension et l’adaptation au client. Si l’État avait pu faire Amazon, il l’aurait fait sauf qu’il en est incapable. Si La Poste n’est pas devenue Amazon, c’est grâce à cette formidable vitalité et capacité d’adaptation. Amazon, ce n’est pas que du virtuel, c’est une organisation logistique extraordinaire.

Amazon révèle aussi les problématiques de ce monde nouveau dont on découvre les caractéristiques : le désordre informationnel des théories du complot, le chaos qui peut débouler sur un chamboulement politique, les transferts de pouvoir politique liés à la croissance extraordinaire des grandes entreprises (comme Facebook qui finit par avoir des caractéristiques d’État aux rôles régaliens) et la puissance économique des effets d’agrégation de la loi de Metcalfe.

Pierre Bentata : C’est une mécompréhension du système économique. C’est la même chose de considérer une entreprise qui produit de meilleurs services qu’une autre comme destructrice d’emploi. Elle ne détruit pas d’emplois, elle permet aux individus d’optimiser leur bien être. SI le but est de fabriquer de l’emploi juste pour fabriquer de l’emploi alors ce système n’est pas la meilleure solution. On remplace toutes les machines par des individus à nouveau, on aura le plein emploi mais on aura la misère à nouveau. Attaquer Amazon pour ces faits, c‘est en vouloir directement au consommateur. 

En France, les indignations pleuvent et nombreux sont ceux à appeler à ne pas acheter sur Amazon pendant le Black Friday. La réelle solution n’est-elle pas plutôt de s’attaquer à la complexité administrative française qui plombe les petites entreprises ou aux traités européens qui permettent de telles concurrence déloyales en matière de fiscalité ?

Olivier Babeau : On a tendance en France à s’attaquer à l’anecdotique car nous avons du mal à traiter les problèmes en profondeur. On se rattache alors à des choses communicables et c’est compréhensible de la part du politique. Lorsque que l’on entend aujourd’hui qu’il faut repousser le Black Friday, c’est pour cacher le marasme extrêmement préoccupant des commerces. Très souvent, lorsque l’on condamne les géants du Web c’est moins parce que l’on a une conscience claire du présent que l’on ne veut pas penser aux raisons qui ont fait que nous n’avons pas créé nous-mêmes ces entreprises.

Pierre Bentata : Il y a un volet fiscal sur l’ensemble des plateformes. Comment fiscaliser des entreprises qui sont multi-nationales et capables de faire jouer une concurrence fiscale. Prélever des impôts sur Amazon ne changera rien au problème qui est technologique et technique. Si les consommateurs préfèrent Amazon, c’est parce que le service est sans aucun équivalent. L’écosystème est entièrement tourné vers le consommateur. 

Pour faire face à cela, il faut digitaliser les petits commerces, particulièrement lorsque l’on est dans des situations comme aujourd’hui et ce n’est pas en donnant 100 euros aux petits commerces qu’on y arrivera. Il faut que l’on réfléchisse à comment on peut s’appuyer sur ce genre de plateformes pour que cela profite aux petits commerces. Nous n’avons pas eu cette réflexion car nous avons toujours fait s’affronter entreprises physiques et digitales, petits commerces/gros commerces. Au lieu de créer des synergies, on crée des fractures. On a un retard dans l’Union-Européenne sur la façon dont fonctionne ces plateformes et pour les utiliser au mieux pour développer de nouveaux services ou pour remettre les activités de commerce traditionnel. 

On essaie de légiférer sur des choses que l’on ne comprend pas et on met en place des règles qui concernent la taille alors que leur taille elles l’ont eu au mérite. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jmbx
- 20/11/2020 - 15:10
petits commercants
on a tendance a oublier (ou ne pas connaitre) un enorme detail : les petits commercants francais peuvent se servir d'amazon pour vendre, et c'est ce qu'ils font. Quand vous voyez "expedié depuis amazon , c'est depuis le depot amazon qui l'a en stock, si ,vous voyez une adresse d'un commercant, c'est le commercant qui a vendu via amazon. Donc les debats pour dire qu'amazon c'est la ruine des petits commercants, c'est ne pas connaitre le detail des rouages du systeme.
jurgio
- 19/11/2020 - 15:06
La génération d'un mastodonte
Un puissant groupe naît toujours de l'espace laissé par les pusillanimes qui se regardent le nombril.
J'accuse
- 19/11/2020 - 09:48
L'Etat est ce que le gouvernement en fait
A part essayer d'interdire ce qui est efficace, augmenter la fiscalité et dilapider l'argent récolté, accuser autrui de leurs propres fautes, que savent faire nos gouvernements ?
Amazon est une formidable machine à satisfaire les besoins des clients (choix, prix, paiement, livraison, service-client); si cette entreprise paye ses impôts dans d'autres pays que chez nous, c'est parce que les gouvernements de ces autres pays ont été plus malins que le nôtre, totalement incompétent et ne pouvant que tempêter sur ses incuries qu'il tente de cacher.
Il entrave le petit commerce avec ses mesures pseudo-sanitaires, tout en accusant Amazon qui fait pourtant exactement ce que le gouvernement voudrait qu'on fasse: vendre par Internet et livrer ! Absurdité totale.
L’État est entre les mains des pires incompétents et escrocs qu'on peut trouver en France, qui se font passer pour des élites.