En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

03.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

04.

Gilets jaunes et trumpistes enragés : clones, cousins ou frères ennemis ?

05.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

06.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

03.

Il donne un coup de boule au principal de son collège. Ouf il ne l’a pas décapité…

04.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

05.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

06.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 12 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 17 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 18 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 18 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 19 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 20 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 3 jours 21 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 3 jours 21 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 3 jours 21 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 15 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 17 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 18 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 18 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 19 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 20 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 3 jours 20 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 3 jours 21 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 3 jours 21 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 3 jours 21 heures
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Jean Castex plan de relance France crise économique covid-19 coronavirus
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Jean Castex plan de relance France crise économique covid-19 coronavirus
Atlantico Business

Déconfinement : plan de relance et de soutien, le gouvernement obligé de repartir à zéro

Publié le 19 novembre 2020
La deuxième vague de l'épidémie, l'aggravation de la situation sociale et la montée de l’incompréhension obligent aujourd'hui le gouvernement à reprendre tout à zéro, sur le rythme du déconfinement, sur le plan de soutien et de relance économique et cela dans le cadre d’une cohérence qu'il a du mal à définir.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La deuxième vague de l'épidémie, l'aggravation de la situation sociale et la montée de l’incompréhension obligent aujourd'hui le gouvernement à reprendre tout à zéro, sur le rythme du déconfinement, sur le plan de soutien et de relance économique et cela dans le cadre d’une cohérence qu'il a du mal à définir.

Le président de la République et le Premier ministre ont peut-être enfin compris qu’il leur fallait fixer un horizon avec un chemin cohérent pour gérer la sortie de crise. La deuxième vague de l’épidémie les a pris de court. Ils n’y croyaient pas. Pour la première fois, le Premier ministre a reconnu qu‘il avait fait des erreurs lors du premier déconfinement et qu’il avait tiré les leçons.  Du côté de Bercy, Bruno le Maire, qui a défendu bec et ongles les moyens pour préserver l’équilibre économique a repris sa copie sur la faisabilité de plans de soutien et de relance. Son problème étant de combiner des obligations assez contradictoires, éviter un effondrement total de certains secteurs très abîmés, accompagner la mutation du système qui s’est accélérée face aux menaces de la Covid et enfin, faire en sorte que tout cela soit finançable sans pénaliser toute une génération. L’exercice est compliqué voire impossible, d’autant que l’appui de la solidarité européenne est en train de craquer.

Tout se passe comme si le gouvernement et le président de la République avaient décidé de tout remettre à plat dans une perspective de convalescence qui durera longtemps. 

Il semblerait que la mise en place de la stratégie s’appuie sur trois idées fortes.

La première est de ne pas croire que l’épidémie va s’arrêter à la fin d’une saison comme on l’avait pensé au printemps de l’année. Le virus va encore roder très longtemps jusqu’au moment où on aura non seulement découvert des vaccins qui marchent mais aussi qu’on aura vacciné la totalité de la population mondiale. Parce que tant qu’il restera des foyers contaminés ou exposés, la menace perdurera.

La deuxième idée est de convaincre les opinions publiques que le virus a servi de catalyseur à des grands changements qui étaient latents et qui vont devenir évidents et s’imposer à tous : la digitalisation, la réindustrialisation partielle pour éviter les ruptures, la transition écologique et surtout énergétique.

La troisième idée est issue du constat que l’Etat ne peut pas tout faire. L’Etat français a malheureusement montré ses défaillances, ses lourdeurs et son incapacité à faire face aux nécessités du changement. Il va falloir que les opinions publiques acceptent que l’Etat se replie sur ses fonctions régaliennes de la justice, de la police, de la défense nationale et de la sécurité et de l’ordre public. Et dans l’ordre public, il faudra veiller à la répartition des revenus et des richesses sans mettre en place des dispositifs fiscaux ou autres qui asphyxient les initiatives créatrices de richesses. L’Etat n’a pas besoin de posséder tous les instruments de la santé ou de l’éducation, il n’a pas besoin d’être propriétaire ou gérant de grandes entreprises, il lui suffit de mettre en place des régulations et des contre-pouvoirs puissants. Il est trop tard ou trop tôt pour instruire le procès de l’administration française mais il faudra tirer les leçons de tous les dysfonctionnements et aller au-delà du diagnostic actuel, à savoir que nos administrations sont loin d’être les meilleures du monde alors qu’elles sont parmi les plus chères.

Ces trois idées de base vont évidemment générer un programme d’actions relativement précises et concrètes :

Sur la lutte contre l’épidémie, il n’y aura pas de déconfinement rapide comme en mai et juin où on a prouvé que la machine économique pouvait se réveiller très vite, rattraper son retard mais aussi offrir au virus des pistes et des autoroutes pour repartir de plus belle, ce qui s’est passé. Le prochain déconfinement sera donc progressif en desserrant les restrictions au niveau de certaines activités ( transport public, commerce de détail... ) mais on maintiendra des freins à la vie sociale et ludique par un couvre-feu ou des interdictions de réunion tant que la prise de conscience collective ne sera pas suffisante pour exercer cette responsabilité. Ce confinement partiel et appliqué plus à la sphère privée et familiale que professionnelle serait durable, au moins pendant tout le premier semestre de l’année prochaine et sans doute après. On ne revivra sans doute pas de sitôt les grandes fêtes les grands rassemblements populaires et même ces grandes réunions de familles ou d’amis.

L’idée est d’empêcher le virus de circuler (peu de relations personnelles ou familiales)  mais de libérer les activités économiques. La question est de savoir si l’opinion acceptera d’assumer ce qui est, pour l’instant facteur de frustration et de déprime mais qui pourrait constituer la base d’un nouveau mode de vie.

Sur les plans de soutien et de relance, il va donc là aussi revoir à la hausse toutes les copies. D’abord les plans de soutien à l’économie vont devoir être regonflés et prolongés notamment celui qui avait été présenté en avril lors du premier confinement et qui coute plus de 450 milliards. Il va falloir prolonger les aides aux chômages et à l’inactivité  (pour tous ceux qui ne sont pas salariés) et les prestations, mais en plus il va falloir venir soutenir les loyers. Les commerçants sont coincés par les loyers mais les particuliers aussi.  Donc il va falloir négocier avec les bailleurs et là encore, accepter d’offrir aux bailleurs des crédit d’impôts pour dédommager.

Enfin, il va falloir réviser le plan de relance de 100 milliards parce qu’il faudra venir en aide aux entreprises en difficultés. Le plan de relance ne sera pas seulement composé d’investissement en réindustrialisation, en digital et en transition écologique mais il faudra aussi envisager des investissements de reconversion pour les secteurs très abîmés. Dans le tourisme, l’hôtellerie, les transports aériens, il faudra sans doute imaginer des modèles de fonctionnement très différents parce que les habitudes de vie et de consommation auront durablement changé. Dans l’immobilier, il faudra forcément s’adapter au changement.  Un quartier comme celui de La Défense où travaillaient près de 2 millions de salariés et commerçants va devoir, avec le développement du télétravail, imaginer une reconversion. Les tours de la Défense sont vides, elles ne retrouveront pas leurs niveaux de remplissage d’antan.

La révision globale des plans de soutien à l’économie et de relance pour l’année prochaine va devoir aussi tenir compte d’une Europe qui risque de ne pas se montrer très solidaire. Le projet proposé par la France et l’Allemagne de mutualiser les dettes a du mal à trouver sa finalité. Il aurait fallu qu’il soit adoubé par tous les pays membres de l’Union européenne; or on sait déjà que la Hongrie ou la Pologne vont s‘y opposer.

Reste la question que personne n’ose plus poser est celle du financement de tout cela. Dans un premier temps, Bercy avait une équation qui combinait la capacité d’emprunt de la France, la mutualisation européenne des dettes et la reprise de croissance en 2021.  Les prévisions de croissance pour 2021, qui étaient de 9% environ, ce qui aurait permis un début de rattrapage, viennent d’être abaissées à 6%.  La mutualisation des dettes est très compromise. Il reste la capacité d’endettement de la France. Elle est importante d’autant que la dette ne coute pas cher sauf qu’il faudra rembourser, à moins qu’une négociation avec la banque centrale intervienne et efface une partie de cette dette. Pour l’instant, c’est mal engagé parce qu’il faudrait l’accord de tous. Le résultat, c’est qu’en attendant il faudra donc encore s’endetter. On peut très bien le faire auprès des Français qui ont beaucoup d’épargne, mais les Français savent bien qu’un jour ou l’autre, les déficits qui débordent doivent être épongés par l’impôt. 

On a eu la crise sanitaire, on a une crise économique et sociale, on va donc tout droit vers une crise de la dette.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Taubiralebol
- 19/11/2020 - 10:30
Espérons...
"L’idée est d’empêcher le virus de circuler (peu de relations personnelles ou familiales) mais de libérer les activités économiques. La question est de savoir si l’opinion acceptera d’assumer ce qui est, pour l’instant facteur de frustration et de déprime mais qui pourrait constituer la base d’un nouveau mode de vie."
Me Sylvestre, avec franchise, en bon petit soldat du nouvel ordre social et économique orwellien qui s'annonce a au moins le mérite de nous éclairer sur ce que les citoyens attachés à leurs libertés et à leur mode de vie vont devoir combattre.
Espérons que "l'opinion"n'acceptera pas d'assumer!



fanfoué
- 19/11/2020 - 09:10
Il faudra oublier nos vies d'avant
Ce qui se met en place c'est la fin de nos libertés individuelles. En faisant durer plusieurs mois, voire plusieurs années des restrictions de liberté c'est tout un mode de vie qui va disparaitre et avec lui ce qui faisait l'intérêt de la vie : à quoi bon être vivant sans vie sociale, affective, culturelle ... et tout ça pour nous "protéger" d'un virus d'une létalité minime !!!
Il faut remonter au régime soviétique pour trouver une telle volonté de contrôler les individus.