En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

06.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 12 heures 52 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 17 heures 30 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 18 heures 19 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 18 heures 56 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 19 heures 34 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 20 heures 11 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 20 heures 40 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 21 heures 20 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 21 heures 41 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 22 heures 7 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 15 heures 51 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 17 heures 44 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 18 heures 41 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 19 heures 13 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 19 heures 48 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 21 heures 38 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 21 heures 47 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 22 heures 9 min
© BORIS HORVAT / AFP
éolienne en mer zone de pêche erquy
© BORIS HORVAT / AFP
éolienne en mer zone de pêche erquy
Envrionnement

Les éoliennes en mer rentables ? Pour qui ?

Publié le 10 novembre 2020
L'installation d'un parc d’éoliennes en mer dans la baie de Saint-Brieuc est l'un des sept projets offshore programmés au large des côtes françaises entre 2022 et 2027. Il suscite de nombreuses interrogations. A qui profite les éoliennes en mer ?
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'installation d'un parc d’éoliennes en mer dans la baie de Saint-Brieuc est l'un des sept projets offshore programmés au large des côtes françaises entre 2022 et 2027. Il suscite de nombreuses interrogations. A qui profite les éoliennes en mer ?

« Je soutiens la création d’éoliennes en mer car c’est un modèle économique rentable », nous dit dans un entretien au Télégramme, quotidien breton, Madame Annick Girardin, Ministre de la mer, le 4 Novembre 2020. Cette déclaration fait suite à une question sur le projet d’implantation de 62 éoliennes en face des caps Fréhel et d’Erquy en baie de Saint-Brieuc, projet contesté par la plupart des municipalités de la côte, des pêcheurs et aquaculteurs. Les études d’impact sont loin d’avoir convaincu les populations voisines et les professionnels s’inquiètent de leur avenir, et là la Ministre essaie de déminer le vent de contestation qui est en train de déferler sur les Côtes d’Armor « les débats ont déjà eu lieu » en s’attribuant en cas de besoin un rôle de « médiateur ».

Native de Saint-Malo, ancienne élue de Saint Pierre et Miquelon, ancienne Ministre de l’Outre-Mer et bien accueillie dans son nouveau poste de Ministre de la Mer, ces propos ont été une douche froide pour tous ceux qui dans cette période difficile de Covid, de Brexit et perspectives diverses de licenciements dans un grand nombre de secteurs essaient de trouver des raisons d’espérer à la fois dans le maintien d’activités et de nouvelles perspectives. Les « débats », justement, ont montré que les éoliennes des Caps n’entraient dans aucune de ces catégories, aucune sauvegarde de la pêche et de l’aquaculture, et peau de chagrin des retombées sur de nouveaux remplois régionaux. Les propos de la Ministre sont donc mal venus dans ce Département breton, et il serait bon qu’elle envisage plutôt un moratoire sur la baie de Saint-Brieuc comme le lui demandent une grande partie des élus et des professionnels et qu’elle s’interroge de nouveau dans une période délicate sur l’intérêt de poursuivre des décisions hasardeuses prises il y a des années dans un environnement économique très différent. Il y a donc beaucoup de choses à dire sur ce projet dénoncé par tous les amoureux de la mer et l’on peut espérer que dans un avenir proche, après une réflexion salutaire la Ministre s’aperçoive que les écrivains bretons, comme Yann Queffelec, n’ont pas tort d’écrire qu’il ne faut pas toucher au sacré, on ne touche pas au Mont Saint-Michel, à Cancale, à Saint-Malo, et aux Caps Fréhel et Erquy. Je rajoute, pour ma part que l’on ne fore pas impunément dans le granite.

Revenons quand même à la réaction obscurantiste et très bureaucratique de « rentabilité » des éoliennes en mer, et, en particulier de celles projetées à Saint-Brieuc. On a beaucoup écrit sur l’intérêt du vent « gratuit » pour produire l’électricité, qualifiant les installations de propres, écologiques, vertes et c’est à partir de ces vocables qu’une industrie du vent s’est construite, d’abord sur terre et ensuite sur mer. Les promoteurs de ces installations essaient de minimiser leur « empreinte carbone « globale et le monde des métropoles, soucieux des pollutions de l’air urbain, voit dans ces hélices champêtres ou marines des instruments qui protègent leur environnement. A cet égard les pollutions directes des éoliennes marines sur les Parisiens sont effectivement nulles. Depuis des années les techniciens et les scientifiques font des rapports pour expliquer que le « ressenti » des urbains ne correspond pas à la réalité, mais les discours ministériels n’évoluent pas, on sait que l’on a tort, cependant la population a l’air de plébisciter le vent, donc on continue. Mais personne jusqu’à présent n’a osé dire que les éoliennes étaient « rentables », c’est-à-dire que les revenus obtenus étaient supérieurs aux ressources employées pour les obtenir. S’il n’y a pas un surprix payé par le consommateur il n’y a pas de développement possible de l’utilisation du vent dans notre pays. Ceci ne veut pas dire qu’il ne faut pas en construire pour modifier le mix énergétique de notre pays, pour diminuer la part d’utilisation des énergies fossiles, pour restreindre l’utilisation des centrales nucléaires, mais les décisions prises ne se font pas au nom de la rentabilité mais à celui d’une politique énergétique. On décide de construire des éoliennes pour diminuer le recours aux autres sources mais on sait que cela a deux inconvénients, celui de renchérir le prix de l’électricité pour le consommateur et celui d’affecter les réseaux électriques à cause de l’intermittence structurelle de la production : pour produire il faut qu’il y ait du vent ! On remplace ainsi une part d’énergie abondante et bon marché par une énergie intermittente et chère, on a le droit de faire ce choix pour des raisons politiques, mais il faut le faire en toute lucidité.

Mais ce qu’il y a eu  de plus troublant dans cet entretien de Madame Annick Girardin c’est d’avoir utilisé cet argument à l’occasion d’une question sur les éoliennes de la baie de Saint-Brieuc !

On considère actuellement que les collectivités peuvent « encaisser » un prix de 40 à 45 euros le MWH dans les installation éoliennes, avec raccordement payé par la collectivité en l’occurrence RTE qui rajoute encore plus d’une dizaine d’euros à la note finale. Ceci permet aux entreprises qui veulent investir dans les éoliennes en mer de « rentabiliser » leurs installations en vingt ans, un revenu garanti dont beaucoup d’industriels souhaiteraient disposer lorsqu’ils prennent des décisions couteuses. Ainsi les financiers disposent d’une rente confortable qui attire vers ce secteur ce que l’on appelle un effet d’aubaine. Mais les éoliennes de la Baie de Saint Brieuc ont été obtenues dans un tout autre contexte, celui de la création d’une filière nationale industrielle autour d’Areva et d’Alstom, filière qui a depuis disparu des écrans ! Les prix envisagés couvraient des subventions et on comprend mieux ainsi les contrats à 200 euros le MWH ramenés à 155 euros (avec raccordement payé par RTE). On explique aujourd’hui ces couts insensés par les forages dans le granite, mais la réalité de l’époque était la création d’une filière industrielle nationale qui n’est même plus un souvenir. Le coût pour la collectivité sera de 4 à 5 milliards pour garantir une rentabilité très confortable pour l’investisseur espagnol et on comprend pourquoi il « s’accroche » à cette installation démente de 62 éoliennes en mer en vue des caps mais aussi de l’ile de Bréhat, susceptible de modifier gravement les possibilités de pêche côtière et toute l’aquaculture proche de Saint-Quay-Portrieux et Paimpol jusqu’à Cancale.

Il convient donc de modifier la formule de Madame la Ministre, le modèle économique utilisé par l’investisseur des éoliennes des Caps est très rentable pour lui, c’est une catastrophe pour le contribuable et pour les professionnels de la mer. Les débats n’ont pas eu lieu, les études d’impact n’ont aucune consistance, il est temps de revenir sur un projet injurieux pour les amoureux et les professionnels de la mer. Il faut prendre avec précaution toutes les initiatives qui veulent utiliser la mer à cause de sa « gratuité ». Dans des régions merveilleuses comme la Bretagne il faut sacraliser les premiers kilomètres le long de la côte, pas seulement les sentiers, l’horizon, la vue du large, la respiration… la vie. Il est encore temps d’arrêter une vieille initiative qui est aussi une erreur « non rentable ».    

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
henir33
- 11/11/2020 - 12:20
gâchis
les éoliennes en mer sont une catastrophe environnementale car elles stérilisent des surfaces immenses pour une production aléatoire et coûteuse, elles ont un impact défavorable sur la vie marine autour et massacrent les oiseaux marins. Pour arrêter toutes ces stupidités ils suffirait de soumettre ces installations à la loi du marché au lieu de leur donner une priorité d'accès. Notons aussi le tour de passe passe du micron gouvernement qui fait prendre en charge leur raccordement très coûteux par RTE cad par les gogos que nous sommes
Vu de très loin
- 11/11/2020 - 11:10
Vous n'avez pas lu l'article ?
L'auteur nous parle d'un scandale financier et vous parlez de vent ? Il dit d'une part que la ressource "vent" est irrégulière.
Il explique d'autre part que seul l'investisseur, espagnol, fait une bonne affaire. Personne n'a relevé le prix du KWh issu de cette ressource ?
Parfois il faut savoir arrêter un projet lorsqu'il s'avère moins rentable que prévu.
Marre d'être la vache à lait qui n'est bonne que pour payer tout le temps les bonnes idées des autres... espagnoles de surcroît.
Kombucha
- 10/11/2020 - 17:07
Les éoliennes en mer
ont l'avantage de produire bien davantage et plus régulièrement que celles sur terre, il y a un impact visuel mais toute construction humaine en a un
A force de vouloir sacraliser nos côtes -qui ont toutes leur importance pour les locaux et pas seulement à St Brieuc- on n'arrive à sortir aucun projet alors qu'on est encore très loin de la saturation