En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

06.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 heure 23 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 6 heures 1 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 6 heures 50 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 7 heures 27 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 8 heures 5 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 8 heures 42 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 9 heures 11 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 9 heures 51 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 10 heures 38 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 heures 22 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 6 heures 15 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 7 heures 12 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 7 heures 44 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 8 heures 19 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 9 heures 1 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 10 heures 9 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 10 heures 18 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 10 heures 40 min
© Olivier Douliery / AFP
Joe Biden entrepreneurs emploi avenir
© Olivier Douliery / AFP
Joe Biden entrepreneurs emploi avenir
Les entrepreneurs parlent aux Français

Biden et les entrepreneurs. De grands choix attendent

Publié le 09 novembre 2020
Quarante-sept ans après avoir été l’un des plus jeunes élus au Sénat, Joe Biden s’apprête à devenir le président le plus âgé à entrer à la Maison Blanche. Denis Jacquet décrypte les conséquences du succès de Joe Biden, les enjeux économiques et l'impact sur le front de l'emploi pour les entrepreneurs.
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quarante-sept ans après avoir été l’un des plus jeunes élus au Sénat, Joe Biden s’apprête à devenir le président le plus âgé à entrer à la Maison Blanche. Denis Jacquet décrypte les conséquences du succès de Joe Biden, les enjeux économiques et l'impact sur le front de l'emploi pour les entrepreneurs.

Il a été élu. C’est ce que pense 51% des Américains. Mais 48% pensent le contraire. C’est la rançon à payer pour une élection qui a battu tous les records de participation, des records jamais atteints aux USA. Cette mobilisation était censée submerger et ridiculiser les Républicains, ou plutôt, Trump. C’est bien loin d’être le cas. Pour une raison simple, c’est que Trump représente une partie bien plus importante que celle que les hommes des villes chics des USA se plaisent à imaginer à penser.

Celle d’une Amérique qui souhaite conserver ses racines, celle d’une Amérique du déclassement qui rêve de ressusciter le cow boy qui sommeille en chacun d’eux, celle d’une Amérique qui a perdu la foi dans le rêve américain. L’économie reste n°1 au hit-parade des attentes des Américains, bien loin devant le Covid, n’en déplaise aux bobos Parisiens et à Jean Castex. Dépourvus d’amortisseurs qui sont autant de doses de morphine administrées à un patient en phase terminale, les Américains ont besoin, eux, de bosser et ne peuvent passer leur temps à prétendre travailler en télétravail.

Biden, ne pourra en réalité gouverner, personne n’est dupe. Ses facultés cognitives s’enfuient au moindre coup de vent, il est incapable de se souvenir du prénom de sa petite fille et pense, certains jours, que son fils est toujours vivant. Les USA seront tiraillés par un gouvernement composé des anciens de Obama et ceux de Warren/Sanders/Cortez. Mais nombre de votants, rêvent d’une Amérique héritière de Sanders, découvreuse du socialisme, capable d’en prononcer le nom, qui soit capable de rétablir l’égalité des chances, réduire les inégalités renforcées par la crise du Covid, afin d’éviter à terme une explosion de ces Etats auparavant unis par une destinée commune.

Biden va donc virevolter entre une forme de progressisme libéral et une dérive gauchiste et devra ou faire des choix ou composer et compromettre. Aux USA, on pense que le Président est puissant, mais il le sera toujours plus dans les médias, dans l’imaginaire collectif, que dans la réalité. Dans chaque Etat, chaque Gouverneur peut n’en faire qu’à sa tête, et les entreprises et les investisseurs décident au final, du sort de la nation. Trump quitte les accords de Paris ? Les entreprises continuent à investir dans la green-économie. Trump réduit les crédits sur la R&D ? Les investisseurs doublent la mise. La question sera donc de savoir ce que la nouvelle équipe va faire en matière d’entrepreneuriat et d’investissement.

Biden et les entrepreneurs ? Difficile à dire à ce stade. Ses priorités sont la gestion du Covid, l’unité et l’environnement. Peu d’indications sur ce qu’il va faire sur les PME, les GAFA. Pourtant ce sont des sujets fondamentaux puisqu’il veut remettre l’économie dans le vert. Tout d’abord il va devoir rouvrir les frontières. Seuls les Français, les Anglais, les Espagnols n’ont pas encore compris que le confinement ne servait à rien, et qu’il ne fait que repousser l’inévitable. Même l’OMS le dit désormais. Trump a fermé les frontières par vengeance face à la fermeture des frontières Européennes, car les Européens se sont empressés de tester leurs simulations de réaction du peuple à la dictature, en les privant de liberté de mouvement sous prétexte sanitaire (et cela marche). Biden devra être le leader éclairé qui les ré-ouvre. Il devra au passage supprimer le gel des « Green Cards » et visas de travail, qui a privé les entreprises Américaines de talents incroyables dont la croissance de son économie avait besoin hier et aura besoin encore plus demain. Il devra accroître la partie des appels d’offre Gouvernementaux réservés aux PME. Elle était conséquente et unique, elle devra être doublée, au moins pour les 2 prochaines années, afin qu’elles puissent très vite redevenir la machine à création d’emploi net, qu’elles ont toujours été. Idem pour aider les « minorities owned companies » (entreprises détenues par des « minorités ») qui permettront notamment aux entreprises dirigées et fondées par des noirs américains, de bénéficier de cette manne de chiffre d’affaire. Autrement plus efficace que les 10 000€ de Bruno Lemaire, cette aumône qui permettra aux PME de tenir au mieux 48H de plus en moyenne.

Enfin, elle devra décider du sort des GAFA. Devrait-elle en démanteler certains comme Face Book, Google ou Amazon, que Trump avait mis sur la sellette ? C’est une question complexe. Si les GAFA sont démantelés ou affaiblis, les Chinois s’empresseront de prendre la place ainsi libérée. Ce qui pose au même moment, la question de la position de Biden face à la Chine. Elle sera essentielle, car seuls les USA, avaient pris leur courage à deux mains pour équilibrer le combat face à la Chine. Pendant ce temps, l’Europe préférait jouer dans le camp des prostituées, qui joue un jour de l’un, un jour de l’autre, imposant le tarif de ses faveurs via des amendes prises à l’un ou à l’autre. Là encore, Trump avait raison. La Chine est un adversaire (pas un ennemi, il n’y a que des affrontements d’intérêts) trop habile et brillant pour le laisser faire la course en tête. Si les USA ne veulent pas suivre le chemin vers l’abime que suit l’Europe, elle devra rester ferme, ce qui est plus rarement la marque des Démocrates. La disparition des USA des combats géopolitiques du monde sous Obama, en était l’illustration.

Biden devra se poser la question du niveau de la prise de risque en matière d’investissement ce risque que prennent les USA pour imposer des leaders au monde, et qui au final, creuse un peu plus chaque fois, les inégalités de richesse entre les Américains, entre ces 2 camps, qui ont montré dans ces élections Présidentielle. Entre ceux qui profitent de cette réussite, moins de 5% et ceux qui la voient passer, tous les autres. Certains encore moins que d’autres, dans tous ces Etats qui sont restés marqués en rouge sur la carte électorale la semaine passée. Le nouveau Président, en tous cas lorsque l’ancien le laissera rentrer, aura de grands choix à faire, s’il est vraiment déterminé à ré-enchanter le rêve Américain, celui d’une Amérique des années 70 où 9 Américains sur 10, à la naissance, avaient une chance d’élever le niveau social de la génération qui l’avait précédé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 09/11/2020 - 17:35
A mon avis
Biden va par sa politique diminuer la rentabilité des entreprises et ce n'est pas bon notamment pour le dollar